L’industrie de l’huile de palme « utilise de manière trompeuse » le nowashing pour commercialiser ses produits

L’industrie de l’huile de palme « utilise de manière trompeuse » le nowashing pour commercialiser ses produits
L’industrie de l’huile de palme « utilise de manière trompeuse » le nowashing pour commercialiser ses produits
-

Par Athéna*
L’hypocrisie des entreprises est une classe magistrale de manipulation qui reste largement indétectable par les consommateurs et les citoyens. Les entreprises se vantent souvent de leurs responsabilités environnementales et sociales. Pourtant, leurs actions trahissent ces promesses, créant un gouffre entre leur image publique et la sombre réalité du terrain. Cette duplicité érode gravement la confiance du public et sape les fondations solides de notre société.
Prenons l’exemple de JBS, le géant de la transformation de la viande qui s’est engagé à lutter contre la déforestation, mais qui s’est finalement fait surprendre en train de s’approvisionner en bétail sur des terres amazoniennes illégalement déboisées. Cartier, la marque de luxe, prétend utiliser une chaîne d’approvisionnement éthique, mais a été dénoncée pour avoir utilisé de l’or de conflit et exploité les peuples autochtones d’Amazonie dans ses publicités. IOI, un producteur d’huile de palme, a vanté la « durabilité » de son huile de palme tout en favorisant la destruction de l’environnement. Une tromperie aussi flagrante alimente l’indignation du public, conduisant souvent à un mécontentement plus grand que les actes contraires à l’éthique initiaux.

L’anatomie de la tromperie des entreprises

L’hypocrisie des entreprises consiste à faire de grandes déclarations, à ne pas les satisfaire, à tromper les parties prenantes et à tirer profit de cette tromperie. Les industries du tabac et de l’huile de palme sont tristement célèbres pour ce comportement. Les compagnies de tabac, bien qu’elles se soient engagées à ne pas cibler les jeunes, ont continué à le faire. De la même manière, IOI a violé la politique de combustion zéro qu’elle avait contribué à établir, ce qui a entraîné d’importantes réactions négatives de la part du public et des pertes d’affaires de la part de grandes entreprises comme Unilever et d’autres.

Démasquer l’hypocrisie des entreprises : une expérience

Une étude réalisée en 2020 par des chercheurs allemands a testé la perception du public de l’hypocrisie des individus par rapport aux entreprises. Les participants lisent des scénarios impliquant des particuliers, des dirigeants et des entreprises se comportant de manière hypocrite. Les résultats ont montré que si toutes les formes d’hypocrisie étaient condamnées, l’hypocrisie des entreprises était jugée plus sévèrement en raison de leur cupidité et de leur manque d’empathie.

Industrie de l’huile de palme : une étude de cas sur le greenwashing

Le greenwashing est une pratique trompeuse par laquelle les entreprises présentent faussement leurs produits comme étant respectueux de l’environnement. L’industrie de l’huile de palme est connue pour cela, notamment sous couvert d’huile de palme « durable » certifiée par la RSPO.

Les marques de supermarchés du monde entier ont été impliquées dans ce greenwashing, affirmant adhérer à des pratiques « durables » tout en se livrant à des activités qui aboutissent à des accaparements violents de terres, à des violations des droits de l’homme, à des écocides et à pousser les espèces en péril vers l’extinction.
Au Guatemala, malgré la certification RSPO, la déforestation du palmier à huile se poursuit à un rythme alarmant, nuisant aux écosystèmes et aux communautés locales. Une étude réalisée en 2023 par l’Université du Michigan a souligné que la certification de produits durables n’empêche pas nécessairement la destruction de l’environnement.

IOI : Une histoire de promesses non tenues

En 2004, IOI, un important producteur malaisien d’huile de palme, a cofondé la RSPO pour défendre la production durable d’huile de palme, y compris une « politique de brûlage zéro » pour prévenir la déforestation. Cependant, les actions d’IOI contredisaient totalement leurs engagements. Des ONG comme Milieudefensie et les Amis de la Terre Europe ont accusé IOI de défricher les forêts tropicales en Indonésie, avec des images aériennes et des rapports locaux fournissant des preuves irréfutables.
En 2015, le conseiller en développement durable Aidenvironment a déposé une plainte officielle, ce qui a conduit à la suspension d’IOI de la RSPO en 2016. Cette suspension a entraîné des pertes financières lorsque de grandes entreprises comme Unilever, Kellogg et Mars ont rompu leurs liens. Bien qu’elle ait finalement satisfait aux conditions de la RSPO et ait été réintégrée, la réputation d’IOI a subi des dommages durables, soulignant son hypocrisie et sapant sa crédibilité en tant que promoteurs de pratiques durables.

