Une explosion qui a tué 3 soldats s’est produite dans une clinique à Gaza

-

En réponse aux tirs d’armes antichar provenant d’une école de l’UNRWA contre les forces israéliennes à Rafah, la 12e brigade est entrée dans l’enceinte, qui abrite également une mosquée et une clinique médicale.

Lors de la perquisition dans la zone, un engin explosif présent dans un puits piège, situé dans une infirmerie civile, a explosé à proximité des forces. À la suite de l’explosion, trois soldats du 50e bataillon Nahal, le sergent d’état-major Amir Galilove, le sergent d’état-major Uri Bar-Or et le sergent d’état-major Ido Appel, ont été tués. Les familles des soldats tombés ont été prévenues.

De plus, au cours de l’opération, les forces ont rencontré de nombreuses armes, grenades et uniformes ennemis. Dans les salles de classe de l’école, des puits ont été découverts menant à un système complexe de tunnels.

Lors de l’incident, un officier de combat et deux soldats du 50e bataillon ont été grièvement blessés. L’officier et les soldats ont été évacués pour recevoir des soins médicaux dans un hôpital et leurs familles ont été informées de leurs blessures.

Plus tard, sans mentionner l’explosion ni le lien avec l’UNRWA, le porte-parole de Tsahal a annoncé que le bataillon avait mené un raid sur un complexe du Hamas dans l’est de Rafah, d’où une arme antichar avait été tirée sur les forces.

Le complexe où a eu lieu le raid dispose d’une clinique médicale à proximité de l’école. L’explosif a explosé lorsque la force est entrée dans l’un des bâtiments piégés.

-

PREV Où et à quelle heure peut-on regarder le match d’ouverture EN DIRECT ? – Le financier
NEXT Plusieurs blessés provoquent un grave accident entre un camion poubelle et deux voitures à Las Condes