La police a expulsé des manifestants et attaqué des députés avec du gaz poivré

La police a expulsé des manifestants et attaqué des députés avec du gaz poivré
La police a expulsé des manifestants et attaqué des députés avec du gaz poivré
-

Vers 13h30, les forces de sécurité ont avancé pour disperser le piquet, ce qui a déclenché des moments de tension. Lors de la tentative d’entrer dans le palais législatif pour participer au débat sur la loi de base au Sénat, un groupe de députés a été réprimé avec du gaz poivré à la porte du Congrès et cinq ont été hospitalisés après avoir été empoisonnés.

Les troupes ont utilisé des gaz et ont forcé les manifestants à battre en retraite avec leurs boucliers ; Dans ce contexte, il y a eu des luttes et des fuites au carrefour des avenues Callao et Rivadavia. Le moment de plus grande tension s’est produit lorsque les députés de l’Unión por la Patria se trouvaient parmi les manifestants.

Selon certaines informations, parmi les personnes concernées figurent les législateurs de l’Unión por la Patria, Eduardo Valdés, Carlos Castagneto et Luis Basterra. Ils ont d’abord été soignés sur le trottoir, puis à l’infirmerie du Congrès. Dans le cas de Basterra, il a dû être transféré à l’hôpital Santa Lucía.

Les abords du Palais Législatif sont clôturés et la sécurité a été renforcée à l’intérieur du Congrès et des accès au lieu. Quatre forces fédérales interviennent dans l’opération : Police de sécurité aéroportuaire (PSA), Gendarmerie, Préfecture et Police fédérale argentine (PFA). Ils sont soutenus par l’infanterie, des groupes spéciaux et des brigades motorisées. Cinq camions-fontaines mènent le déploiement.

QU’AVEZ-VOUS PENSÉ DE LA NOTE ?

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires