En raison des retards dans l’inversion du gazoduc Nord, l’Argentine continuera d’importer du gaz de Bolivie | Le gouvernement a annoncé un avenant au contrat de deux mois

En raison des retards dans l’inversion du gazoduc Nord, l’Argentine continuera d’importer du gaz de Bolivie | Le gouvernement a annoncé un avenant au contrat de deux mois
En raison des retards dans l’inversion du gazoduc Nord, l’Argentine continuera d’importer du gaz de Bolivie | Le gouvernement a annoncé un avenant au contrat de deux mois
-

L’état Argentine Energy (Enarsa) a annoncé un nouvel addendum au contrat avec la Bolivie pour assurer la fourniture de gaz naturel pour la demande du Nord du pays pour les mois de Août et septembre. De cette manière, le gouvernement envisage d’atténuer un nouveau scénario de pénurie de gaz suite à l’achèvement retardé de la réversion du gazoduc du Nord, un ouvrage clé pour que le gaz de Vaca Muerta puisse approvisionner le nord de l’Argentine.

L’entreprise publique – pour l’instant -, étant donné qu’elle fait partie de la liste des entreprises sujettes à privatisation dans la loi des bases, a annoncé avoir signé avec Champs pétroliers fiscaux boliviens (YPFB) le neuvième avenant au contrat qui “permettra d’approvisionner les zones du centre et du nord du pays jusqu’à 4 MMm3/jour en fonction des exigences de la demande intérieure, tandis que le projet de réversion du gazoduc du Nord, actuellement en cours, est achevé “, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le contrat de fourniture entre l’Argentine et la Bolivie, qui approvisionne en gaz 7 provinces du centre et du nord du pays, Sa date d’expiration était le 31 juillet., après des décennies de validité. Avec le nouveau renouvellement, il sera prolongé de deux mois supplémentaires, avec l’objectif qu’une fois la période de prolongation expirée, la réversion du gazoduc du Nord soit achevée et la demande commence à être couverte avec les ressources de Vaca Muerta.

Inversion du gazoduc du Nord

Le renversement du gazoduc du Nord C’était la priorité numéro deux de l’administration précédente après l’inauguration et la mise en service du gazoduc Néstor Kirchner. Est l’un des travaux clés pour dynamiser la production de Vaca Muerta et approvisionner les provinces du nord-ouest touchées par la baisse de la production de gaz en Bolivie. Il s’agit de faites tourner les pompes qui font aujourd’hui pression sur le gaz qui descend de Bolivie et ajoutez quelques tuyaux supplémentaires.

Les travaux permettront amener le gaz de Vaca Muerta à les industries de Cordoue, Tucumán, La Rioja, Catamarca, Santiago del Estero, Salta et Jujuy, ainsi que le raccordement des habitations aux réseaux de gaz naturel et le développement à grande échelle de nouvelles activités industrielles, notamment l’exploitation du lithium. En plus de réduire le coût de production d’électricité et de gaz naturel pour les industries du nord de l’Argentine, ces travaux stratégiques permettront d’économiser annuellement 1 960 millions de dollars en remplaçant les importations de gaz.

Dans le calendrier initial, on estimait que les travaux pourraient être terminés d’ici mai de cette année, mais le changement de gouvernement et l’arrêt des travaux publics ont retardé les plans. En raison de son importance et malgré le fait que le ministre de l’Économie Luis Caputo ait annoncé qu’aucun nouveau travail public ne serait lancé et que les appels d’offres approuvés dont le développement n’était pas encore finalisé seraient annulés, Enarsa a continué l’appel d’offres. En janvier, les plis ont été ouverts pour l’appel d’offres de deux des trois sections qui composent le projet, en charge de la SEI Techint-SACDE. À la mi-mars, il a été décerné à BTU le tiers des sections laissées vacantes.

Enarsa a indiqué que « le projet d’inversion du gazoduc TGN, sera en opération le 15 septembre permettant d’apporter aux provinces du nord 5 MMm3/jour supplémentaires aux actuelles et dans un second temps encore 4 MMm3/jour.”

Le gaz sur plusieurs fronts

Après la crise due au manque de gaz en mai, le gouvernement cherche à garantir que ce scénario ne se reproduise pas au milieu des mois les plus froids de l’année, c’est pourquoi, en plus de l’accord avec la compagnie pétrolière bolivienne, il a a progressé dans la concrétisation des négociations avec Brésil et Chili pour renforcer l’offre.

Avec le Brésil, le gouvernement a signé fin avril un protocole d’accord entre Enarsa et Petrobras pour une période de trois ans avec différents objectifs, parmi lesquels “résoudre l’approvisionnement en gaz de la NOA tandis que les travaux récemment lancés pour l’inversion du le « gazoduc du Nord ».

Parallèlement, le Chili a convenu la semaine dernière avec la société publique Enap d’importer du gaz naturel pour approvisionner le nord de l’Argentine à partir du terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) de Mejillones. À cet égard, le ministère chilien de l’Énergie a indiqué qu’« Engie Energía Chile et Enap Refinerías signeront un contrat d’achat et de vente de gaz naturel pour exporter les volumes convenus vers Enarsa ».

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires