Fonsi Loaiza a été reconnu coupable d’insultes contre la même police qui l’a défendu aujourd’hui

-

Fonsi Loaiza, journaliste de gauche lié à Podemos, est un personnage controversé dans les médias espagnols. Récemment, il a de nouveau été sous les projecteurs du public, cette fois pour un incident survenu lors de la Foire du livre. Loaiza, qui a été reconnu coupable de diffamation grave contre la police municipale de Madrid, s’est ironiquement retrouvé défendu par la police qu’il avait auparavant diffamée.

L’incident à la Foire du livre

Lors d’une séance de dédicaces au Salon du livre, Fonsi Loaiza a reçu la “visite” de deux personnes. Ils ont commencé à l’insulter aux cris de « merde rouge » et de « pédé ».

Face à cette situation, Loaiza a réagi avec colère et s’est mise à crier, ce qui a attiré l’attention de la police municipale présente à l’événement. Les agents sont intervenus pour garantir leur sécurité.

Bien que Loaiza ait critiqué le fait qu’ils n’aient pas arrêté les agresseurs, il l’a récriminé pour les avoir traités de “nazis”. Sur son compte Twitter, Loaiza a exprimé sa frustration : “Aujourd’hui, j’ai subi une attaque d’extrême droite lors de la séance de signature de mon livre en criant de la merde rouge, pédé”. “La police ne les a pas arrêtés et m’a reproché de les traiter de nazis.”

Condamnation pour blessures graves

Cet incident survient après la récente condamnation de Loaiza pour graves insultes contre la police municipale de Madrid. Loaiza avait faussement accusé les agents d’avoir causé la mort d’un immigré sénégalais, Mame Mbaye, dans le quartier de Lavapiés. Mbaye est décédé des suites d’une maladie cardiaque congénitale.

Mais Loaiza a affirmé que sa mort était le résultat d’une poursuite policière, alimentant un récit de brutalité policière et de racisme. Les accusations de Loaiza ont été démenties et le journaliste a été contraint de se rétracter publiquement.

La condamnation de Loaiza a suscité une grande controverse. Surtout parmi les secteurs de gauche qui ont utilisé la mort de Mbaye pour critiquer les forces de sécurité.

La rétractation publique de Loaiza n’est pas passée inaperçue et a été remarquée par beaucoup. Comme une reconnaissance de son erreur et un coup porté à sa crédibilité. Pour tenter d’en minimiser l’impact, Loaiza a partagé la phrase sur les réseaux sociaux à une époque où peu d’utilisateurs étaient actifs, mais la nouvelle s’est rapidement répandue.

Une autre polémique sur Loaiza

Fonsi Loaiza, connu pour son activisme sur les réseaux sociaux, a suscité une autre polémique. Cette fois en critiquant le passé d’Alvise Pérez, leader du parti “Se Acabó La Fiesta”.

Dans un tweet récent, Loaiza a accusé Pérez d’être un opportuniste politique qui change son idéologie comme bon lui semble. “Alvise, d’extrême droite, se rendait régulièrement à Gênes en tant que collaborateur du PP.

Avant cela, il est passé par UPyD, Ciudadanos avec Toni Cantó et VOX avec Santi Abascal. Un gars qui prétend être anti-système pour défendre les vieux messieurs et avoir l’immunité en tant que député européen”, a déclaré Loaiza.

Alvise Pérez a été une figure marquante des dernières élections européennes, où son parti a obtenu trois sièges et près de 800 000 voix.

Ce succès a placé Pérez au centre de l’attention médiatique et dans la ligne de mire de ses critiques. Fonsi Loaiza, l’un des plus virulents, a remis en question l’authenticité de la position contestataire de Pérez. Il a laissé entendre que son histoire d’affiliations politiques prouve le contraire.

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires