Défendre Taïwan en défendant l’Ukraine

Défendre Taïwan en défendant l’Ukraine
Défendre Taïwan en défendant l’Ukraine
-

L’invasion russe de l’Ukraine a été un signal d’alarme : il était temps de dépasser la vision d’un monde d’après-guerre froide dans lequel les régimes de Moscou et de Pékin deviendraient des acteurs responsables dans un ordre international fondé sur des règles. Ce qui a émergé, au contraire, est un monde de plus en plus controversé, en proie à une agression autoritaire, illustrée de la manière la plus dangereuse par le « partenariat sans limites » entre la Chine et la Russie, à travers lequel les deux pays ont renforcé leurs programmes répressifs et expansionnistes respectifs.

Il s’agit néanmoins d’un monde globalisé d’économies et de sociétés interconnectées : un théâtre unique et indivisible dans lequel la sécurité de chaque pays est intimement liée à celle de tous les autres. Cela est particulièrement vrai des démocraties du monde, dont les alliances et les partenariats ont été attaqués par des puissances autoritaires déterminées à diviser et diviser le monde démocratique.

Certains ont avancé que le soutien international à la défense de l’Ukraine contre l’agression russe détourne l’attention et les ressources de la tâche consistant à résister à l’agression chinoise. Selon ce point de vue, la défense de l’Ukraine a rendu les démocraties comme Taiwan plus vulnérables.

Mais cet argument sous-estime à quel point les intérêts géostratégiques des démocraties mondiales sont liés, tout comme les agendas de Moscou et de Pékin. Les responsables américains ont conclu que depuis au moins la seconde moitié de 2023, la Chine a fourni un soutien militaire à la Russie, sans armes mortelles, un changement significatif depuis la phase initiale de la guerre russe contre l’Ukraine, lorsque Pékin avait adopté une position un peu plus neutre. La Chine a clairement décidé qu’elle avait tout intérêt non seulement à soutenir la Russie, mais aussi à remodeler le paysage géopolitique en Europe.

La Chine et la Russie étant si étroitement alignées, il est d’autant plus impératif que les démocraties agissent en coordination. À cette fin, les démocraties du monde, dirigées par les États-Unis, doivent maintenir leur aide militaire, économique et humanitaire à l’Ukraine. L’objectif de ce soutien va au-delà du retour au statu quo ante sur le continent européen. En aidant l’Ukraine, les démocraties peuvent accroître leur force relative face à la coalition sino-russe.

Dans cet esprit, Taiwan salue la récente décision du Congrès américain de maintenir le soutien militaire américain à l’Ukraine. Une telle démonstration d’une détermination sans faille et incontestable à sauvegarder la démocratie n’enlève rien à la défense de pays comme Taiwan : en fait, c’est un moyen de dissuasion clé contre l’aventurisme de la part de Pékin.

POURQUOI TAÏWAN EST IMPORTANT

Tout comme la lutte pour protéger la démocratie en Ukraine a des implications mondiales, la défense de Taiwan a également des implications mondiales. Selon Bloomberg Economics, une invasion chinoise de Taïwan coûterait à l’économie mondiale environ 10 000 milliards de dollars, soit l’équivalent de près de dix pour cent du PIB mondial, éclipsant ainsi les impacts de la guerre en Ukraine, de la pandémie de COVID et de la crise financière mondiale de 2008. 9. Un blocus chinois de Taiwan entraînerait des destructions moins immédiates mais coûterait tout de même à l’économie mondiale environ 5 000 milliards de dollars.

La raison est simple : plus de 90 % des puces avancées sont produites à Taiwan, et environ la moitié de la flotte mondiale de navires transportant des conteneurs maritimes passe par le détroit de Taiwan. Taiwan est un élément indispensable et irremplaçable de la chaîne d’approvisionnement mondiale, et sa défense nécessite un effort mondial. Mais la valeur de la sécurité taïwanaise n’est pas seulement économique ; c’est aussi géostratégique. Préserver le statu quo dans le détroit est essentiel au maintien du système d’alliance américain, de l’équilibre des pouvoirs régional et de la non-prolifération nucléaire. Ces trois piliers essentiels ont permis à la région Indo-Pacifique de rester stable et prospère pendant des générations et seraient menacés si la Chine prenait le contrôle de Taiwan. Les pertes économiques et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement pourraient être atténuées au fil du temps. Mais un changement géostratégique au profit de l’expansionnisme autoritaire de la Chine nuirait au monde pour les décennies à venir.

