qui sont les sénateurs qui ont voté en faveur du RIGI

qui sont les sénateurs qui ont voté en faveur du RIGI
qui sont les sénateurs qui ont voté en faveur du RIGI
-

Parmi les modifications auxquelles le gouvernement a dû céder pour obtenir son approbation sur place, citons : le régime a été limité aux secteurs de l’agroforesterie, des infrastructures, des mines, de l’énergie et de la technologie et un plancher d’embauche pour les fournisseurs locaux a été introduit de 20. % du montant total de l’investissement alloué à ces fins.

Rigi vote 2.JPG

Les écrans de la salle avec le détail du vote au Sénat sur le RIGI.

Loi Bases : qui sont les sénateurs qui ont voté en faveur du RIGI

Les législateurs qui ont soutenu l’initiative du Le régime d’incitation aux grands investissements était :

Maximiliano Abad, Bartolomé Abdala, Carlos Rivero, Guillermo Andrada, Carlos Arce, Ivanna Arrascaeta, Ezequiel Atauche, Beatriz Ávila, Vilma Bedía, Carlos Espínola, Flavio Fama, Eduardo Galgaretto, Pablo Blanco, Enrique Goerling, María Victoria Huala, Lucia Crexell, Andrea Cristina, Alferdo de Angeli, Luis Juez, Mariana Juri, Daniel Kroneberger, Carolina Losada, Sonia Decut, Juan Carlos Romero, Sandra Mendoza, María Moisés, Olalla de Moreira, Bruno Olivera, Juan Carlos Pagotto, Francisco Paoltroni, Mónica Silva, Rodolfo Suárez , Guadalupe Tagliaferri, Edith Terenzi, Mercedes Valenzuela, Alejandra Vigo, Eduardo Vischi et Victor Zimmerman.

Loi Bases : qui sont les sénateurs qui ont voté contre le RIGI

En revanche, les législateurs qui n’ont pas soutenu l’initiative du Le régime d’incitation aux grands investissements était :

Claudio Doñate, María Dure. Fernández Sagasti, García Larraburu, Giménez Navarro, Daniel Benusan, Lucia Corpacci, Eduardo “Wado” de Pedro, Juliana Di Tullio, Nora Giménez, María González, Alicia Kirchner, Edgardo Kueider, Sergio Leavy, Claudia Ledesma, Marcelo Lewandowski, Carlos Linares, Cándida López, María Florencia López, Martín Lousteau, Juan Manzur, José Mayans, Oscar Parrilli, Vergara Pilatti, Mariano Recalde, Jesús Rejal, Antonio Rojas, Fernando Salino, Silvia Sapag, Gerardo Monténégro, José Neder et Sergio Uñac.

De leur côté, Natalia Gadano et José Carambia ne sont pas descendus sur place et étaient absents au moment du vote.

Toutes les modifications qui ont été apportées au RIGI

  • Réduction des activités : Le régime est limité aux investissements dans le secteur agroforestier, les infrastructures, l’exploitation minière, l’énergie et la technologie.
  • Plan de développement des fournisseurs locaux : Il est précisé que chaque développement devra proposer au moins 20% de l’investissement total en fournisseurs auprès des organisations nationales, “pour autant que l’approvisionnement des fournisseurs locaux soit disponible et dans les conditions du marché en termes de prix et de qualité”.
  • Modification des modalités de paiement : Les exportations résultant des initiatives rattachées au RIGI et réalisées par les véhicules à projet unique (VPU) auront l’obligation de négociation et de règlement sur le marché des changes de 20% après deux ans à compter du lancement du VPU ; 40 % après trois ans ; et 100% après quatre ans. “Ces fonds dans les pourcentages susmentionnés seront librement disponibles”, précisent les réformes de l’article 196 de la loi de Base, et ajoutent : “Les VPU ne seront pas obligées d’entrer et/ou de régler des devises étrangères et/ou “toute valeur équivalente correspondant à d’autres éléments ou concepts liés au projet faisant l’objet du plan d’investissement approuvé, sous réserve de leur libre disponibilité.
  • Actions, quotas ou participations du VPU : Les biens peuvent être transférés sans autorisation préalable de l’autorité requérante et doivent être informés dans les 15 jours calendaires suivant la survenance. Les actifs peuvent faire l’objet d’une mise sous presse, d’une cession en garantie, d’une fiducie ou de tout autre type d’activité de garantie légale.

Actualités en développement.-

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires