Après la coupure du GNC, ils reprochent à Ecogas de « violer la loi » : « Depuis 1984, nous n’en avons jamais manqué »

Après la coupure du GNC, ils reprochent à Ecogas de « violer la loi » : « Depuis 1984, nous n’en avons jamais manqué »
Après la coupure du GNC, ils reprochent à Ecogas de « violer la loi » : « Depuis 1984, nous n’en avons jamais manqué »
-

L’inquiétude grandit à propos coupure de l’approvisionnement en gaz naturel comprimé (GNC) dans les stations-service Cordoue. La mesure annoncée par Ecogas est pour une durée indéterminée. Face à cette situation, Marcelo Zanoniprésident du Caméra de GNC de Cordoue, dit dans Jusqu’à Cordoue que l’entreprise qui distribue le service “enfreint une loi c’est-à-dire que les stations qui achètent du gaz à un producteur exclusif, ce producteur est obligé en retour de distribuer et de fournir le produit GNC 365 jours par an, 24 heures par jour.

Il a assuré que depuis 1984, date à laquelle ils ont créé le GNC comme politique d’État qui Il n’est jamais arrivé qu’il y ait une pénurie du produit: “On n’a jamais vu qu’une telle mesure soit prise.” Face à cette situation incertaine qui met en alerte de nombreux utilisateurs, il a insisté sur le fait que « les stations et l’industrie qui achètent du GNC et le paient plus cher Ils ont le droit légitime d’être fournis».

+ VIDÉO : Inquiétude concernant la coupure du GNC à Cordoue

Zanoni a déclaré que «La décision aurait dû venir du gouvernement à travers un DNU qui à son tour passera d’abord par l’entité qui régit le gaz, à savoir Enargas. “Si Enargas y déclarait une urgence énergétique immédiate, ce serait plus cohérent qu’ils commencent par les industries et les stations pour ne pas laisser la zone résidentielle sans gaz », a-t-il déclaré.

+ VOIR PLUS: Coupure de GNC pour une durée indéterminée : impact sur les stations-service de Cordoue

Pour le président de la Chambre Córdoba CNG en Argentine “il y a beaucoup d’essence”. Cependant, il a expliqué que le problème réside dans « l’absence de politiques étatiques qui transcendent les gouvernements et les travaux publics pour qu’il n’y ait jamais de pénurie de gaz ». « Ce sont les infrastructures du pays qui ne nous permettent pas d’avoir du gaz à l’heure actuelle ni d’exporter tout le gaz que nous avons issu de la production vers les pays voisins. “Nous aurions pu maximiser la production de gaz et générer des revenus en dollars réels supérieurs à ceux du gisement”, a-t-il noté.

La déclaration Ecogas

Dans la notification envoyée aux gareurs, ils ont affirmé qu’il s’agissait de «dans le but de préserver la consommation prioritaire du territoire». L’une des raisons était due à défauts techniques dans deux usines de compression Société de transport de gaz du Nord (TGN) à San Luis et à Chaján, au sud de Cordoue. A cela aurait été ajouté problèmes d’autorisation pour un bateau qui devait commencer la regazéification depuis Escobar (Buenos Aires).

Face à cette situation, le distributeur a demandé aux stations «Suspendre complètement la vente de gaz naturel jusqu’à nouvel ordre». Outre Cordoue, la suspension concerne également les gares des provinces de La Rioja et Catamarca.

Dans le même communiqué, ils ont prévenu que « le non-respect ou le respect partiel de cette instruction les rendrait sous réserve de l’application d’amendes et/ou pénalités réglementaires et/ou contractuels qui correspondent, y compris celui de l’arrêt physique du service conformément à la réglementation en vigueur.

-

PREV Cuenca se joint au 20e anniversaire du réseau Ave Cities
NEXT Dép. Morón contre. San Miguel en direct : comment ils arrivent au match