GÉORGIE La victoire morale des Géorgiens contre la « loi russe ».

GÉORGIE La victoire morale des Géorgiens contre la « loi russe ».
GÉORGIE La victoire morale des Géorgiens contre la « loi russe ».
-

Même si le « rêve géorgien » a été définitivement approuvé, les manifestants ont eu l’occasion de montrer le « visage européen » de Tbilissi. Beaucoup espèrent que la mesure ne sera pas appliquée, pour éviter des sanctions de Washington et de Bruxelles. En attendant les élections d’octobre.

Tbilissi (AsiaNews) – De jeunes militants et étudiants opposés à la loi sur la “transparence des influences étrangères”, définitivement approuvée par le parlement de Tbilissi malgré le veto de la présidente Salomé Zurabišvili, se sont rassemblés autour du palais depuis tôt le matin pour exprimer leur manifestation; mais au lieu des tons de guerre civile, il y avait un air de victoire populaire. Les manifestants ont eu l’occasion de montrer le « visage européen » de la Géorgie et ont clairement fait comprendre à la caste dirigeante pro-russe qu’ils n’avaient pas l’intention de se rendre.

Les députés du Rêve géorgien, voyous de l’oligarque poutinien Bidzina Ivanišvili, n’ont cessé de répéter que leur tâche est d’empêcher la déstabilisation du pays et de protéger la souveraineté de la Géorgie, en évitant de s’impliquer dans la guerre contre la Russie. De leur côté, les jeunes qui sont descendus dans la rue ont crié “Nous sommes l’Europe !”, démontrant qu’ils n’avaient pas peur de la répression policière, comme l’a promis le chef des services spéciaux du ministère de l’Intérieur, Zviad Kharazišvili, qui a déclaré à la télévision que “Nous ne frappons pas les jeunes, nous frappons presque les hommes”, en référence aux vêtements non traditionnels des jeunes qui descendaient dans la rue, assimilés aux “propagandistes LGBT”. Et au cas où, il a également promis de frapper le chef du parti d’opposition Mouvement national, Levan Khabeišvili.

Après ces déclarations, Kharazišvili s’est dirigé vers le Parlement et la chef du parti Droa, Elene Khoštarija, s’est tenue devant sa voiture en criant “Khareba, tu n’es qu’un lâche !” Il a ensuite expliqué aux journalistes : “Ici, nous ne jouons pas de la démonstration de force, mais nous parlons plutôt de traîtres qui n’ont aucun pouvoir réel dans le pays, car la Russie ne règne pas en Géorgie, le peuple géorgien est uni et fort. ” “Cela fait 50 jours que nous sortons ensemble dans la rue pour que cela soit clair pour tout le monde.” Kharazišvili s’est réfugié à l’intérieur du bâtiment pendant que ses assistants prenaient des photos de toutes les personnes entourant la voiture.

Comme l’a expliqué l’un des leaders de la protestation, Georgij Dumbadze, “ils nous prennent en photo pour nous identifier et venir nous chercher devant la maison, mais ici personne n’a peur et personne ne se cache… Pour nous, il s’agit d’une bataille historique, et “les prochaines élections d’octobre seront un référendum sur l’avenir de la Géorgie”. Une autre personnalité des rassemblements de rue, le jeune pianiste Georgij Gigašvili, a avoué qu’il craignait que la police ne lui casse les doigts pour mettre fin à sa carrière, mais à son avis, « aujourd’hui, nous sommes les vrais gagnants, car cela fait longtemps que nous avons ressenti cette unité.” du peuple… nous verrons ce qui se passera dans le futur, mais aujourd’hui nous nous sentons supérieurs à eux, nous savons manifester pacifiquement et personne n’a attaqué la police, il y a une lumière qui éclaire notre chemin.

Dans tous les médias et réseaux sociaux, on trouve des photos de jeunes assis par terre, lisant des livres ensemble et étudiant, tandis que les aînés leur apportent à manger. Pour les autorités, “ce n’est rien d’autre que du théâtre”, et elles accusent les jeunes de paralyser le pays au lieu d’aller à l’école. L’une d’elles, Mariam, a déclaré à Radio Svoboda que « depuis 12 ans le rêve géorgien sème le nihilisme ; Pendant un moment, nous avons laissé tomber, croyant que nous étions vraiment des gens sans estime de soi, mais aujourd’hui nous avons surtout gagné contre nous-mêmes, nous avons vaincu le désespoir et la dépression.

Même après l’annulation du veto présidentiel, selon l’espoir de beaucoup, la « loi russe » ne pourrait pas être appliquée, pour éviter les sanctions et les restrictions de Washington et de Bruxelles, déjà annoncées par plusieurs représentants et provoquées précisément par les manifestations de rue. . Les manifestations de protestation pourraient également s’essouffler, dans l’attente des élections, mais certains observateurs craignent qu’elles se poursuivent jusqu’en octobre sans interruption, avec des conséquences imprévisibles pour la société géorgienne, et pas seulement.

-

PREV Cusco : Kimbiri commence aujourd’hui les célébrations de la Fiesta de San Juan 2024-Bicentenaire | informations
NEXT est au courant de l’accident de voiture qui a mis fin à sa vie