“The Apprentice”, c’est le film que Trump ne veut pas voir au cinéma : viol, corruption et amphétamines

“The Apprentice”, c’est le film que Trump ne veut pas voir au cinéma : viol, corruption et amphétamines
“The Apprentice”, c’est le film que Trump ne veut pas voir au cinéma : viol, corruption et amphétamines
-

L’apprentile film biographique controversé de l’Iranien Ali Abbassi (Frontière, Holy Spideuh) sur l’origine en tant que magnat de Donald Trump dont la première a eu lieu avec beaucoup d’enthousiasme au Festival de Cannes, rencontre des obstacles pour sa distribution aux États-Unis.

Les avocats de l’ancien président et candidat républicain aux élections de 2024 aux Etats-Unis ont envoyé une lettre de cessation et d’abstention au cinéaste et aux producteurs du film pour empêcher la vente des droits de distribution et la sortie en salles, comme le rapporte Variety.

“Le film est un portrait juste et équilibré de l’ancien président”, ont déclaré les producteurs du film dans un communiqué. “Nous voulons que tout le monde le voie et décide ensuite“.

[Todo lo que sabemos de ‘The Acolyte’: la serie del universo Star Wars ambientada en la Alta República]

Les stars du cinéma produites indépendamment Sébastien Stan comme Trump à ses débuts en tant que magnat de l’immobilier dans les années 1980, alors qu’il accède au pouvoir sous la direction de l’avocat et manipulateur politique Roy Cohnjoué par Jeremy Strong, de Succession.

Il montre son évolution vers le magnat négociateur et vainqueur qui a eu un tel impact sur la société, dressant ce qui a été décrit comme « un portrait très humain, bien que peu flatteur » du magnat des affaires. Ses petites stratégies commerciales légales, l’abus de pilules amaigrissantes, de liposuccions et viol de sa première femme Ivana (Maria Bakalova) sont quelques-uns des détails décrits dans le film.

“Ce ‘film’ est une pure calomnie malveillante, ne devrait pas voir le jour et ne mérite même pas une place dans la section DVD d’un magasin de cinéma discount qui va bientôt fermer. Il appartient à une poubelle“, a déclaré Steven Cheung, directeur des communications de la campagne Trump, dans un communiqué.

Lors de la conférence de presse de présentation de L’apprenti à Cannes, Abbasi a répondu aux premières menaces judiciaires de Trump, venues avant même la projection. “Tout le monde parle de la façon dont il a poursuivi beaucoup de gens, mais ils ne parlent pas de son taux de réussite, vous savez”, a-t-il déclaré. Il a également proposé de projeter le film pour Trump, en disant : «Je ne pense pas nécessairement que ce soit un film à ne pas aimer.“.

Le scénario est signé par le journaliste Gabriel Sherman et on s’attendait toujours à ce que le film soit controversé, car il arrive en pleine campagne électorale présidentielle et au milieu d’un procès historique qui marque la première fois qu’un ancien président des États-Unis est inculpé au niveau étatique ou fédéral.

-

NEXT Dép. Morón contre. San Miguel en direct : comment ils arrivent au match