ENARGAS a précisé les responsabilités d’ENARSA et de TGN dans le renversement du Gazoduc du Nord

ENARGAS a précisé les responsabilités d’ENARSA et de TGN dans le renversement du Gazoduc du Nord
ENARGAS a précisé les responsabilités d’ENARSA et de TGN dans le renversement du Gazoduc du Nord
-

Dans le cadre du projet de réversion du gazoduc du Nord, l’entité nationale de régulation ENARGAS a autorisé Energía Argentina SA (ENARSA), sur la base de la loi 24 076, « à étendre le système de transport de gaz naturel et à commencer la construction d’un gazoduc à partir des environs du Usine de compression « La Carlota » du Gazoduc Centre-Ouest, à proximité de l’usine de compression « Tío Pujio » du Gazoduc Nord, dans le cadre du Programme « Transport.Ar Production Nationale ».

Également par la Résolution 233/2024 publiée au Journal Officiel, ENARGAS a autorisé ENARSA et la Tansportadora de Gas del Norte (TGN) à « lancer la construction d’un gazoduc parallèle au gazoduc du Nord, entre le compresseur « Tío Pujio » et le compresseur « Tío Pujio ». Usines de Compresseurs « Ferreyra », et exécuter les travaux nécessaires dans les Usines de Compresseurs « La Carlota », « Tío Pujio », « Ferreyra », « Dean Funes », « Lavalle » et « Lumbreras », afin d’inverser le flux et injection du gaz.

Avec la signature du contrôleur Carlos Casares, l’Entité de Régulation a également établi qu’ENARSA, en sa qualité de propriétaire du gazoduc dont la construction est autorisée, sera soumise aux dispositions de la loi 24 076 (cadre réglementaire) concernant les lignes directrices pour l’Administration. de l’Expédition, les Normes de Qualité applicables et autres résolutions et dispositions d’ENARGAS ; sans préjudice des obligations de TGN au titre du contrat d’exploitation et de maintenance (du nouveau gazoduc) qu’elle signe avec ENARSA.

Cette entreprise, dans son rôle de fournisseur de services de transport à travers le nouveau pipeline, devra s’assurer et garantir que celui-ci fonctionne dans des conditions sécuritaires et avec un entretien adéquat.

D’autre part, l’Organisme de Régulation a établi que TGN, en sa qualité de Titulaire des gazoducs Nord et Centre Ouest, « et dans l’exercice de son devoir de police technique de sécurité, sera responsable du contrôle et de l’autorisation des travaux ». qui sont agréés, sans préjudice des obligations et responsabilités qui lui correspondent dans le cadre du contrat d’exploitation et de maintenance à conclure avec ENARSA”.

ENARGAS a ordonné à ENARSA de présenter l’accord définitif (entre cette entreprise et TGN), une fois signé, et a indiqué que “les clauses contractuelles qui contredisent les dispositions du cadre réglementaire seront considérées comme nulles et non avenues de l’industrie gazière et de l’industrie gazière”. règlements émis en conséquence”.

Dans les considérants de la résolution, il est indiqué que « ENARSA et TGN, par note du 26 avril 2024, ont envoyé des informations techniques et environnementales actualisées avec la portée définitive du projet appelé « REVERSION DU SYSTÈME NORD ».

Il s’agit d’un projet conçu et annoncé par le gouvernement précédent, et il était prévu qu’il soit exécuté depuis le début de cette année pour tenter de le conclure au cours de l’hiver désormais imminent, ce qui n’arrivera pas.

Il en est reparti avec un financement partiel grâce à un prêt de la CAF. Jusqu’à présent, les travaux ont été adjugés et attribués, ainsi que la fourniture des canalisations, qui arrivent déjà aux fronts de travaux.

Il s’agira d’atteindre le nord-ouest du pays avec le gaz naturel produit à Vaca Muerta et de remplacer les volumes décroissants de gaz que la Bolivie fournit à cette région, depuis qu’elle a réduit ses propres réserves.

Il envisage même la possibilité d’acheminer le gaz argentin vers la Bolivie elle-même et vers le Brésil, en utilisant l’infrastructure des pipelines qui vont de la Bolivie à San Pablo.

