Loi fondamentale : comment chaque bloc a voté au Sénat

-

Après 13 heures de débat, Le Sénat a approuvé avec 36 voix pour, 36 voix contre et le départage positif de la présidente de l’organisme, Victoria Villarruel (La Libertad Avanza), le Loi de base promu par le pouvoir exécutif. Le texte, qui a reçu plusieurs modifications, reviendra aux députés en deuxième révision, qui doit donner son approbation ou insister sur la formulation originale.

Dans cette note, nous vous expliquons comment chaque bloc a voté au Sénat et quelles ont été les modifications convenues.

Quels blocs ont voté pour et contre la Loi Base ?

La proposition reçue le soutien des 7 sénateurs de La Libertad Avanza, dirigés par le libertaire Ezequiel Atauche, et les 6 membres du PRO, sous le commandement de Luis Juez de Cordoue. De son côté, l’UCR, présidée par Eduardo Vischi, a fourni 12 adhésions, soit la quasi-totalité de sa composition (sauf le sénateur Martín Lousteau).

Depuis les blocs provinciaux, la sénatrice pour la Justice Sociale, Beatríz Abdala (alliée du PRO), a apporté des votes positifs ; les 3 membres d’Unidad Federal, qui comprennent les péronistes dissidents Carlos « Camau » Espínola (Corrientes), Edgardo Kueider (Entre Ríos) et Alejandra Vigo (Córdoba) et les 3 de Cambio Federal, avec Juan Carlos Romero de Salta et Edith Terenzi et Andrea Cristina de Chubut.

Également, les 2 sénateurs missionnaires du Front de Renouveau de la Concorde Sociale, composés de Carlos Arce et Sonia Rojas Decut ; la sénatrice de Neuquén de la Communauté de Neuquén, Lucila Crexell ; et la sénatrice patagonienne Mónica Silva, de Together We Are Río Negro.

Les 33 sénateurs de l’Interbloc du Frente de Todos ont voté négativement, les 2 de Por Santa Cruz -Natalia Gadano et José María Carambia-, et le radical Martín Lousteau, qui s’est différencié dès le début du reste de son bloc avec la présentation de son opinion minoritaire alternative.

Avec ces chiffres -36 positifs contre 36 négatifs- Le bris d’égalité a été entre les mains de la présidente de la Chambre, Victoria Villarruel, qui a fait pencher la balance en faveur du parti au pouvoir et a obtenu le approbation générale. Après avoir évité cet exemple, la Chambre a pu ouvrir le texte à son analyse, notamment pour voter son contenu chapitre par chapitre, et y introduire des modifications.

Quelles ont été les modifications convenues à la Loi de base ?

Au début du débat, le rapporteur du parti au pouvoir, Bartolomé Abdala (LLA), a lu les modifications convenues dans le but de rapprocher les positions des sénateurs encore incertains et d’éviter la chute de la Loi Bases.

C’est ainsi qu’il a été décidé de retirer Aerolíneas Argentinas, Correo Argentino et Radio y Televisión de la liste des privatisations (article 7). et supprimer complètement le chapitre sur les retraites, maintenant ainsi le moratoire pour ceux qui n’ont pas suffisamment d’années de cotisation (articles 227 et 228).

Un autre des changements introduits concernait l’interdiction, dans l’article 3, du pouvoir du pouvoir exécutif de dissoudre les organisations liées à la culture. Entre-temps, à l’article 6, la Commission nationale de l’énergie atomique (CNEA) a été constituée en tant qu’organisme exclu des pouvoirs d’intervention.

Parallèlement, l’article 63 bis a été ajouté, d’un grand intérêt pour les gouverneurs, qui empêche la résiliation des contrats de travaux publics qui sont exécutés à 80 % ou plus, ou qui bénéficient d’un financement international pour leur achèvement.

Cette modification reprend la proposition de Martín Lousteau dans l’opinion minoritaire, mais pour des travaux avec un avancement de 75%. Il a également ajouté que pour les contrats déjà suspendus, leur exécution reprendra après la signature d’un accord qui devra être approuvé par l’autorité compétente.

Lors de la première série de modifications, Abdala a également annoncé que l’article 175 avait été modifié pour modérer la procédure d’approbation d’un véhicule de projet unique (VPU) et “empêcher que les projets soient rejetés ou ne soient pas exécutés pour des raisons de stricte rigueur formelle”.

Alors que la séance durait plus de 10 heures, Abdala a annoncé d’autres réformes dans le Régime d’incitation aux grands investissements (RIGI) qui ont été négociés avec l’opposition au dialogue dans le but de protéger les articles. En ce sens, il a signalé que ce régime d’investissement est limité au secteur agroforestier, aux infrastructures, aux mines, à l’énergie et à la technologie (Art 165).

Par ailleurs, en réponse à la revendication des PME, un plan de développement des fournisseurs locaux a été intégré à l’article 174, qui doit comporter un engagement à contracter des fournisseurs locaux de produits. un investissement minimum de 20% sur le paiement total des fournisseurs. Ceci doit être maintenu pendant la phase de construction et d’exploitation.

Enfin, il a annoncé des réformes de l’article 196, qui modifient les délais de collecte des exportations de produits issus des projets rattachés au RIGI réalisés par les VPU ; et l’article 205, qui permet le transfert des actions VPU en tant qu’objets juridiques.

*Julieta Cravero et Lorena Zapata, de l’Agence du secteur public de Chequeado.

-

PREV Álvaro Muñoz Escassi et Hiba Abouk, ensemble à Cadix : escapade romantique dans la même maison
NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires