L’approvisionnement en gaz des stations GNC et de l’industrie est normalisé – Diario El Ciudadano y la Región

L’approvisionnement en gaz des stations GNC et de l’industrie est normalisé – Diario El Ciudadano y la Región
L’approvisionnement en gaz des stations GNC et de l’industrie est normalisé – Diario El Ciudadano y la Región
-

Il Secrétaire à l’Énergie, Eduardo Chirilloa annoncé qu’à partir d’aujourd’hui minuit, les coupures d’approvisionnement en gaz des stations et des industries GNC, qui ont été touchées pendant la journée, seront levées.

« Pour apporter la tranquillité d’esprit à tous les Argentins : les coupes dans les industries et les stations GNC seront totalement supprimées à partir de minuit »a posté le responsable.

Dans la matinée, le gouvernement avait déjà indiqué que la situation allait se normaliser tout au long de la journée et qu’à partir de jeudi il n’y aurait plus de pénurie, ce qui a été confirmé par Chirillo.

La la pénurie de gaz dans le pays s’est aggravée au cours de la journéeau milieu d’une demande croissante due aux basses températures, conduisant à restreindre l’offre de Gaz Naturel Comprimé (GNC) tous stations-serviceet de couper l’approvisionnement des grandes industries.

Le vice-président de la Chambre des Distributeurs, Oscar Olivero, a déclaré : « Jusqu’à aujourd’hui, les stations-service qui avaient souscrit du gaz ferme, dans la moyenne de leurs ventes quotidiennes pour les jours froids, n’ont eu aucun problème. Oui, la station-service qui n’avait pas contracté ce gaz. À“Vers 1 heure du matin, une communication a été reçue interdisant complètement le GNC, même pour les stations qui ont un panneau.”

En ce moment, nous avons un énorme tumulte de requêtes car malheureusement “Aujourd’hui, ils vont fermer toutes les gares” il a souligné dans des déclarations à la radio et a précisé : “La racine du problème n’est pas l’orientation du GNC, c’est que le transport et la distribution sont totalement dans l’urgence par rapport à ce que nous devons consommer.”

De même, il a souligné que “Depuis 1984 et jusqu’à aujourd’hui, le GNC n’a jamais manqué”bien qu’il ait admis qu’il y avait une pénurie partielle due au fait que l’achat de GNC auprès des papeteries avait été interrompu.

« Je pense que nous sommes confrontés à une tempête parfaite. Du côté de Neuquén, les usines de Saliquelló et Trayén ne fonctionnent pas, car ce sont des usines de compression de gaz. Bahía Blanca reçoit 50% de ce qu’elle devrait avoir et la Bolivie, d’autre part, a rompu le contrat avec l’Argentine et, à son tour, cela n’a pas été fait, à deux mois du renversement du gazoduc du nord », a-t-il déclaré.

Dans le même esprit, il a ajouté :« La Bolivie a l’obligation de dépasser le Brésil et allait trianguler. Le Brésil allait nous accorder le quota et il ne nous l’a pas fait. Les navires, en raison d’une mauvaise planification stratégique de la part du gouvernement actuel, n’ont pas été achetés dans leur intégralité, ce qui signifie que nous pourrions nous retrouver sans électricité ni gaz.»

-

PREV La mère de recherche Ceci Flores retrouvée vivante dans un refuge à Querétaro
NEXT La doubleuse qui a interprété Marge Simpson est décédée ; j’avais 81 ans