Sebastián Martino s’est souvenu avec nostalgie des 20 ans du Défi : « Nous sommes une famille »

Sebastián Martino s’est souvenu avec nostalgie des 20 ans du Défi : « Nous sommes une famille »
Sebastián Martino s’est souvenu avec nostalgie des 20 ans du Défi : « Nous sommes une famille »
-

Depuis 2004, Sebastián Martino fait partie du Défi. Au départ j’étais producteur de formats, je concevais les tests et C’est lui qui a vécu l’exigence et la difficulté de chacun d’eux.

Un an plus tard, il devient producteur général.
“C’est vraiment quelque chose de très émouvant, on se souvient comment on naît avec précipitation, avec l’envie que nous avions en 2004 de créer un nouveau format, une aventure avec des gens célèbres, mais avec des gens normaux, avec d’anciens participants d’autres formats d’aventure. C’est-à-dire le mélange de tout ce que nous générons à ce moment-là et en voyant le programme que nous faisons aujourd’hui, avec les tests que nous faisons aujourd’hui, avec la dynamique que nous faisons aujourd’hui, eh bien De toute évidence, les tripes et le cœur se serrent. On reconnaît et on sent qu’on a évolué avec le programme”dit Sebastián Martino avec enthousiasme.

En 2016, il a cessé d’être dans les coulisses et est devenu un visage connu des Colombiens sous le nom de le juge du Desafío et est actuellement le directeur grand format de Caracol Televisión. Bien entendu, c’est toujours lui qui crée, conçoit et teste les jeux.

« J’aime faire des tests pour comprendre ça. En d’autres termes, je fais un double exercice. Je les vois comme un spectateur, je leur dis de regarder, de transmettre, et je les fais aussi, car il faut comprendre les deux visions : la vision du participant quand il le fait et la vision de la façon dont il est vu depuis du côté du spectateur,” dit.

Sa célèbre phrase

Sebastián est considéré comme un homme de caractère dur, fort et exigeant et est devenu célèbre parmi les Colombiens pour des phrases comme celle-ci : “À ses marques, partez”.

“Le juge est un personnage qui est là, dont j’ai l’impression, eh bien, il est déjà arrivé là et y est resté, Je ne sais pas combien de temps, jusqu’à ce qu’ils me disent que je suis trop vieux pour ça”, a-t-il souligné.

Cela fait 20 ans dans cette maison, une période pendant laquelle certaines choses ont changé et d’autres sont préservées.

“Je pense que nous préservons la mystique. Nous avons évolué de plusieurs manières, mais l’essence du programme, ce que nous recherchons, le respect des participants, une compétition féroce. Quand en Colombie on parle du Défi, on parle de la façon dont ils vont mesurer toutes leurs peurs, ils vont connaître leurs limites. « Vous allez avoir faim, ce qui va être une expérience très forte, mais aussi très enrichissante » complément.

Ce que beaucoup ne savaient pas, c’est que Sebastián Martino a mis sa cravate de côté et a enfilé ses chaussures de tennis pour relever ce défi. Il est avocat de profession, Il est devenu le vainqueur de la première saison de l’Expédition Robinson dans son Argentine natale en 2000. et il est amoureux de la Colombie.

« Je me sens Colombien, mon évolution en travaillant à la télévision est liée au Desafío et à Caracol. Je pense comme un Colombien“Grâce à Dieu et grâce au travail que j’ai accompli, j’ai voyagé à travers le pays et évidemment c’est un produit 100% colombien”, a déclaré l’avocat, qui est également avocat.

Sebastián Martino porte le Défi tatoué sur sa peau : “En fin de compte, nous sommes une famille qui parfois nous sommes tous ensemble, parfois nous sommes dispersés, mais nous sommes ici et nous sommes très reconnaissants pour de nombreuses années partagées”.

-

PREV L’aperçu dense de l’affrontement entre Chama et Gabrieli à Tierra Brava
NEXT Daniela Aránguiz renvoie Mateucci avant de gagner ou de servir