Face au manque de gaz, l’UCR demande à rencontrer le secrétaire à l’Énergie

Face au manque de gaz, l’UCR demande à rencontrer le secrétaire à l’Énergie
Face au manque de gaz, l’UCR demande à rencontrer le secrétaire à l’Énergie
-

Ces derniers jours, la crise énergétique provoquée par l’incompétence du gouvernement, qui a décidé de suspendre les travaux dans le Gazoduc Néstor Kirchner et réduire les importations de gaz, a forcé la coupure de l’approvisionnement des stations de GNC et de différentes industries qui ont dû paralyser leur activité.

« L’Honorable Chambre des Députés de Nacía décide de convoquer d’urgence le secrétaire à l’Énergie, M. Eduardo Javier Rodríguez Chirillo, afin de fournir des explications sur le situation inquiétante de pénurie de gaz naturel dans le pays qui met de nombreux secteurs en crise”, dit le projet présenté par la représentante Marcela Inés Cole.

L’initiative porte les signatures de Carla Carrizo, Natalia Sarapura, Jorge Rizzotti, Lisandro Nieri, Francisco Monti, Pedro Galimberti, Marcela Antola, Manuel Aguirre et Danya Tavela.

La justification inhabituelle du gouvernement pour le manque de gaz

Le porte-parole de la présidence, Manuel Adorni, a assuré que si les dernières semaines n’avaient pas été aussi froides, le GNC ne manquerait pas. En outre, il a dit que Ils font des efforts pour qu’il n’y ait pas de pénurie pendant l’hiver.

Le porte-parole présidentiel a indiqué que le déchargement du gaz d’un navire appartenant à la compagnie brésilienne Petrobras a commencé à 9 heures du matin. Ils prévoyaient donc que le service et la distribution pourraient être normalisés en début de soirée.

Interrogé par un journaliste sur le manque de prévoyance du gouvernement et les causes qui ont généré cette situation : si c’était dû au froid annoncé ou s’il y avait un problème avec la lettre de crédit qu’il avait émise : « En effet, il y avait un problème avec le lettre de crédit, vendredi nous avons émis le paiement et effectivement il y a eu un refus de la part de l’entreprise. Un problème qui a fini par être résolu et c’est pourquoi aujourd’hui à neuf heures du matin le déchargement du carburant a commencé”, a-t-il expliqué.

Ce n’est pas tout, mais Adorni a également fait remarquer que “Nous vivons l’hiver le plus rigoureux des 44 dernières années“donc” la consommation a augmenté de 55%, est passé de 44 millions de mètres cubes à environ 70 millions de mètres cubes“.

-

PREV L’incroyable palmarès de Claudio Bravo dans l’histoire de la Copa América
NEXT Dép. Morón contre. San Miguel en direct : comment ils arrivent au match