Les cas de COVID-19 à Singapour ont presque doublé ; les hôpitaux vont réduire les chirurgies électives non urgentes

Les cas de COVID-19 à Singapour ont presque doublé ; les hôpitaux vont réduire les chirurgies électives non urgentes
Les cas de COVID-19 à Singapour ont presque doublé ; les hôpitaux vont réduire les chirurgies électives non urgentes
-

SINGAPOUR : Les cas de COVID-19 ont presque doublé à Singapour d’une semaine à l’autre, ce qui a incité le ministère de la Santé à prendre des mesures pour garantir une capacité suffisante dans les hôpitaux publics.

Le nombre estimé d’infections au COVID-19 au cours de la semaine du 5 au 11 mai s’est élevé à 25 900, soit une augmentation de 90 % par rapport aux 13 700 cas de la semaine précédente.

Le nombre moyen d’hospitalisations quotidiennes liées au COVID-19 est passé à environ 250 contre 181 la semaine précédente, a déclaré le ministère de la Santé (MOH) samedi 18 mai. Il a ajouté que le nombre moyen de cas quotidiens en soins intensifs restait faible, à trois cas, contre deux cas la semaine précédente.

“Le ministère de la Santé suit de près la trajectoire de cette vague”, a indiqué le ministère.

“Pour protéger la capacité en lits d’hôpitaux et par mesure de précaution, les hôpitaux publics ont été invités à réduire leurs cas de chirurgies électives non urgentes et à déplacer les patients appropriés vers des établissements de soins comme les établissements de soins de transition ou à domicile via Mobile Inpatient Care@Home.”

Il a également exhorté les gens à ne pas se faire soigner au service des urgences d’un hôpital si leurs symptômes sont légers ou s’ils ne présentent aucune vulnérabilité médicale.

Les souches KP.1 et KP.2 du virus COVID-19 représentent actuellement plus des deux tiers des cas à Singapour.

Les deux souches appartiennent à un groupe de variantes du COVID-19 que les scientifiques ont surnommé « FLiRT », d’après les noms techniques de leurs mutations. Ils sont tous des descendants du variant JN.1, qui s’est répandu rapidement dans le monde il y a plusieurs mois.

Plus tôt ce mois-ci, l’Organisation mondiale de la santé a classé KP.2 comme variante sous surveillance. C’est également la souche dominante aux États-Unis et a été détectée dans des pays comme la Chine, la Thaïlande, l’Inde, l’Australie et le Royaume-Uni.

“Il n’y a actuellement aucune indication, à l’échelle mondiale ou locale, que KP.1 et KP.2 soient plus transmissibles ou provoquent une maladie plus grave que les autres variantes en circulation”, a déclaré samedi le ministère de la Santé.

-

NEXT Dép. Morón contre. San Miguel en direct : comment ils arrivent au match