La Suisse n’a pas laissé sa chance à la Hongrie et l’a battue dès ses débuts en Coupe d’Europe

La Suisse n’a pas laissé sa chance à la Hongrie et l’a battue dès ses débuts en Coupe d’Europe
La Suisse n’a pas laissé sa chance à la Hongrie et l’a battue dès ses débuts en Coupe d’Europe
-

MADRID — La détermination de Michel Aebischercapté avec une passe décisive et un superbe but avant la pause, a marqué de manière décisive Le match de ce samedi entre la Suisse et la Hongrie, arrivé tardivement avec un but de Barnabás Varga.

Dans le temps additionnel Breel Embolo a remporté une victoire suisse qui pourrait être clé pour la configuration finale du groupe Dans cette première section du Euro 2024.

La déroute de L’Allemagne contre l’Ecosse (5-1) lors du match d’ouverture du tournoi a mis en lumière la dimension du duel de Cologne entre Hongrois et Suisses, prétendants, avant le départ, à la deuxième place.

Conscients du statut de favoris, de par leur caractère d’hôte mais aussi de leur potentiel, de l’équipe allemande, les regards du reste des membres du groupe A passent par les autres positions qui pointent vers les huitièmes de finale.

D’où l’intensité et l’intérêt avec lesquels la peinture de Marco Rossi et celle de Murat Yakin se sont affrontées dès le début. Et l’équipe qui l’a recherché le plus a trouvé le succès. Au moins pendant la plupart des minutes. La Hongrie a perdu la première mi-temps, jouant par à-coups, soutenue par l’inspiration du milieu de terrain de Liverpool Dominik Szoboszlai, qui a eu une contribution intermittente.

Lors des débuts de Murat Yakin en tant qu’entraîneur dans un tournoi majeur, c’est la Suisse qui a fait preuve du plus d’ambition et qui a été considérée comme un prétendant à la qualification. L’idée de Yakin a fonctionné comme il l’espérait. Ils ont remporté le choc théoriquement clé contre la Hongrie ; Puis, lors de la deuxième journée, ils affronteront l’Écosse, contre laquelle ils entendent réaffirmer leur passage à la phase suivante. Ils clôtureront le tour de poule contre l’Allemagne, au cours duquel ils entendent discuter de la direction des quatre.

La Suisse a assumé ses responsabilités et lorsque la Hongrie s’est réveillée, elle avait déjà eu un match très difficile, avec deux buts encaissés. Il a changé le scénario avec les changements, a changé l’idée du choc et a même remis en question la victoire de son rival lorsque Barnabás Varga a réduit l’écart.

L’équipe suisse s’est mise au rythme de Granit

Le bon départ de la Suisse a porté ses fruits. Il n’y a pas eu de trêve. Précise dans le pressing, elle ouvre le score au bout de douze minutes avec une superbe passe d’Aebischer à Kwadwio Duah, qui bat Peter Gulacsi à la sortie. Il a réussi à marquer le deuxième tôt, huit minutes plus tard. Dans une erreur de Milos Kerkez lors d’une passe à son gardien dont Ruben Vargas a profité mais qui a été contrecarrée par le but de Leipzig.

La première apparition de la Hongrie en attaque intervient à la 40e minute sur un coup franc et une tête de Willi Orban, au centre, sauvée par le gardien Yann Sommer. La différence résidait dans le succès. La Suisse l’a eu juste avant l’entracte.

Encore une grosse erreur défensive, en chaîne, de la part de l’équipe de Marco Rossi. Xhaka trouvait Remo Freuler, qui centrait vers Aebisher qui, depuis l’entrée de la surface, exécutait un tir précis impossible pour Gulacsi.

Notamment inégale, avec deux buts, la Suisse a abordé le match avec une certaine détente après l’entracte, même si elle a réussi à le sceller dès la première action de la seconde mi-temps avec un ballon lancé par Kwadwio Diah.

Mais tout a changé après le match. Avec les changements, une plus grande accélération et plus d’audace, la Hongrie a réalisé que le match pouvait lui appartenir. Varga menaçait le premier sur un centre de Roland Sallai qui passait de peu à côté. Et en 66, il n’a pas pardonné. Sallai a retrouvé Dominik Szoboszlai. Le milieu de Liverpool a été précis. Il a envoyé une bonne passe dans la surface. Barnabás Varga est apparu, qui s’attendait à ce qu’Abebischer marque et clôture le résultat.

Le match s’est ouvert. La Hongrie a poussé et la Suisse a changé de stratégie. Physiquement épuisée, elle jouait avec le temps et avec l’urgence de sa rivale. Le match étant ouvert, il a également réussi à marquer, même si la victoire restait en suspens.

Gulacsi a sauvé le penalty sur un corner et Marton Dardai a récupéré le ballon sur une contre-attaque. Mais la Hongrie n’a rien pu faire pour éviter le troisième et le verdict, issu d’une longue remise en jeu de Yann Sommer suivie d’un manque de définition de Willi Orban dont Breel Embolo a profité pour relancer le ballon au-dessus de la sortie du gardien et sceller le but. Victoire suisse.

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires