L’indemnisation des inondations fait progresser la réconciliation, selon le chef de Naicatchewenin

L’indemnisation des inondations fait progresser la réconciliation, selon le chef de Naicatchewenin
L’indemnisation des inondations fait progresser la réconciliation, selon le chef de Naicatchewenin
-

Le règlement de la Première Nation avec le Canada et l’Ontario comprend 21,8 millions de dollars en compensation.

NAICATCHEWENIN – L’établissement d’une ancienne revendication relative aux inondations « est une étape positive vers la résolution des torts historiques et la réconciliation », a déclaré le chef Wayne Smith.

En collaboration avec des représentants provinciaux et fédéraux, le chef Naicatchewenin a annoncé un règlement selon lequel sa Première Nation recevrait une compensation totale de 21,8 millions de dollars.

Un peu plus de 11,8 millions de dollars de cette somme proviennent du gouvernement fédéral, le reste de l’Ontario.

L’accord entre Naicatchewenin et les deux autres gouvernements règle les réclamations pour inondations déposées pour la première fois par la Première Nation il y a près de 30 ans concernant les inondations survenues à la suite de la construction, entre 1905 et 1910, d’un barrage hydroélectrique destiné à alimenter en électricité une usine de pâtes et papiers à Fort Frances. .

Les inondations continuent de toucher Naicatchewenin, situé au nord-ouest de Fort Frances, sur le lac Rainy.

L’indemnisation de Naicatchewenin est importante pour faire progresser la réconciliation et rétablir la confiance avec les communautés autochtones, selon un communiqué de presse du gouvernement fédéral.

L’accord de règlement fait suite à des années de négociation et a été ratifié par les membres de la Première Nation Naicatchewenin lors d’un vote en septembre 2023.

Le règlement négocié est « la réconciliation en action », a déclaré le ministre provincial des Affaires autochtones, Greg Rickford, lors d’un événement à Naicatchewenin cette semaine.

L’accord « améliorera le bien-être social et économique de la communauté et apportera une plus grande prospérité à la région environnante », a ajouté Rickford, qui représente Kenora-Rainy River à l’Assemblée législative de l’Ontario.

Il existe des cas historiques où le Canada n’est pas « un bon partenaire de traité », a déclaré Jaime Battiste, député d’une circonscription de Colombie-Britannique et secrétaire parlementaire du ministre fédéral des Relations Couronne-Autochtones.

« Il y a beaucoup de travail à faire, mais alors que nous célébrons ce pas dans la bonne direction, nous réaffirmons également nos efforts pour établir la confiance avec les habitants de la Première Nation de Naicatchewenin », a ajouté Battiste.

Quatre autres Premières Nations ont déposé des réclamations pour inondations liées au barrage.

Mitaanjigamiing et Nigigoonsiminikaaning sont parvenus à un règlement avec l’Ontario et le Canada en 2022.

La Première Nation de Seine River a conclu un règlement avec l’Ontario et le Canada l’année dernière.

La Première Nation de Couchiching a fourni des informations sur un règlement proposé aux membres de la communauté l’année dernière.

-

PREV Livreur : un livreur décède dans un accident de rythme lors du survol de Lalbaug | Nouvelles de Bombay
NEXT Avertissement urgent d’arnaque émis aux habitants du Minnesota dans le comté de Sherburne