Le Kenya puise dans le fonds de stabilisation pour empêcher la hausse des prix à la pompe

Le Kenya puise dans le fonds de stabilisation pour empêcher la hausse des prix à la pompe
Le Kenya puise dans le fonds de stabilisation pour empêcher la hausse des prix à la pompe
-

L’État a puisé mardi dans le fonds de stabilisation des carburants pour la première fois depuis octobre de l’année dernière pour arrêter une augmentation des prix à la pompe pouvant atteindre 2,27 shillings le litre.

Le coussin a légèrement abaissé les prix du super essence par litre à Nairobi, passant de 193,84 shillings à 192,84 shillings auparavant.

Le diesel, dont les prix n’ont pas été couverts, est passé de 180,38 Sh 179,18 lors de la révision qui prend effet aujourd’hui (mercredi) jusqu’au 14 juin. Sans le coussin, le prix de l’essence aurait bondi de 2,27 Sh le litre.

La dernière fois que la stabilisation a été appliquée, c’était au cours du cycle octobre-novembre 2023. Cela s’est produit à un moment où les prix du superessence sur le marché mondial ont augmenté de 5 pour cent à 927 dollars la tonne contre 881,11 dollars le mois dernier, tandis que les prix du diesel ont augmenté de 1,4 pour cent à 737,49 dollars la tonne. Le shilling s’est également légèrement affaibli par rapport au dollar, le régulateur de l’énergie ayant appliqué un taux de change de 134,63 unités lors de la révision des prix d’hier, contre 133,54 unités utilisées le mois dernier.

« Au cours de la période sous revue, le prix maximum autorisé à la pompe pour le superessence, le diesel et le kérosène a diminué respectivement de 1 shilling par litre, 1,20 shilling par litre et 1,30 shilling par litre », Daniel Kiptoo, directeur général de l’énergie et du pétrole. L’Autorité de régulation (Epra), a déclaré hier.

La combinaison de l’affaiblissement du shilling et de la hausse des prix mondiaux du carburant raffiné a ouvert la voie à une hausse des prix à la pompe du superessence et du kérosène, incitant à la réintroduction de la subvention.

Depuis décembre de l’année dernière, les prix à la pompe connaissent une baisse soutenue dans un contexte de chute mondiale des prix du brut Murban.

Le renforcement du shilling par rapport au dollar depuis février a ensuite contribué de manière significative à la baisse des prix locaux à la pompe, aidant ainsi le gouvernement à baisser les prix sans recourir au fonds de stabilisation.

Les derniers prix devraient légèrement atténuer l’inflation étant donné le rôle essentiel du diesel dans la détermination des prix des biens et services.

Le diesel est le principal carburant utilisé par les transporteurs, les constructeurs et les producteurs d’électricité. L’inflation – une mesure du coût de la vie – est tombée à 5 pour cent le mois dernier, contre 5,7 pour cent en mars. La baisse de prix d’hier est cependant la plus faible depuis la revue mensuelle de février de cette année, lorsque les prix du superessence et du diesel ont chuté de 1 Sh1 par litre pour chacune des deux qualités de carburant.

Le gouvernement a progressivement supprimé les subventions aux carburants dans un contexte de pression accrue sur le Trésor public et d’appels de la part des principaux financiers, notamment le Fonds monétaire international, en faveur du fonds de stabilisation, qui est collecté à partir du prélèvement sur le développement pétrolier (PDL).

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a déclaré qu’il y avait une chance que l’économie mondiale fasse mieux que prévu cette année. L’Opep a déclaré mardi qu’elle s’attendait à ce que la demande mondiale de pétrole augmente de 2,25 millions de barils par jour (b/j) en 2024 et de 1,85 million de b/j l’année prochaine. Les deux prévisions sont restées inchangées par rapport au mois dernier.

-

PREV Feu gratuit | Codes d’échange Fire gratuits sur Android et iOS pour aujourd’hui, mardi 21 mai 2024 | Mexique | Espagne | MX | etf | ff max | Échange | Récompenses | Journaux | Aujourd’hui | JEU SPORTIF
NEXT Un groupe de producteurs de cannabis prévient que l’industrie pourrait s’effondrer d’ici un an si les agriculteurs n’obtiennent pas d’aide financière | Nouvelles