L’Irak accorde des licences d’investissement pour augmenter sa production de pétrole et de gaz

L’Irak accorde des licences d’investissement pour augmenter sa production de pétrole et de gaz
L’Irak accorde des licences d’investissement pour augmenter sa production de pétrole et de gaz
-

Bagdad, 11 mai (EFECOM).- L’Irak, l’un des principaux producteurs de pétrole, a accordé samedi des licences à des “sociétés arabes et étrangères” pour le développement de plusieurs gisements dans le pays, avec lesquels il espère augmenter sa production de plus de un million de barils par jour de pétrole brut et 3 459 millions de pieds cubes de gaz.

Le Premier ministre irakien Mohamed Shia al Soudani a expliqué lors d’une cérémonie à cette occasion à Bagdad que son gouvernement a accordé des licences à des “entreprises arabes et étrangères” qui développeront “29 projets d’investissement dans douze gouvernorats irakiens”.

Il n’a pas divulgué de détails sur ces sociétés, même si des sources du ministère du Pétrole ont indiqué qu’elles étaient pour la plupart chinoises.

Les nouveaux investissements « s’inscrivent dans le contexte de la nouvelle vision du gouvernement pour un investissement pétrolier et gazier optimal », a déclaré Al Soudani, réaffirmant l’engagement de son gouvernement à « s’éloigner de la bureaucratie et de la routine pour faciliter l’environnement des affaires et l’investissement ».

Il a noté que parmi les objectifs figure “l’investissement des richesses de l’Irak, en commençant par mettre fin au torchage du gaz associé, qui s’arrêtera d’ici 3 à 5 ans, et en mettant fin aux effets dévastateurs de ce processus sur l’environnement”.

Un autre, a-t-il ajouté, consiste à “convertir 40% de la production de pétrole brut dans les 10 prochaines années en produits pétroliers”, en plus de “la construction d’une plateforme gazière dans le port d’Al Faw (sud)”, entre autres projets. “inclure le transport du pétrole et du gaz.”

Ces investissements, dont il a assuré discuter « avec plusieurs entreprises », « donneront à l’Irak une nouvelle position sur le marché de l’énergie », a-t-il confié.

L’Irak possède l’une des cinq plus grandes réserves de pétrole brut au monde et est le deuxième producteur de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), après l’Arabie saoudite.

Le ministre irakien du Pétrole a déclaré en janvier dernier que Bagdad espérait porter sa production pétrolière actuelle, estimée à environ quatre millions de barils par jour, dont elle exporte entre 3 et 3,4 millions, à six millions de barils. EFECOM

sy-fa/jdm

-

PREV 5 choses à savoir sur Rob Vaughn avant le tournoi SEC
NEXT Cours de l’action du groupe Brightcom aujourd’hui Mises à jour en direct : les actions du groupe Brightcom s’effondrent alors que le marché réagit aux faibles bénéfices