Ils reportent une nouvelle augmentation des tarifs de l’électricité et du gaz pour qu’elle n’impacte pas l’inflation

-

13/05/2024

Comme prévu, le ministre de l’Économie de la Nation, Luis “Toto” Caputo, a ordonné la suspension de la deuxième mise à jour des tarifs d’électricité et de gaz prévue pour le mois de mai. L’objectif de la mesure n’est qu’un seul : retarder les augmentations afin qu’elles n’impactent pas l’indice d’inflation mesuré chaque mois par l’Institut national de la statistique et des recensements (Indec) et ainsi continuer à soutenir le récit de la déflation que le gouvernement réalise depuis plus d’un an. la base de l’intensification.

Caputo a envoyé une lettre au secrétaire à l’Énergie, Eduardo Rodríguez Chirillo, pour officialiser la décision qui était déjà connue depuis le 30 avril mais qui devait encore passer par le processus administratif obligatoire pour avancer dans sa mise en œuvre.

Selon ce que rapporte EconoJournal ce lundi, la lettre de Caputo indique que « afin de consolider le processus de désinflation mené par le gouvernement, vérifié jusqu’à présent, il est raisonnable et prudent de reporter l’application effective des mises à jour prévues en mai. des organismes de régulation et les augmentations du PEST correspondant à l’énergie électrique et du PIST au gaz”.

Si ces augmentations n’étaient pas suspendues, les utilisateurs d’un ménage N1 (à revenus élevés) auraient bénéficié d’une augmentation de 77 % du prix de gros de l’énergie. Pendant ce temps, la facture de gaz impliquait, par exemple, qu’un utilisateur résidentiel du segment 1 (revenu élevé) passerait de 2,79 $ par million de BTU en avril à 4,49 $.


Le gouvernement devrait reprendre les calendriers d’augmentation des tarifs en juin puisque dans la lettre de Caputo indique que les organismes de régulation doivent procéder “exclusivement au report de l’application des mises à jour établies au mois de mai”. Autrement dit, les augmentations n’impacteraient que les factures qui arriveront en juillet.

En février, le ministère de l’Énergie a appliqué une augmentation du prix de gros du service d’électricité et des augmentations de tarifs allant jusqu’à 120% pour les secteurs aux revenus les plus élevés, l’une des composantes du tarif total qui n’a touché que les utilisateurs résidentiels qui. sont classés au « Niveau 1 de segmentation » et qu’ils ont renoncé ou n’ont pas demandé de subventions énergétiques.

Source : minute un

-

PREV Les Timberwolves écrasent les Nuggets pour forcer le match 7
NEXT Les suspects arrêtés pour le meurtre de Ditebogo Phalane comparaîtront devant le tribunal – SABC News