Les revenus pétroliers russes chutent alors que les exportations chutent à leur plus bas niveau depuis 5 mois, selon l’AIE

Les revenus pétroliers russes chutent alors que les exportations chutent à leur plus bas niveau depuis 5 mois, selon l’AIE
Les revenus pétroliers russes chutent alors que les exportations chutent à leur plus bas niveau depuis 5 mois, selon l’AIE
-

Les exportations russes de brut et de produits pétroliers en avril ont chuté à des niveaux observés pour la dernière fois fin 2023 en raison des attaques de drones ukrainiens et des réductions de production prévues, mettant sous pression les revenus pétroliers du pays, selon l’Agence internationale de l’énergie.

Le pays a exporté au total 7,3 millions de barils par jour le mois dernier, en baisse de 6,4% par rapport à mars, indique l’agence basée à Paris dans son rapport mensuel publié mercredi. Il s’agit des exportations de pétrole les plus faibles de la Russie depuis cinq mois, selon les estimations de l’AIE.

L’essentiel de la baisse provient des flux de produits, qui ont chuté de près de 15 % à 2,3 millions de barils par jour par rapport à mars, selon les données.

La hausse des prix du brut et du carburant russes a partiellement compensé l’impact de la baisse des exportations sur leurs revenus. Pourtant, en avril, le pays a gagné 17,2 milliards de dollars grâce aux exportations de pétrole, contre 18,4 milliards de dollars le mois précédent, selon les calculs de l’agence.

L’industrie pétrolière est une source clé de revenus pour le budget russe, accablé par des dépenses militaires et sociales plus élevées alors que l’invasion de l’Ukraine en est à sa troisième année. Dans le but de limiter la capacité de Moscou à financer la guerre, l’Ukraine et ses alliés occidentaux ont cherché à perturber le flux de pétrodollars vers les coffres russes.

Depuis le début de l’année, le gouvernement de Kiev cible les principales raffineries russes avec des drones, une stratégie qui a initialement conduit à des dommages importants aux installations de traitement du pétrole et à une baisse de la production. Il y a plus d’un an, l’Occident a plafonné les prix des barils russes, limitant ainsi l’accès aux services d’assurance et de transport occidentaux pour les producteurs, les commerçants et les acheteurs qui ne respectaient pas les limitations de prix.

Ces stratégies n’ont été que partiellement couronnées de succès, selon le rapport de l’AIE.

“Les raffineries russes ont échappé à de lourdes pertes de production” suite aux attaques de drones, a indiqué l’agence basée à Paris. Il estime que la production des raffineries du pays en avril avoisine 4,9 millions de barils par jour, contre 5,2 millions de barils par jour en mars en raison des récentes grèves.

L’agence a également révisé à la baisse ses estimations concernant l’effet des attaques sur les opérations des raffineries russes.

“Nous estimons désormais que l’impact des frappes de drones sera limité à 150 à 200 000 barils par jour en moyenne” au cours du deuxième trimestre 2024, précise le communiqué.

Des redémarrages plus rapides que prévu des installations russes endommagées, y compris le retour annoncé de la raffinerie de Touapsé de Rosneft PJSC, et la « capacité du pays à utiliser la capacité de traitement de brut inutilisée, semblent avoir contribué à cet impact moins grave sur les débits de brut », selon l’agence. il a dit.

Les restrictions occidentales sur les prix des barils russes continuent également d’avoir un impact limité sur le flux de ses pétrodollars, selon les données de l’AIE. Les prix moyens pondérés à l’exportation de tous les mélanges de brut russe en avril ont augmenté d’un mois à l’autre et sont restés au-dessus du prix plafond du G7, a indiqué l’agence.

“Les prix des produits haut de gamme sont restés inférieurs au prix plafond, tandis que les produits à prix réduits ont dépassé leur prix plafond”, indique-t-il.

Les exportations russes ont également été affectées par les réductions volontaires de production dans le de leurs accords avec l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés. “La Russie a mis en œuvre une partie de sa promesse de réduction de la production OPEP+ au 2T24”, a indiqué l’AIE.

La production russe de brut uniquement en avril a atteint 9,3 millions de barils par jour, a indiqué l’agence. Même si cela représente une baisse de 150 000 barils par jour par rapport au mois précédent, il reste néanmoins 200 000 barils par jour au-dessus de son objectif implicite, a indiqué l’AIE.

-

PREV Application qui améliore la connexion de PC à PC
NEXT LIC Housing Finance annonce un dividende de 450 % par action ; Le NII augmente de plus de 12 %