Le juge examine une requête visant à restreindre les commentaires de Trump sur les agents du FBI dans des documents classifiés

Le juge examine une requête visant à restreindre les commentaires de Trump sur les agents du FBI dans des documents classifiés
Le juge examine une requête visant à restreindre les commentaires de Trump sur les agents du FBI dans des documents classifiés
-

Le juge Canon Aileenen charge du dossier de mauvaise gestion de documents classifiés par l’ancien président et précandidat républicain Donald Trumpa examiné ce lundi une demande des procureurs dans laquelle ils demandent qu’il lui soit interdit de tenir des propos susceptibles de mettre en danger la vie des policiers. FBI qui ont enregistré leur propriété à Mar-a-Lago.

Le procureur spécial Jack Smith a demandé à Cannon, le candidat de Trump pour 2020, de présenter un “ordre de bâillon limité” après que l’ancien président a déclaré, selon le bureau du procureur spécial, que les agents qui ont perquisitionné son domicile de Palm Beach à la recherche de documents classifiés mettaient en danger lui et sa famille et avaient reçu l’ordre de réagir violemment si nécessaire. Les agents qui ont perquisitionné sa résidence de Mar-a-Lago l’ont fait alors que Trump et sa famille étaient absents de Floride.

Dans un courriel de collecte de fonds, Trump a noté que les agents du FBI qui ont fouillé son domicile de Mar-a-Lago à la recherche de documents étaient « simplement désireux de commettre l’impensable », faisant référence au recours à la force, ce qu’il ne voulait pas dépasser un protocole normal. un registre. Les avocats de Trump affirment que toute mesure de silence réduirait indûment leur client au silence au milieu d’une campagne présidentielle dont il est le président. candidat républicain.

On ne sait pas quand Cannon pourrait se prononcer sur ce point, après avoir entendu les arguments lors d’une audience de trois jours qui a débuté vendredi dernier pour aborder plusieurs questions juridiques non résolues qui se sont accumulées dans cette affaire. En mai dernier, le juge Cannon a reporté sine die la date du procès de Trump en Floride pour la mauvaise manipulation de documents confidentiels trouvés dans son club de Mar-a-Lago, garantissant pratiquement que le procès n’aura pas lieu avant les élections présidentielles de novembre prochain, au cours desquelles il affrontera le président Joe Biden.

Vendredi dernier, le juge fédéral Cannon a examiné une demande de la défense de Trump visant à rejeter l’accusation de mauvaise manipulation de documents, arguant que l’avocat spécial Jack Smith était illégalement désigné. L’équipe de défense de Trump a soutenu que le procureur général américain, Guirlande Merrick, n’avait pas l’autorité légale pour nommer Smith comme procureur spécial chargé du processus. En outre, jeudi dernier, il est apparu que Cannon avait rejeté la demande de deux juges fédéraux de démissionner de la présidence de l’affaire, selon le journal. Le New York Times.

Dans le même cas, le candidat républicain fait face accusations d’entrave et de rétention volontaire de documents officiels liés à la sécurité américaine, passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à 20 ans de prison.

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires