Billet d’or à modifier – The National

-
Richard Kassman
Les consultations dureront encore six mois, déclare le ministre

Par NATHAN WOTI
Le ministre des MINES, Muguwa Dilu, a assuré aux Papouasie-Nouvelle-Guinée que le projet de loi visant à raffiner l’or dans le pays serait amendé avant d’être soumis au Parlement.
S’adressant hier à une consultation publique sur le projet de loi 2022 sur la Gold Corporation à Port Moresby en présence du Premier ministre James Marape, Dilu a déclaré que le projet de loi serait soit mis de côté, soit que des amendements clés y seraient apportés avant qu’il ne soit soumis au Parlement pour adoption.
Le deuxième résultat de la consultation serait que le gouvernement propose un autre modèle commercial pour stimuler la transformation en aval dans le pays.
Il a déclaré que le processus prendrait probablement encore six mois.
Marape a maintenu sa position selon laquelle “l’objectif du traitement en aval de toutes les ressources du pays, ou de la possession d’une raffinerie d’or, ne sera pas déplacé mais que les consultations pour amender le projet de loi se poursuivront”.
La Chambre des ressources et de l’énergie de Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG Core) a réitéré son opposition au projet de loi sous sa forme actuelle.
Le vice-président Richard Kassman a déclaré que PNG Core et l’industrie ne voulaient pas atteindre le point où ils seraient obligés de poursuivre le gouvernement en justice au sujet de « ce projet de loi controversé ».
Il a déclaré qu’ils n’étaient pas opposés au fait que le pays ait sa propre raffinerie, mais que leur préoccupation concernait le processus suivi par le gouvernement pour faire adopter le projet de loi au Parlement sans consultation appropriée.
“Nous sommes pour (le projet de loi), seulement si les processus sont transparents, si des consultations avec les autorités compétentes sont effectuées et, surtout, si nous voulons protéger les intérêts commerciaux des mines”, a déclaré Kassman.
Marape a déclaré que le Gold Corporation Bill 2022 serait adopté pour soutenir le programme du gouvernement visant à accroître la valeur des exportations d’or du pays, qui s’élèvent actuellement à environ deux millions d’onces par an.
“La conversation d’aujourd’hui porte sur l’or, mais la conversation (future) de demain portera sur la foresterie, le pétrole et le gaz, la pêche et l’agriculture”, a-t-il déclaré.
« Je crois que la plus grande peur des Papouasie-Néo-Guinéens est celle de l’inconnu.
« Mais je veux vous assurer, ainsi qu’à nos grands mineurs, que vos bénéfices ne seront pas affectés (à cause du projet de loi).
« C’est pourquoi une consultation comme celle-ci est importante, car nous pouvons entendre votre opinion et celle du public, et connaître votre point de vue. » Mais il a averti que « nous ne devons pas nous détourner de notre objectif de transformer en aval toutes nos ressources naturelles pour exporter des produits finis afin de pouvoir ajouter de la valeur, créer des emplois et également rendre compte des ressources produites ».
Dilu a ajouté qu’une lettre serait envoyée au Cabinet et au Bureau du Procureur général pour prolonger la période de consultation entre six et 12 mois.
Un projet de loi sur l’accord des actionnaires de Gold Corporation a également été évoqué lors de la consultation d’hier.

-

PREV Banque de déviation des inondations de 650 000 $ pour Kawakawa
NEXT Le triplé de Griezmann propulse l’Atletico en Ligue des champions