ENARSA et TGN ont indiqué que ledit projet comprend : La construction de 122 km de pipeline de 36 pouces depuis le site de l’usine de compression de La Carlota jusqu’au site de l’usine de compression de Tío Pujio, qui permettra d’interconnecter les systèmes de transport du Nord et du Centre-Ouest de TGN.

De plus, l’installation de 62 km de boucle de 30 pouces au nord de l’usine de compression de Tío Pujio ; et les adaptations nécessaires dans les usines de compression de La Carlota, Tío Pujio, Ferreyra, Dean Funes, Lavalle et Lumbreras pour l’inversion du débit du gazoduc Nord.

Dans leur présentation, et entre autres aspects, ENARSA et TGN ont déclaré que « le projet « REVERSION DU SYSTÈME NORD » est un travail qui permettra le transport inverse du système Nord jusqu’à 19 MMm3/j, permettant ainsi la bidirectionnalité du système. le flux de gaz, en apportant de la polyvalence au système, en garantissant l’approvisionnement dans la direction dans laquelle il est requis et en lui apportant une plus grande fiabilité et sécurité.

ENARGAS souligne que “tel que décrit, seul le nouveau gazoduc d’interconnexion de 122 km constituerait une extension du système sous licence TGN, dont la construction est en charge d’ENARSA (par indication expresse de la DIRECTION EXÉCUTIVE NATIONALE et du SECRÉTARIAT DE L’ÉNERGIE), et qui, à son tour, sous-traiterait à TGN un service d’exploitation et de maintenance dudit gazoduc.

“D’un autre côté, les boucles et les adaptations aux usines de compression configureraient une expansion du système de transport existant, qui est actuellement déjà exploité par le titulaire”, ajoute-t-il.

“Pour cette raison, bien que cette Autorité de Régulation comprenne que le projet présenté comprend tous les travaux indiqués ci-dessus, et que cet Organisme est compétent pour en autoriser le démarrage (conformément aux dispositions de la loi 24.076), il est jugé pertinent de faire la distinction entre les deux », déclare l’organisme de réglementation.

Et il ajoute que cela “étant donné qu’il s’agit de travaux de nature différente qui pourraient impliquer ou conduire a posteriori à une analyse différente des questions économico-tarifaires, d’allocation des capacités, entre autres”.

ENARSA et TGN ont ajouté dans leur présentation à l’Entité que « les travaux de Réversion ne représentent pas une augmentation de la capacité ferme du bassin, mais ont été conçus pour répondre à la demande actuellement connectée au Gazoduc Nord depuis le sud, constituant un travail de fiabilité pour. le système, renforçant la connexion de la zone Centre Nord avec Litoral et GBA, fournissant une capacité et un soutien à l’approvisionnement, et élargissant les options d’exploitation et les possibilités de résoudre les difficultés potentielles de transport.

Ainsi, grâce à un échange de volume avec le gazoduc Centro Oeste, « ils permettront de transporter 19 MMm3/j de San Jerónimo vers la zone Centre Nord et offriront une plus grande fiabilité et flexibilité opérationnelle à la capacité de transport existante du Centro Norte au zones de Tucumán et Jump.

La Résolution 233 décrit que « le projet présenté vise à satisfaire les objectifs d’approvisionnement suivants : Assurer l’approvisionnement des consommateurs dans les zones de distribution desservies par le gazoduc Nord, ainsi que la production thermoélectrique nécessaire à la sécurité d’approvisionnement locale.

Permettre également l’envoi de centrales thermoélectriques efficaces connectées au gazoduc, qui manquent pour la plupart de combustible alternatif, et dont l’envoi est nécessaire pour assurer l’approvisionnement régional en électricité.

En outre, il cherche à « jeter les bases d’une expansion qui permette la croissance de la demande locale, en tenant compte à la fois de la croissance végétative et du développement de l’exploitation minière dans la région de Puna et du potentiel d’exportation vers le Brésil, la Bolivie et le nord du Chili ».

-

PREV Larry Allen, grande légende des Cowboys de Dallas, est décédé | TUDN NFL
NEXT Israël confirme la mort de quatre autres otages à Gaza : trois étaient apparus dans une vidéo dramatique