En avril, alors que Taiwan subissait son plus grand tremblement de terre des 25 dernières années, la Chine a continué à envoyer des navires de guerre et des avions à travers le détroit, même si sa délégation à l’ONU a eu l’audace de remercier le monde pour ses expressions de sympathie suite au tremblement de terre, comme si Pékin a parlé au nom de Taiwan. Contrairement aux inquiétudes feintes de la Chine, plus de 80 pays ont exprimé leur soutien à Taiwan, pour lequel j’exprime ma sincère gratitude.

En aidant l’Ukraine, les démocraties peuvent accroître leur force relative face à la coalition sino-russe.

C’est ce à quoi Taiwan est confronté quotidiennement. Mais lorsque la Chine cherche à semer la peur parmi le peuple taïwanais par la coercition militaire, l’isolement diplomatique et la guerre de l’information, le peuple taïwanais répond par un effort national. Taïwan est particulièrement fier de compter plusieurs organisations locales dédiées au renforcement de la défense civile et à la lutte contre la désinformation chinoise. Ils sont emblématiques de la démocratie et de la résilience de Taiwan.

Le gouvernement taïwanais a fait de grands progrès pour relever le défi sécuritaire posé par la Chine. Sous la direction de la présidente Tsai Ing-wen, Taiwan a intensifié ses efforts pour renforcer son autodéfense. L’année dernière, Taiwan a augmenté son budget de défense d’environ 14 pour cent, pour le porter à environ 19 milliards de dollars, soit 2,5 pour cent du PIB national. Il y a huit ans, le budget de la défense représentait moins de 2,0 % du PIB.

Taiwan consacre ses ressources à ses besoins les plus urgents. L’accent principal a été mis sur le développement de capacités de guerre asymétrique, la mise en œuvre de réformes de la défense civile et l’accélération de l’industrie de défense nationale. Avec un large soutien du public, Taiwan a également prolongé la période de formation des conscrits militaires de quatre mois à un an.

Taiwan ne peut s’attendre à un soutien solide de la part de pays partageant les mêmes idées que s’il s’engage fermement en faveur de l’autodéfense. C’est la première et la plus importante leçon que Taiwan a tirée de la défense de l’Ukraine contre la Russie ; parce que les Ukrainiens étaient prêts à se battre pour leur démocratie, le reste du monde était prêt à les aider. Et notre détermination à nous défendre ne fera que se renforcer sous la direction de notre nouveau président, William Lai.

COMMENT TAIWAN VOUS PERSÉVÉREZ

La Chine a déjà modifié le statu quo de plusieurs manières dans la région Indo-Pacifique. Tout d’abord, Pékin a militarisé la mer de Chine méridionale malgré son engagement public à ne pas le faire. Les Chinois ont construit des ports potentiellement utilisés à des fins militaires dans le cadre de leur stratégie du « collier de perles », notamment au Bangladesh, au Myanmar, au Pakistan et au Sri Lanka. L’année dernière, Pékin a signé un pacte de sécurité avec les Îles Salomon et des accords similaires avec d’autres pays insulaires du Pacifique.

La stratégie chinoise repose sur deux hypothèses. La première est que la Chine doit réduire le coût potentiel d’une annexion forcée de Taïwan en rendant plus difficile pour les États-Unis d’effectuer un déploiement militaire pour défendre l’île en cas d’attaque chinoise. La seconde est que le contrôle de Taïwan aiderait Pékin à projeter sa puissance au-delà de ce qu’on appelle la première chaîne d’îles, menaçant l’accès aux voies de navigation et réduisant la sécurité de nombreux alliés américains dans la région.

Empêcher ces évolutions nécessitera un niveau de détermination et de coordination sans précédent de la part des démocraties du monde. Les relations de sécurité trilatérales de longue date entre l’Australie, le Japon et les États-Unis, ainsi que le nouveau partenariat AUKUS entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, constituent un point d’ancrage pour la stabilité. Le partenariat naissant entre le Japon, les Philippines et les États-Unis viendra compléter ces arrangements. Et la coopération sécuritaire récemment renforcée entre le Japon, la Corée du Sud et les États-Unis garantira la stabilité en Asie du Nord-Est, qui est étroitement liée à la paix dans le détroit de Taiwan. Ces coalitions interconnectées sont le meilleur garant d’un environnement géostratégique favorable dans la région Indo-Pacifique.

