Deux journalistes de La Voz touchés par du gaz poivré

-

Le journaliste Juan Manuel González et le photojournaliste José Gabriel Hernández, tous deux de la rédaction de La voixsont assistés après avoir été touchés par du gaz poivré et des balles en caoutchouc alors qu’ils couvraient les incidents survenus à l’angle de 27 de Abril et Vélez Sársfield, dans le cadre du Manifestations syndicales contre le président Javier Milei.

Tout sur l’arrivée de Javier Milei à Cordoue

Même si les incidents étaient minimes à l’époque, la police a tiré du gaz poivré directement sur les employés de la presse. Dans le cas de González, l’impact s’est produit sur le téléphone avec lequel il filmait. De son côté, Hernández a également été victime de balles en caoutchouc.

Les deux sont particulièrement affectés au niveau de la vision et des voies respiratoires. Ils se rétablissent favorablement dans un centre médical proche du lieu des événements.

Le journaliste Juan Manuel González et le photographe José Gabriel Hernández ont été attaqués avant la loi de mai à Cordoue. (Javier Ferreyra / La Voix)
Le journaliste Juan Manuel González et le photographe José Gabriel Hernández ont été attaqués avant la loi de mai à Cordoue. (Javier Ferreyra / La Voix)
Le journaliste Juan Manuel González et le photographe José Gabriel Hernández ont été attaqués avant la loi de mai à Cordoue. (Javier Ferreyra / La Voix)

-

NEXT Dép. Morón contre. San Miguel en direct : comment ils arrivent au match