Plus de greenwashing dans l’industrie de l’huile de palme

Certifications Unilever et RSPO : Unilever a été critiqué pour avoir promu son utilisation d’huile de palme certifiée RSPO comme étant durable. Les enquêtes ont révélé que malgré ces affirmations, Unilever s’approvisionnait en huile de palme auprès de fournisseurs impliqués dans la déforestation et la destruction de l’habitat. La certification RSPO elle-même a été critiquée pour sa faible application, permettant à ses membres de poursuivre des pratiques néfastes sous le label « durable ».
Nestlé et l’engagement « Pas de déforestation » : Nestlé s’est engagé à atteindre zéro déforestation d’ici 2020, affirmant que son huile de palme ne contribuerait plus à la perte de forêts. Cependant, des rapports ont fait surface montrant que les fournisseurs de Nestlé étaient toujours impliqués dans la déforestation, notamment en Indonésie et en Malaisie. Cet écart entre les engagements publics de Nestlé et les pratiques actuelles met en évidence l’ampleur du greenwashing dans l’industrie de l’huile de palme.

1716105879_194_Lindustrie-de-lhuile-de-p

PepsiCo et controverses avec les fournisseurs : PepsiCo est liée depuis de nombreuses années à des fournisseurs violant les lois sur les droits de l’homme et l’environnement. Alors que l’entreprise affiche son engagement à s’approvisionner en huile de palme « durable » RSPO, les enquêtes ont révélé que ces fournisseurs étaient impliqués dans le défrichement illégal et l’exploitation des communautés autochtones.

JBS : L’écoblanchiment hypocrite de l’industrie bovine

JBS, le plus grand producteur mondial de viande bovine, a été poursuivi en justice par la procureure générale Letitia James pour avoir présenté à tort ses produits comme étant durables. Le procès, déposé début 2024, met en évidence la façon dont JBS a faussement commercialisé son bœuf comme étant respectueux de l’environnement tout en s’engageant dans des pratiques néfastes pour l’environnement. Cette affaire reflète les tactiques trompeuses observées dans l’industrie de l’huile de palme, soulignant la nature généralisée du greenwashing des entreprises.

Cartier et le scandale des mines d’or : une façade scintillante

Cartier, la marque de luxe, a été impliquée dans l’hypocrisie des entreprises et le greenwashing. Ils ont utilisé des images de la tribu Yanomami d’Amazonie, dévastée par l’exploitation illégale de l’or, dans leurs campagnes marketing pour promouvoir leurs bijoux en or comme étant d’origine éthique. La militante Barbara Crane Navarro a souligné l’hypocrisie de cet acte, révélant comment les pratiques de Cartier contribuent à la destruction de l’environnement et à l’exploitation des communautés autochtones.

Boycotts : une arme puissante contre l’hypocrisie des entreprises

Les boycotts sont un outil important et puissant pour dénoncer la cupidité et l’hypocrisie des entreprises. La recherche montre que les boycotts peuvent influencer efficacement le comportement des entreprises en impactant leurs bénéfices et leur image publique. Par exemple, Nestlé a fait face à une campagne de boycott réussie contre la déforestation pour l’huile de palme dans sa chaîne d’approvisionnement, ce qui a conduit à des changements de politique. La pression publique continue par le biais de boycotts oblige les entreprises à rendre des comptes et les pousse à adopter des pratiques plus transparentes.
Des études indiquent que les boycotts peuvent entraîner des changements significatifs. Par exemple, John et Klein (2003) ont constaté que les boycotts sont efficaces pour signaler le mécontentement des consommateurs et peuvent avoir des conséquences financières considérables.

Participer à une action créative et collective contre l’hypocrisie des entreprises

Les entreprises doivent aligner leurs actions sur leurs déclarations publiques pour maintenir la confiance et éviter de graves réactions négatives du public. Les consommateurs jouent un rôle essentiel en participant aux boycotts et en exigeant transparence et responsabilité de la part des entreprises.
L’action collective ne se limite pas aux boycotts. Créer de l’art, de l’écriture et de la musique pour dénoncer l’hypocrisie des entreprises sont de puissantes formes d’activisme. Ces expressions créatives trouvent un profond écho auprès des gens et les incitent à agir. Le travail de l’artiste-activiste Barbara Crane Navarro, qui expose l’hypocrisie de Cartier à travers l’art et le plaidoyer, témoigne de l’impact de la combinaison de la créativité et de l’activisme.
Les individus et les organisations peuvent participer à diverses formes d’activisme, comme décrit sur le site Web de Palm Oil Detectives. En nous engageant dans des formes créatives d’activisme en ligne et en personne, et en participant aux boycotts des consommateurs, nous pouvons tous demander des comptes aux entreprises et conduire un changement significatif vers un monde plus éthique.

*Fplus haut, Palm Oil Detectives, un collectif mondial de défenseurs des droits des animaux et des droits des peuples autochtones qui dénonce les impacts dévastateurs de la déforestation de l’huile de palme, de l’or et de la viande sur la faune et les communautés autochtones. Pour en savoir plus sur le mouvement #Boycott4Wildlife, cliquez ici :

https://x.com/PalmOilDetect

https://m.youtube.co/@Palmildetectives

https://mastodonapp.uk/@palmoildetectives

-

PREV « Vous êtes parti trop vite » – El Financiero
NEXT Comment cela se compare-t-il à ce qui se passe dans le reste du pays ?