En effet, la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan ne peuvent être maintenues qu’en le considérant et en le traitant comme une question internationale. Les dirigeants de l’autre côté du détroit prétendent le contraire, bien entendu, et présentent inlassablement l’avenir de Taiwan comme une question à résoudre entre « les Chinois ». Mais plus Pékin insiste sur ce faux discours, plus Taïwan se révèle être sur la bonne voie.

CE DONT TAÏWAN A BESOIN

La communauté internationale pourrait néanmoins faire davantage pour dissuader l’agression chinoise. Il existe trois domaines que les pays partageant les mêmes idées pourraient aborder avec plus d’assurance pour préserver le statu quo.

Le premier est la coercition de la Chine dans la zone grise, qui implique des activités telles que des campagnes de désinformation, des complots d’ingérence électorale et des provocations militaires telles que des sorties d’avions à réaction qui traversent régulièrement la ligne médiane du détroit de Taiwan. De telles opérations posent quotidiennement à Taiwan un défi psychologique et sécuritaire qui n’est pas moins grave que la menace d’un blocus ou d’une invasion, et ne pas y répondre aurait un impact désastreux sur le moral de Taiwan. En plus de fournir à Taiwan un soutien politique et moral face à cette coercition, d’autres démocraties devrait également mettre un prix à de telles tactiques chinoises, démontrant à Pékin que les provocations ont des conséquences.

Le deuxième domaine dans lequel Taiwan a besoin de plus d’aide est l’intégration économique. La Chine ne doit pas être autorisée à dicter les liens économiques de Taiwan avec le monde. Et le renforcement des partenariats économiques avec Taiwan aiderait d’autres démocraties à favoriser des chaînes d’approvisionnement résilientes pour leurs propres économies. Taipei et Washington négocient actuellement la deuxième phase de l’Initiative américano-taïwanaise sur le commerce du 21e siècle, un accord commercial qui aidera les petites et moyennes entreprises de Taiwan à s’intégrer dans le système commercial mondial. Une fois cet accord conclu, Taiwan espère signer un accord de partenariat économique avec l’Union européenne et rejoindre l’accord commercial connu sous le nom d’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP). Ces accords renforceront non seulement les économies de Taiwan et de ses partenaires, mais démontreront également à Pékin que les démocraties du monde investissent à long terme dans l’avenir de Taiwan.

Le troisième domaine dans lequel les amis de Taiwan pourraient faire encore plus est de lutter contre l’interprétation erronée d’une résolution de l’ONU promulguée par Pékin pour justifier ses empiètements sur les droits de Taiwan. Taïwan exhorte les pays partageant les mêmes idées à se joindre aux États-Unis pour rejeter la distorsion par la Chine de la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui a été adoptée en 1971 et a donné le soi-disant siège chinois à l’ONU au gouvernement de Pékin – mais ne l’a pas fait, comme la Chine affirment, consacrent dans le droit international l’idée fausse selon laquelle Taiwan est une simple province de la Chine. Davantage de pays devraient également exercer leur droit à la liberté de navigation dans le détroit de Taiwan, que Pékin refuse de reconnaître comme eaux internationales. Lorsque la Chine voit des pays maintenir leurs navires à l’écart du détroit, elle conclut que ses tactiques d’intimidation fonctionnent.

Taiwan est un membre responsable de la communauté internationale et sa position sur le maintien du statu quo entre les deux rives du détroit ne changera pas. Mais il faut que les démocraties du monde fassent tout leur possible pour contribuer à maintenir la paix par la force et l’unité. En continuant à soutenir l’Ukraine dans sa lutte pour sa survie face à l’agression russe, les démocraties du monde ont démontré exactement le genre de détermination et de clarté morale dont Taiwan a également besoin d’elles. Nous ne pouvons pas permettre que ce siècle assiste à la naissance d’un ordre mondial dans lequel les autoritaires peuvent éradiquer la justice et la liberté. Dans les années à venir, le sort de Taiwan, comme celui de l’Ukraine, constituera un test crucial auquel les démocraties du monde ne doivent pas faillir.

Chargement…

Veuillez activer JavaScript pour que ce site fonctionne correctement.

-

PREV Lancement de la Maruti Suzuki Swift 2024 en Inde ; Les prix commencent à Rs. 9,999. 6,49 000 000 000
NEXT L’industrie pétrolière prépare des décrets pour Trump