Les investisseurs devraient ajouter une protection contre le déclin de l’économie canadienne et du dollar

-

Martin Pelletier : Le Canada pourrait être plus en difficulté que beaucoup ne le pensent

Publié le 13 mai 2024Dernière mise à jour il y a 2 heures4 minutes de lecture

Vous pouvez sauvegarder cet article en vous inscrivant gratuitement ici. Ou connectez-vous si vous avez un compte.

Contenu de l’article

Il y a beaucoup d’incertitude pour le Canadien moyen ces jours-ci, notamment lorsqu’il doit composer avec un environnement macroéconomique complexe qui commence déjà à avoir un impact important sur son bien-être financier global.

Le problème le plus flagrant du moment est que le gouvernement fédéral tente de maintenir la paix avec l’administration américaine actuelle en enregistrant d’importants déficits, mais sans la bénédiction de ne disposer ni de la monnaie de réserve mondiale ni de l’assiette fiscale suffisamment grande pour la financer.

Publicité 2

Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

CE CONTENU EST RÉSERVÉ UNIQUEMENT AUX ABONNÉS

Abonnez-vous maintenant pour lire les dernières nouvelles dans votre ville et partout au Canada.

  • Articles exclusifs de Barbara Shecter, Joe O’Connor, Gabriel Friedman, Victoria Wells et d’autres.
  • Contenu quotidien du Financial Times, la principale publication économique mondiale.
  • Accès en ligne illimité pour lire des articles du Financial Post, du National Post et de 15 sites d’actualités à travers le Canada avec un seul compte.
  • National Post ePaper, une réplique électronique de l’édition imprimée à consulter sur n’importe quel appareil, à partager et à commenter.
  • Des énigmes quotidiennes, y compris les mots croisés du New York Times.

ABONNEZ-VOUS POUR DÉBLOQUER PLUS D’ARTICLES

Abonnez-vous maintenant pour lire les dernières nouvelles dans votre ville et partout au Canada.

  • Articles exclusifs de Barbara Shecter, Joe O’Connor, Gabriel Friedman, Victoria Wells et d’autres.
  • Contenu quotidien du Financial Times, la principale publication économique mondiale.
  • Accès en ligne illimité pour lire des articles du Financial Post, du National Post et de 15 sites d’actualités à travers le Canada avec un seul compte.
  • National Post ePaper, une réplique électronique de l’édition imprimée à consulter sur n’importe quel appareil, à partager et à commenter.
  • Des énigmes quotidiennes, y compris les mots croisés du New York Times.

INSCRIVEZ-VOUS / CONNECTEZ-VOUS POUR DÉBLOQUER PLUS D’ARTICLES

Créez un compte ou connectez-vous pour continuer votre expérience de lecture.

  • Accédez à des articles de partout au Canada avec un seul compte.
  • Partagez vos réflexions et rejoignez la conversation dans les commentaires.
  • Profitez d’articles supplémentaires par mois.
  • Recevez des mises à jour par e-mail de vos auteurs préférés.

Connectez-vous ou créez un compte

ou

Contenu de l’article

Contenu de l’article

C’est un problème car, jusqu’à plus récemment, les deux gouvernements pouvaient compter sur leurs banques centrales respectives pour imprimer de la monnaie afin d’acheter toute la nouvelle dette nécessaire pour financer leurs déficits. Cependant, cette situation a rapidement pris fin car la politique monétaire a été contrainte à être restrictive pour tenter de contenir l’inflation.

Contenu de l’article

En conséquence, au lieu d’ajuster leurs programmes de dépenses, les politiciens recherchent désormais de nouveaux moyens d’augmenter les impôts compte tenu des limites du marché en matière d’émission de dette. Nous ne pensons pas que ce soit une coïncidence si le premier ministre Justin Trudeau et le président Joe Biden ont annoncé des modifications proposées aux gains en capital à quelques jours d’intervalle.

Mais le Canada pourrait être dans une situation bien plus difficile que beaucoup ne le pensent, car son économie est beaucoup plus faible et nettement moins productive.

Par exemple, de 2018 à 2024, le produit intérieur brut par habitant des États-Unis a augmenté de plus de huit pour cent, tandis que celui du Canada a diminué de bien plus de deux pour cent. Beaucoup d’entre nous se sentent plus pauvres, et c’est parce que nous le sommes. Si l’économie canadienne était simplement restée stable par rapport à 2015, nous gagnerions tous 4 200 $ de plus, selon un rapport de Statistique Canada.

