Doctor Who – Revue de la saison 14 (2024) – a terminé sa meilleure saison depuis des années. L’arrivée sur Disney plus redonne du charme à la longue série de science-fiction

Doctor Who – Revue de la saison 14 (2024) – a terminé sa meilleure saison depuis des années. L’arrivée sur Disney plus redonne du charme à la longue série de science-fiction
Doctor Who – Revue de la saison 14 (2024) – a terminé sa meilleure saison depuis des années. L’arrivée sur Disney plus redonne du charme à la longue série de science-fiction
-

Ncuti Gatwa et Millie Gibson prennent l’écran et nous plongent dans les profondeurs du TARDIS

Les 60 années d’existence de “Doctor Who” ont été marquantes. Après les spéciaux du 60e anniversaire, nous avons eu ces dernières semaines un fidèle rendez-vous avec Disney+ pour regarder la saison 1 (ou 14) de la longue série de science-fiction arrivée avec un air renouvelé et, comme dans les mariages nord-américains quelque chose de nouveau (Ncuti Gatwa), quelque chose de vieux (le retour de Russell T Davies) et quelque chose de bleu (le TARDIS).

J’avoue donc que j’avais assez hâte de voir la nouvelle saison… et aussi de voir si une partie du fandom se réconcilie avec la série après la période critiquée de Chris Chibnall et Jodie Whitaker. Même si à mon avis la scène n’était pas tout à fait convenable, il est vrai que la série était entrée dans une certaine inertie… et ce n’était pas si excitant que ça.

Évidemment, tant d’années de diffusion (près de vingt depuis que la BBC a décidé de ressusciter la série) sont très utiles. Des étapes meilleures, d’autres pires… mais je pense que ce qui a finalement poussé beaucoup à abandonner le mouvement, c’est qu’une partie du charme, de la magie et de l’émotion de “Doctor Who” avait été perdue. Pour cette raison, l’arrivée d’un scénariste aussi festif (et bon) que Davies était une merveilleuse nouvelle.

Et ça n’a pas déçu. Ce n’est pas que cette saison ait été soudainement parfaite, mais elle est fidèle à tout ce que la franchise a été… y compris, oui, ce goût pour le camp et le minable et ces monstres et extraterrestres de science-fiction qui sont à peine visibles dans une autre série du genre (peut-être dans celles de Star Trek quand elles seront diffusées).

Un casting qui fait perdurer la série

Bien sûr, c’est curieux parce que même si je ne donnerais pas un mais à la saison en général…Ncuti Gatwa et Millie Gibson travaillent très bien ensemble et à l’écran, l’arc général est très abouti et assez intéressant… — c’est quand je commence à réfléchir aux épisodes individuellement que je vois le plus de défauts. Il est également vrai que nous avons peut-être oublié que rien ne s’est produit lors de ces premières saisons.

Ce n’est pas qu’il y ait un épisode particulièrement mauvais (peut-être ‘Boom‘c’est décevant, mais’Point et bulle‘ me semble remarquable), mais nous avons effectivement dans plusieurs chapitres cette discordance entre l’idée de départ brillante et le développement ou la résolution moins brillante. Le déjà nommé « Bum », écrit par Steven Moffat, est un exemple clair d’une prémisse qui dure cinq minutes mais s’étend jusqu’à une heure.

Dieu merci, Ncuti Gatwa est un “acteur à 360°”, il ne peut donc gérer que tout ce qui lui est lancé en remplissant l’écran. Non que tout soit un éloge pour le Docteur de Ncuti Gatwa. J’ai le sentiment que cette incarnation bifurquée n’a pas encore affiné son spectre d’émotions. Le fait est que, tout au long de la saison, notamment avec ces derniers épisodes, le saut du médecin jovial au médecin triste semble trop abrupt.

C’est peut-être cependant un signe d’immaturité dans cette incarnation, venue vouloir se débarrasser du fardeau de tant d’années de tragédies… de voir que le bagage est lourd. Et, en ce sens, il est très intéressant que Russell T Davies l’a opposé aux ennemis habituels (cybermen, daleks, etc.) mais avec le Panthéon, le, pardonnez la redondance, panthéon d’êtres divins (apparemment) qui représentent une confrontation sérieuse et tragique.

Bref, c’est la meilleure saison de la série depuis probablement dix ans. En fait, on sent que la nouvelle scène de “Doctor Who” est venue pour s’amuser et nous divertir en nous donnant cette magie qui à un moment donné s’est estompée. Je compte déjà les jours jusqu’à ce que nous voyions le spécial Noël.

À Espinof | Les meilleures séries Disney+ en 2024

À Espinof | Tout ce que vous devez savoir pour piloter le TARDIS

-

NEXT les détails du dernier gala