Les femmes aux commandes : Naomi Osaka conquiert le monde

-

29 mai 2024, 15 h 30 HE

C’est parfait pour tant de raisons que Naomi Osaka ait brillé comme elle l’a fait contre Swiatek au deuxième tour de Roland Garros. Il avait juste besoin de gagner.


L’ancien numéro un mondial Naomi Osaka elle n’a pas gagné son match du deuxième tour à Roland Garros ce mercredi face à l’actuelle numéro un Iga Swiatekmais il ne fait aucun doute que c’est le cas conquérir à nouveau le monde.

Je ne savais vraiment pas à quel point son merveilleux niveau de jeu dans un Grand Chelem, qui l’avait vue remporter quatre tournois majeurs, me manquait, jusqu’à ce que je la voie se battre bec et ongles, confiante. Un super jeu. Comme le dirait la Polonaise après sa victoire : « C’était un duel bien plus intense que ce à quoi je m’attendais au deuxième tour. »

Oh guerre de deux qui s’est déchaîné. Osaka n’a abandonné à aucun moment.

Dans le neuvième jeu du troisième set, tout semblait gagné pour Osaka. C’était une balle de match pour elle, avec le service en son pouvoir, et elle s’est laissée souhaiter la victoire. L’émotion, l’envie de gagner sont devenues évidentes. Mais Swiatek a repris le plateau et n’a pas regardé en arrière.

Cependant, Osaka a continué à montrer des pièces magistrales, comme ses tirs du revers intraitables. Il a mis le public dans sa poche. Les personnes présentes voulaient que ce soit une surprise.

D’une certaine manière, il l’a déjà donné. Swiatek a commenté que peut-être les Japonaises surprendront très bientôt et deviendront la reine de la terre battue. Ce qui est curieux, c’est que ses quatre titres majeurs se jouent sur des courts durs, deux à l’Open d’Australie et deux à l’US Open. Défi complété.

Je conclus cet hommage par un bref message adressé au joueur de tennis sur lequel j’écris.

Au premier Asiatique – femme ou homme – à occuper la première place du classement mondial du tennis et au premier joueur japonais à remporter un Grand Chelem – et précisément pendant le Mois du patrimoine asiatique-américain et insulaire du Pacifique – nous te dire:
Chère Naomi Osaka, merci de nous ravir une fois de plus avec votre talent et de partager votre passion pour le tennis.

Trois ans après avoir pris ma retraite de Roland-Garros en raison de l’anxiété et de la dépression et après avoir proclamé cette célèbre phrase « Ce n’est pas grave de ne pas aller bien » — et en ce moment, pendant le Mois de la sensibilisation à la santé mentale — nous vous disons :
Chère Naomi Osaka, merci de nous avoir appris qu’il n’y a rien de mal à ne pas aller bien, mais nous sommes heureux de vous revoir bien.

-

NEXT Dép. Morón contre. San Miguel en direct : comment ils arrivent au match