Contenu de l’article

Publicité 3

Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Éventuellement, il faudra qu’il y ait un écart dans la politique monétaire entre les banques centrales des deux pays, car la Banque du Canada sera obligée de réduire ses taux à un rythme plus rapide que la Réserve fédérale américaine, ce qui fera probablement baisser le dollar canadien. La grande question est : jusqu’où ?

La Banque du Canada pourrait entreprendre deux à trois réductions de taux cette année, contre une seule pour la Fed. Dans le passé, les prix du pétrole nous fournissaient un certain tampon, mais cette relation s’est dissipée il y a environ deux ans avec l’opinion publique massive. une vague d’embauche dans le secteur en provenance d’Ottawa.

Par conséquent, il n’y a vraiment aucun plancher quant à la chute du dollar canadien, surtout si les politiques fiscales actuelles du gouvernement fédéral se poursuivent sans contrôle au cours des prochaines années. Nous craignons que cela n’accélère le rythme des sorties nettes de capitaux étrangers du pays, et que la prochaine génération soit poussée à s’installer dans des juridictions plus abordables, où le coût du logement est inférieur et où les salaires nets après impôts sont plus élevés.

Mais au lieu de considérer cela comme un risque important, certains membres du gouvernement, comme la ministre des Finances Chrystia Freeland, ont utilisé X, anciennement connu sous le nom de Twitter, pour https://twitter.com/cafreeland/status/1787589801400541569 et soulignez la nouvelle selon laquelle Warren Buffett cherche à déployer des capitaux au Canada comme moyen de soutien.

Publicité 4

Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Ayant un ami proche qui dirigeait une société Berkshire Hathaway Inc., nous savons que Buffett est connu pour couvrir ses risques de baisse et pour rechercher des opportunités brisées et sous-évaluées. Eh bien, s’il parvient à couvrir le risque lié au dollar canadien, il existe ici de nombreuses opportunités brisées et sous-évaluées.

Être de l’autre côté d’un accord Buffett n’est vraiment pas quelque chose dont je, en tant que Canadien, ne me sens pas à l’aise de me vanter, mais je ne suis pas en charge des finances de notre pays, alors peut-être que Freeland sait quelque chose que j’ignore.

Nous nous tournons vers les marchés des changes pour contribuer à protéger le patrimoine de nos clients en renforçant notre positionnement en dollars américains. Heureusement, nous sommes même capables de structurer des transactions pour détenir ce que nous considérons comme des actifs canadiens en ruine, mais en dollars américains.

Recommandé par l’éditorial

  1. Les traders travaillent sur le parquet de la Bourse de New York.

    Les lois de la nature s’appliquent également aux marchés et à l’investissement

  2. Les traders travaillent sur le parquet de la Bourse de New York pendant l'après-midi à New York.

    La prise de risque n’est pas différente en matière d’investissement ou de politiques gouvernementales

Nous avons également vendu la grande majorité de nos obligations du gouvernement canadien parce que nous pensons que la perte résultant d’une éventuelle détérioration de la qualité du crédit et de la chute du dollar canadien effacera tout avantage tiré de la baisse des taux d’intérêt. Nous préférerions simplement détenir des obligations américaines à taux variable.

Publicité 5

Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Il est encore temps d’ajouter une certaine protection à vos portefeuilles contre la chute du dollar canadien et les politiques qui accélèrent la détérioration du bien-être économique de notre pays.

Martin Pelletier, CFA, est gestionnaire de portefeuille principal chez Wellington-Altus Private Counsel Inc., opérant sous le nom de TriVest Wealth Counsel, une société d’investissement privée et institutionnelle spécialisée dans les portefeuilles discrétionnaires à gestion des risques, l’audit/la surveillance des investissements et les services avancés en matière de fiscalité, de succession et de gestion des risques. planification patrimoniale. Les opinions exprimées ne sont pas nécessairement celles de Wellington-Altus.

_____________________________________________________________________________

Si vous aimez cette histoire, Inscrivez vous pour la newsletter des investisseurs FP.

_____________________________________________________________________________

Ajoutez notre site Web à vos favoris et soutenez notre journalisme : Ne manquez pas l’actualité économique que vous devez connaître : ajoutez Financialpost.com à vos favoris et inscrivez-vous à nos newsletters ici.

Contenu de l’article

-

PREV La saison des incendies dans le comté de Summit pourrait être retardée jusqu’à la fin de l’été
NEXT Le Nigeria adoucit l’accord pour les investisseurs pétroliers en assouplissant les règles de change