Division Palerme : les gendarmes ont tiré des gaz lacrymogènes et le vent leur a joué des tours

Division Palerme : les gendarmes ont tiré des gaz lacrymogènes et le vent leur a joué des tours
Division Palerme : les gendarmes ont tiré des gaz lacrymogènes et le vent leur a joué des tours
-

La Gendarmerie voulait réprimer les manifestants de l’Association des Travailleurs de l’Etat (ATE) avec des gaz lacrymogènes, mais le vent a perturbé l’action et provoqué la paralysie toxique des membres du groupe.. La manifestation a eu lieu ce samedi 25 mai sur les routes qui relient l’aéroport de Cordoue à la Plaza San Martín avant l’arrivée de président Javier Milei.

L’épisode inhabituel s’est produit ce matin à l’entrée de l’aéroport international Ingeniero Aeronáutico Ambrosio Taravella, sur la route provinciale E53, lorsque les syndicats, les secteurs sociaux et les initiatives citoyennes ont commencé une mobilisation massive pour exprimer leur rejet de la politique du leader de La Libertad Avanza (LLA) et que les troupes de gendarmerie étaient présentes sur les lieux avec l’ordre de réprimer la manifestation. La ministre de la Sécurité, Patricia Bullrich, avait promis d’envoyer la gendarmerie pour dégager les routes.

Nous réalisons ce projet collectivement. Soutenez El Destape en cliquant ici. Continuons à écrire l’histoire.

INSCRIVEZ-VOUS À LA DÉCOUVERTE

Cependant, Pendant la manifestation, la gendarmerie a tenté de disperser les manifestants en utilisant des gaz lacrymogènes, mais les conditions météorologiques ont fait changer de direction de manière inattendue le vent toxique., provoquant l’impact des gaz lacrymogènes sur les troupes elles-mêmes. Après cette situation, ils ont dû battre en retraite.

ATE a signalé qu’il y a quatre travailleurs blessés par les coups de matraque donnés par les gendarmes. “Patricia Bullrich, vous êtes désastreuse, vous battez des femmes avec la gendarmerie. Ils ont jeté des gaz dans une camionnette avec des garçons”, a déclaré un délégué de l’ATE lors de la manifestation.

Depuis le début du mois dernier, les manifestants contre le gouvernement de Milei ont organisé une mobilisation contre lui à travers les réseaux sociaux.. Dans plusieurs points importants de la ville, des affiches et des drapeaux avec le slogan “Milei culiadazo” ont déjà été vus. Par ailleurs, des manifestations convoquées par la CGT, la CTA, l’ATE et le Polo Obrero ont eu lieu à partir de midi.

Rodolfo Aguiar, secrétaire général de l’ATE, a déclaré dans un communiqué de l’organisation : « Président, les gouverneurs ont échoué, mais nous serons présents. » Aguiar a ajouté : « Milei était frustré de signer le pacte, mais il ne devrait pas être capable d’accomplir un acte sereinement. Le président doit savoir qu’il n’est le bienvenu dans aucune province. Avec sa politique, il détruit tout le monde.» En outre, le Président a également été déclaré persona non grata pour sa politique d’ajustement et ses griefs constants contre l’État.

Dans le même esprit, le représentant de l’Etat a souligné que Cette direction « nous licencie, détruit nos salaires, ferme les organisations dans lesquelles nous travaillons et privatise les entreprises publiques. “Y a-t-il vraiment quelqu’un qui pense que nous devons féliciter le Président ? Nous devons affronter ce gouvernement”, a-t-il ajouté avec force.

-

NEXT Dép. Morón contre. San Miguel en direct : comment ils arrivent au match