SPH : La massification du gaz naturel au niveau national contribuerait à réduire les taux de pauvreté

SPH : La massification du gaz naturel au niveau national contribuerait à réduire les taux de pauvreté
SPH : La massification du gaz naturel au niveau national contribuerait à réduire les taux de pauvreté
-

*L’utilisation d’une énergie plus économique et plus respectueuse de l’environnement générerait des économies significatives pour l’économie des familles les plus nécessiteuses, affirme Felipe Cantuarias, président du syndicat.

Dans le cadre des efforts nécessaires pour réduire les taux de pauvreté, qui touchent aujourd’hui 29% des Péruviens, la Société Péruvienne des Hydrocarbures (SPH) a proposé de promouvoir la massification des ressources naturelles au niveau national dans toutes les régions du pays, afin de générer des revenus significatifs. des économies pour les familles les plus nécessiteuses et promouvoir une véritable décentralisation économique.

Felipe Cantuarias, président du SPH, a expliqué qu’un facteur supplémentaire à la génération d’emplois et de revenus pour réduire la pauvreté, les ménages peuvent générer des économies significatives dans leur panier, en ce sens il a mentionné que l’utilisation du gaz naturel, une ressource que nous produire à 100% et qui a un prix réglementé, est une opportunité de réaliser des économies significatives pour l’économie familiale qui a été durement touchée ces dernières années et qui se reflète dans les récents chiffres de l’INEI.

Dans ce contexte, le SPH considère inexplicable et sans appui technique que le projet de loi approuvé par la Commission de l’Énergie et des Mines qui crée un tarif nivelé pour le gaz naturel insiste sur le rejet de la proposition technique du pouvoir exécutif et constitue un obstacle au développement de la massification du gaz naturel. le gaz naturel, en limitant son application à seulement 50 000 M3, alors que la proposition de l’Exécutif, qui a le soutien de tous les syndicats, experts et régions, est qu’il devrait inclure tous les clients régulés, soit jusqu’à 900 000 M3 mensuels pour que tous les foyers, Les PME et industries des régions bénéficient d’économies allant jusqu’à 130 % sur les coûts énergétiques.

« Aujourd’hui, à Lima, les ménages, les PME et les industries qui utilisent le gaz naturel réalisent des économies allant jusqu’à 130 % sur leurs coûts énergétiques par rapport à ce que dépensent les régions du pays. Par conséquent, si nous voulons réellement contribuer à la réduction de la pauvreté, nous devons accélérer l’utilisation généralisée du gaz naturel dans les régions », a-t-il commenté.

À titre d’exemple, Cantuarias a mentionné qu’une maison située dans des régions qui disposent actuellement d’un spa et d’une cuisinière électrique dépense 205 soles par mois et 150 soles en GPL, alors qu’avec le gaz naturel, elle ne paierait que 49 soles. « Un chauffeur de taxi qui parcourt 100 kilomètres par jour, s’il migre vers le gaz naturel pour ses véhicules, peut économiser plus de 1 000 soles par mois, ce qui profitera à l’économie familiale. Il existe sans aucun doute de très grandes opportunités d’épargne qui auraient un impact sur l’économie familiale et la qualité de vie des Péruviens », a-t-il souligné.

Les entreprises privées favorisent la massification

D’autre part, Cantuarias a précisé que les progrès dans la massification du gaz naturel au Pérou ont été réalisés, principalement, grâce aux contributions du secteur privé, qui a investi plus de 3 milliards de dollars américains ; tandis que l’État n’a investi que 2 milliards de dollars pour le raccordement des maisons et, dans une moindre mesure, pour l’expansion du réseau de gazoducs.

Il a souligné que le déficit budgétaire actuel ne permet pas à l’État de disposer de ressources suffisantes pour financer la massification du gaz naturel au niveau national, comme certains l’ont souligné, depuis – jusqu’à présent – le Fonds d’inclusion sociale énergétique (FISE) n’a pas une plus grande capacité de dépenses.

Le tarif unique du gaz naturel constituera un coup de pouce temporaire qui contribuera à accroître la demande de gaz naturel dans les régions, en créant les conditions permettant au secteur privé, à travers les opérateurs régionaux réglementés par Osinergmin, d’investir dans les infrastructures de gazoducs et les raccordements domestiques. On estime que dans les années à venir, les investissements privés dans les infrastructures de gaz naturel atteindront 5 milliards de dollars américains.

-

PREV Derniers marchés aujourd’hui, mises à jour en direct du 17 mai 2024 : ICICI Securities est optimiste sur ces 2 actions du groupe Tata et voit une hausse jusqu’à 27 %
NEXT Les prix du pétrole grimpent avant la décision de l’OPEP sur la production