La “Gringa”, une femme pionnière dans le monde de la plomberie, du gaz et de l’électricité

-

Adriana « La Gringa » Gigena a 46 ans, vit à B° Talleres Sur et est plombière, installatrice de gaz et électricienne depuis plus de 6 ans.
« J’ai commencé il y a environ 6/7 ans, lorsque j’ai perdu mon emploi. J’ai eu mes jeunes enfants, j’ai vécu 6 ans aux États-Unis et là j’ai commencé par le thème des travaux d’entretien. Et bien, je me suis retrouvée sans travail et je me suis dit : je sais faire un peu de tout, je vais tenter ma chance ! Et me voilà, travaillant comme plombier, installateur de gaz et électricien.a commenté la « Gringa », comme on la connaît le plus.

Le vôtre était-il héréditaire ?
Mon vieux était un de ces gens de la campagne qui, on ne sait comment, mais vous ont construit une maison et vous ont réparé une voiture. Mes frères sont comme ça, tout comme moi. Nous sommes très autodidactes (rires).

Quels types de travaux exercez-vous ?
Je fais tout pour vous, depuis la pose d’un rideau jusqu’au changement d’une prise. Je répare également votre sac à dos de toilette, votre chauffe-eau, votre chauffage, etc. Je sais comment casser un mur si un tuyau s’est cassé, peindre le plafond avec de la membrane… Tout ! Et je marche aussi partout. Actuellement, ce que je fais le plus, ce sont des travaux de plomberie.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre travail?
J’adore parler, je suis toujours de bonne humeur et pendant que je prépare quelque chose, ils me donnent du maté et du café. Parfois, je déjeune, et la plupart du temps, je me fais presque toujours des amis et cela me fait très bien.

Les gens sont-ils surpris de voir que vous êtes une femme ?
Les femmes sont heureuses, les personnes âgées surtout, les mariages… mais ma clientèle est variée. Ils s’admirent généralement et moi… Chocha ! Il n’y a pas de discrimination, mais ce sont les hommes qui ont la mauvaise réputation d’échouer, de ne pas se conformer, d’échouer et de ne pas donner de garanties… les gens en ont eu marre. Il y a évidemment aussi des professionnels à 100%. J’essaie de toujours bien quitter le travail et en cas d’échec, d’y revenir autant de fois que nécessaire… et de toujours respecter le calendrier convenu, la qualité du travail et l’engagement ; Et c’est pour ça que les gens aiment ça et c’est pour ça qu’ils vous rappellent.

Pourquoi pensez-vous que les jeunes ne sont pas plus enclins à la plomberie ?
Je pense que la technologie les a aveuglés, c’est plus cool de s’asseoir sur un ordinateur ou un téléphone portable que de se salir et de s’entraîner ou de s’entraîner. Il n’y a aucun intérêt. Il n’y a personne à promouvoir, il n’y a pas d’emploi ni d’envie d’apprendre… Il y a beaucoup de demande, beaucoup de travail, qu’il y ait une crise ou pas, les choses cassent et il faut continuer à les réparer.

Quels sont vos plus grands désirs ?
Mes projets sont simples, continuer à m’épanouir comme avant, continuer à me donner le corps pour continuer à travailler. Je suis très heureux de faire ce travail. La satisfaction est énorme. Je vis de ça, c’est mon gagne-pain. J’ai 2 enfants adolescents, ma mère vit à la maison et j’ai 3 chiens. Je veux que mes enfants étudient, mais je leur dis aussi qu’avoir un travail, c’est beau et qu’on peut très bien vivre, si on sait en profiter et faire des efforts.

Plus d’informations: Cell. 3516 11-3111 (Service La Gringa)

-

NEXT “Quand nous sommes revenus, nous étions davantage à nous”