Quels changements le Gouvernement a-t-il accepté pour débloquer le projet au Sénat ?

-

Lorsqu’il a semblé que le gouvernement ne serait pas en mesure d’avancer avec la loi Bases, il a finalement réussi à parvenir à des accords. Rôle clé de Guillermo Francos, qui s’est rendu au Congrès.

Ignacio Petunchi

Contre la montre, et alors qu’il semblait que le Gouvernement ne parviendrait pas à débloquer le Fonde la loi dans les commissions sénatoriales, Le parti au pouvoir a obtenu les signatures pour l’avis et prendra donc l’initiative du lieu. 12 Juin. Guillermo Francos, dans son nouveau rôle de chef de cabinet, est apparu au Congrès en fin de journée et obtenu les garanties nécessaires pour que le projet puisse avancer. Des modifications ont dû être acceptées dans le RIGI et la loi sur les contrats de travail.

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est exclusif aux abonnés.

s’inscrire je suis déjà abonné

Lui aussi paquet de réforme fiscale Les signatures ont été obtenues, selon le gouvernement. Il existe des mesures pour redonner des fonds aux administrations provinciales malmenées, comme le retour du quatrième catégorie de bénéfices qui augmenterait la masse des co-participantsqui dans ce nouveau texte prévoit un plancher plus élevé pour les provinces de Patagonie. Le sort du paquet fiscal est lié à la loi des bases: La Nation donnera plus de fonds aux gouverneurs s’ils approuvent la loi Bases.

A partir de 18h, Maison rose ont décidé de prendre en charge les négociations face à une journée où ils sont passés de la certitude d’un accord à l’incertitude due au vote par vote. Les signatures pour atteindre la majorité dans l’opinion n’étaient pas suffisantes et les sénateurs des différents blocs (Péronistes, radicaux et même Edith Terenzi, du PRO) Ils ont commencé le dénombrement critique de la rédaction du projet.

Le premier à arriver au Sénat fut le vice-chef de cabinet, José Rolandi. Plus tard, et après une tentative de débat sur la réforme fiscale qui n’a duré qu’une demi-heure, est arrivé Guillermo Francos “Il a rencontré Villarruel et quelques sénateurs qui avaient des doutes et cela a été fermé”, raconte-t-on à ce média de son entourage. “L’Exécutif est venu avec une proposition supérieure et nous avons donné la parole que cela se produirait”, disent-ils depuis la présidence de la Chambre.

La personne qui a renversé la décision était l’homme de Santa Cruz José María Carambiaqui a annoncé dans une note qu’il présenterait son propre avis si une demande spécifique n’était pas accordée : augmenter les redevances provinciales de 3 % à 15 % à l’embouchure de la mine du minéral extrait. À la dernière minute, le gouvernement a rejeté le quinze% et a accepté de modifier la loi minière et d’établir que Les provinces ne pourront pas exiger un pourcentage supérieur à 5 %.

Parmi les critiques, le transfert de pouvoirs exceptionnels pour le président a de nouveau été pris pour cible. La présence d’entreprises publiques – telles que Compagnies aériennes argentines, Courrier argentin ou médias publics – sur la liste des entreprises susceptibles d’être privatisé a provoqué le rejet des sénateurs de différents blocs, qui ont fait valoir que cela affaiblissait le fédéralisme. Les modifications dans le RIGI ne semblait pas suffisant et la proposition moratoirequi exclut les personnes qui n’ont pas toutes les années de cotisations, a également suscité des résistances. Martin Lousteaua évalué le réformes “cosmétiques” et a annoncé qu’il présenterait sa propre opinion.

Union pour le Sénat de la Patrie

Union pour le bloc de la patrie au Sénat.

Photo : Ignacio Petunchi.

Les soutien des sénateurs fédéraux (Kueider, Silva, Arce et Rojas Decut) ainsi qu’un secteur du radicalisme Ils furent essentiels à ce triomphe législatif libertaire. Désormais, le vote sur les deux projets avance à la Chambre.

Les premières minutes de la séance furent marquées par l’optimisme libertaire. Le radical Victor Zimmermann est entré en séance plénière en déclarant qu’il allait accompagner le jugement et en faisant remarquer que “les gouverneurs et les maires attendent un signe du Congrès national“. Il président provisoire du Sénat, Bartolomé Abdala (La Libertad Avanza), Il a également exprimé son optimisme : “Un projet a émergé que nous allons faire circuler pour que cet avis ait le nombre de signatures requis par la réglementation.”

Bases de l’avis de loi : les réformes acceptées par le Gouvernement

Les changements permis par le gouvernement et présents dans le projet de loi Bases ils sont:

  • Inclusion de nouveaux organismes d’État qui ne pourraient être dissous : parmi eux, INCAA, CONAE, INCUCAI, INTI, SENASA et CONEAU.
  • Le délai dont dispose le Contrôle Général de la Nation pour évaluer les processus de privatisationde 30 jours à 120 jours.
  • La possibilité d’exprimer la volonté de ne pas verser de cotisations aux œuvres sociales syndicales.
  • Sauf l’application du Droit du contrat de travail aux travailleurs de l’administration publique, au personnel domestique, aux employés ruraux et contractuels.
  • Régime d’incitation aux gros investissements: autonomie provinciale pour définir son adhésion, les fournisseurs de marchandises importées doivent facturer, les investisseurs doivent présenter un plan de développement des fournisseurs locaux et une estimation de l’emploi local qu’ils embaucheront.

Concernant la réforme fiscale, ancrée dans le projet Loi sur les mesures palliatives et fiscales pertinentesIls ont rejoint :

  • Chiffre du monotaxe sociale.
  • Impôts sur le revenu: une augmentation de 22% du plancher minimum d’employés dans les provinces qui composent la région de Patagonie.
  • Blanchiment d’argent: Ils ont supprimé la possibilité de le faire via des crypto-monnaies et pour les membres de la famille des fonctionnaires d’entrer.
  • Redevances minières : Ils ont augmenté la limite que les provinces peuvent imposer de 3 % à 5 %

-

PREV Shueisha dépose une nouvelle marque pour la franchise Death Note
NEXT L’île de Capri interdit l’accès aux touristes en raison d’un grave problème avec le système d’eau