AUJOURD’HUI Journal | La Chine vise Taiwan et le Japon à travers ses navires

AUJOURD’HUI Journal | La Chine vise Taiwan et le Japon à travers ses navires
AUJOURD’HUI Journal | La Chine vise Taiwan et le Japon à travers ses navires
-

par Juan Sebastián SERRANO, AFP

Uribe est accusé d’avoir « offert de l’argent ou d’autres avantages à des témoins sélectionnés d’actes criminels afin qu’ils ne disent pas la vérité », dans une affaire qui le lie à des groupes paramilitaires, selon un document présenté par le procureur, Gilberto Villarreal, qui a déposé accusations de corruption, de corruption de témoin et de fraude.

A la reprise d’une audience virtuelle entamée la semaine dernière, l’ancien président a insisté sur son innocence et a demandé l’annulation de l’affaire.

«Je n’ai jamais pris l’initiative de rechercher des témoins. J’ai essayé de défendre ma réputation», a affirmé Uribe, qui risque une peine de six à 12 ans de prison.

La juge Sandra Heredia a rejeté cette demande et a reconnu comme victimes possibles un sénateur, l’ex-épouse d’un paramilitaire qui a lié l’ancien gouverneur à ces groupes armés, et deux anciens procureurs.

– “Impact sur l’âme” –

Considéré comme l’un des hommes politiques les plus influents de Colombie, Uribe a déclaré avoir ressenti « un impact sur son âme » d’être le premier ancien président à devoir se défendre devant un tribunal.

Il s’est également affirmé victime d’un complot ourdi par des juges et des « opposants » qui ont eu recours à des « interceptions (téléphoniques) illégales » pour obtenir des preuves contre lui.

A 71 ans, il répond à une plainte qu’il avait initialement déposée, mais qui s’est ensuite retournée contre lui.

En 2012, Uribe, alors sénateur, a porté plainte contre le député de gauche Iván Cepeda, l’accusant d’avoir recherché de faux témoignages pour le relier aux paramilitaires qui ont mené une guerre acharnée contre les guérilleros de gauche entre les années 1990 et le début des années 2000.

Mais la Cour suprême non seulement s’est abstenue de poursuivre Cepeda, mais a en outre ouvert en 2018 une enquête sur l’ancien président, soupçonnée que c’était Uribe qui avait effectivement tenté de falsifier les témoins.

Uribe aurait tenté de salir Cepeda en l’accusant d’avoir contacté d’anciens paramilitaires emprisonnés pour le relier à ces escouades d’extrême droite responsables de centaines de massacres.

En août 2020, de hauts magistrats ont ordonné l’assignation à résidence de l’ancien président, arguant que sa libération pourrait entraver l’enquête.

Uribe a ensuite démissionné du Sénat et son dossier a été porté devant un tribunal ordinaire, qui a levé l’ordre de détention et a relancé l’ensemble du processus.

– Assemblées –

L’ancien procureur général (2012-2016) Eduardo Montealegre et son adjoint Jorge Perdomo auraient également fait l’objet d’un coup monté conçu par Uribe, selon la thèse de l’accusation.

Par l’intermédiaire de l’avocat Diego Cadena, l’ancien président aurait offert des avantages aux paramilitaires emprisonnés afin qu’ils dénoncent les procureurs de l’époque qui leur auraient offert des avantages pour témoigner contre Uribe.

La prochaine audience du procès était prévue pour le 10 juillet.

Au cours de son mandat, Uribe a joui d’une immense popularité grâce à la politique autoritaire avec laquelle son gouvernement a affaibli la guérilla.

Cependant, son image a été écornée par de multiples scandales et poursuites judiciaires ces dernières années.

En novembre 2023, l’ancien président a témoigné devant le parquet dans le cadre d’une enquête préliminaire sur sa prétendue connaissance préalable d’un massacre et du meurtre d’un défenseur des droits humains, à la suite du témoignage de l’ancien chef paramilitaire Salvatore Mancuso.

Il a également été dénoncé devant un tribunal argentin pour sa responsabilité présumée dans plus de 6 000 exécutions et disparitions forcées de civils commises entre 2002 et 2008, sous son gouvernement, une affaire connue sous le nom de « faux positifs ». La justice de ce pays ne s’est pas encore prononcée sur l’affaire.

-

NEXT Dép. Morón contre. San Miguel en direct : comment ils arrivent au match