Revilla n’a besoin que d’un mot pour condamner María Jesús Montero après son “show” au Congrès

-

Ce mercredi, le Congrès des députés a observé comment Maria Jésus Montero, vice-président du gouvernement, a montré un grand enthousiasme pour chaque mot de Pedro Sánchez. L’homme politique a applaudi avec beaucoup de ferveur le discours du leader de l’Exécutif et l’a acclamé à chaque instant. L’émission n’est passée inaperçue auprès de personne et les images sont devenues virales sur les réseaux sociaux et ont été les plus évoquées dans les talk-shows télévisés. Justement, ce jeudi matin Susanna Griso, présentatrice de ‘Espejo Público’ (Antena 3), s’est intéressée à l’opinion de Miguel Ángel Revillaancien président de Cantabrie, le « spectacle » de Montero et l’invité sans aucun filtre ont répondu avec insistance.

Miguel Ángel Revilla Il s’est connecté en direct avec « Espejo Público » pour être interviewé par Susanna Griso qui l’a interrogé sur toutes les questions qui émergent dans la politique actuelle. Ainsi, l’invité du matin d’Antena 3 a répondu à tout ce que le présentateur lui demandait avec sa transparence habituelle jusqu’à ce que le communicateur s’intéresse à son opinion sur l’état euphorique de Maria Jésus Montero au Congrès des députés.

«Maria Jésus Montero “Elle s’est imposée comme présidente du fan club de Pedro Sánchez avec des gestes de défi envers l’opposition et en encourageant continuellement le président… Je ne sais pas si, lorsque vous étiez au pouvoir, un vice-président aussi dévoué était apprécié…”, a-t-il déclaré. souligné. Suzanne Griso laisser tomber la question.

«Non, pas moi, ça m’a beaucoup dérangé. “Je n’aime pas le ballon”, a-t-il déclaré avec insistance. Miguel Ángel Revilla devant les caméras de « Espejo Público ». “C’est en cela que nous avons transformé la politique, ce sont des ‘voyous’, c’est ça le football, hein ?”, a souligné l’invitée de la matinale d’Antena 3 à propos de l’excès de María Jesús Montero, tout en poursuivant sa comparaison avec le roi du sport.

[El ‘recado’ de Joaquín Prat a Telecinco por el ganador de ‘Supervivientes’: «Caemos en la trampa de los códigos»]

“Maintenant, nous voyons le football, tu vas sur un terrain, même dans la même ville, celui qui est d’Oviedo est un radical d’Oviedo, l’autre est du Sporting, celui qui est de Madrid déteste l’Atletic… Ils sont ‘ des hooligans qui “se précipitent comme des fous pour applaudir leur équipe et essayer de faire en sorte que quelque chose arrive aux autres et insulter l’arbitre et ça…”, a-t-il déclaré. Miguel Ángel Revilla qui s’est ensuite dirigé sans relâche vers Maria Jésus Montero depuis l’espace Antena 3.

«Pour moi, l’image, que je connais très bien,… Bon sang, je te dirais de te modérer un peu, tu ne peux pas être si audacieux. Cela donne une image de servilité, de vantardise, d’excuse de ce que dit le patron même si c’est faux. “Je ne dis pas que vous le dites comme ça en public, mais au moins vous vous taisez et montrez par un geste que vous n’aimez pas ce qu’il a dit”, a déclaré l’invité de « Miroir public » qui, pour conclure son avis, a condamné le vice-président: “Le patron n’est pas infaillible, il fait des erreurs comme tout le monde, mais il faut défendre la position.”

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires