L’OPEP s’en tient à sa vision de la demande de pétrole et déplace ses prévisions clés vers l’OPEP+

L’OPEP s’en tient à sa vision de la demande de pétrole et déplace ses prévisions clés vers l’OPEP+
L’OPEP s’en tient à sa vision de la demande de pétrole et déplace ses prévisions clés vers l’OPEP+
-

Par Alex Lawler

LONDRES (Reuters) – L’OPEP a confirmé mardi sa prévision d’une forte croissance de la demande mondiale de pétrole en 2024 et a annoncé qu’elle commencerait à projeter la demande de brut OPEP+, reflétant que le groupe au sens large est désormais le principal forum de coopération pour soutenir le marché.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole, dans un rapport mensuel, a déclaré qu’elle s’attend à ce que la demande mondiale de pétrole augmente de 2,25 millions de barils par jour (b/j) en 2024 et de 1,85 million de b/j en 2025. Les deux prévisions sont inchangées par rapport au mois dernier.

Il s’agit du dernier rapport avant que l’OPEP+, que les groupes de l’OPEP et ses alliés menés par la Russie, se réunissent le 1er juin pour décider s’il faut prolonger les réductions volontaires de production pétrolière au second semestre. L’OPEP s’est montrée optimiste quant aux perspectives économiques.

“Malgré certains risques baissiers, la dynamique continue observée depuis le début de l’année pourrait créer un potentiel de hausse supplémentaire pour la croissance économique mondiale en 2024 et au-delà”, a déclaré l’Opep dans le rapport.

L’OPEP+ a mis en œuvre une série de réductions de production depuis fin 2022 pour soutenir le marché. La dernière réduction de 2,2 millions de b/j est en vigueur jusqu’à fin juin, à moins qu’elle ne soit prolongée, comme l’ont indiqué certaines sources de l’OPEP+.

Il existe une divergence plus grande que d’habitude parmi les prévisionnistes quant à la vigueur de la croissance de la demande pétrolière en 2024, en partie à cause de divergences sur le rythme de la transition mondiale vers des carburants plus propres.

L’Agence internationale de l’énergie, qui représente les pays industrialisés et prévoit que la demande de pétrole atteindra son pic d’ici 2030, prévoit une expansion de 1,2 million de b/j et devrait mettre à jour ses chiffres mercredi.

L’OPEP estime que la consommation de pétrole continuera d’augmenter au cours des deux prochaines décennies et n’a pas prévu de pic.

MET L’accent SUR L’OPEP+

L’OPEP a également déclaré qu’elle cesserait de publier un calcul de la demande mondiale pour son propre brut – un chiffre considéré comme un indicateur de la force du marché – et qu’elle se concentrerait sur la demande de pétrole de l’OPEP+.

Cette décision « démontre la solidarité et l’unité » dans le cadre de l’OPEP+, a déclaré l’OPEP, tout en éliminant le « potentiel de malentendu ». L’OPEP+ travaille ensemble depuis 2016 dans le cadre d’un pacte appelé Déclaration de coopération (DoC).

L’histoire continue

Une source de l’OPEP+ a déclaré à Reuters, qui a rendu compte du changement la semaine dernière, que cette décision reflétait le fait que la demande de l’OPEP+ était désormais plus pertinente parce que le DoC était désormais le cadre de coopération sur le marché pétrolier.

Dans le rapport, l’OPEP prévoit que la demande de brut DoC en 2024 sera de 43,2 millions de b/j, à comparer à une demande mondiale de pétrole de 104,5 millions de b/j, et a déclaré que le groupe a produit 41,02 millions de b/j en avril, soit un chiffre inférieur à la demande attendue.

L’OPEP elle-même a pompé 26,58 millions de b/j en avril, soit une baisse de 48 000 b/j, selon le rapport.

(Reportage d’Alex Lawler ; édité par Jason Neely et Mark Potter)

-

PREV Des images de la NASA montrent la pollution par la fumée au Honduras
NEXT Une femme de Monrovia arrêtée après qu’un homme faisant l’objet d’une ordonnance de non-communication ait été retrouvé abattu à son domicile