Division et agitation à Azpeitia à propos de la sculpture d’une lavandière

Division et agitation à Azpeitia à propos de la sculpture d’une lavandière
Division et agitation à Azpeitia à propos de la sculpture d’une lavandière
-

Concepts liés à la manière de représenter le corps de femmerespect pour créativité de l’artistela capacité décisionnelle de l’équipe gouvernementale, le féminisme et même le Le David de Michel-Ange étaient présents dans la dernière ligne droite du complet du conseil municipal de Azpeitia mardi suite à une question de l’EAJ/PNV à l’équipe gouvernementale sur la destination finale de la sculpture Drapeau que le sculpteur Azpeitiarra Josu Azkue voulait donner à la ville d’Azpeitia.

Malgré sa bonne volonté, la proposition Il n’a pas eu l’accueil espérépuisque l’équipe gouvernementale de EH Bildu Il a décidé déclin le cadeau estimant que sa typologie « ne correspond pas à l’image des lavandières de cette époque », ce qui a été très critiqué par la formation Jeltzale.

Valorisez le travail silencieux

Drapeau C’était l’une des huit œuvres sélectionnées Sormen Bekak 2023, une initiative promue par la Mairie d’Azpeitia dans le but de promouvoir différents projets créatifs dans le domaine de l’art. Un jury composé de conseillers de l’EH Bildu et de l’EAJ-PNV, représentants de la zone Culture et Kulturaz, a apprécié la proposition d’Azkue, qui avait pour objectif l’exécution d’un sculpture en marbre noir de Markina en grandeur nature qui représentera et mettra en valeur le travail tranquille et des femmes souvent sous-estimées.

Vue de la sculpture de la lavandière d’Azpeitia qui a fait tant de bruit.

Pour ce faire, il a pris comme référence le figure de la blanchisseuse, en mémoire des voisins d’Azpeitia qui ont quitté leurs maisons chargés des vêtements de toute la famille pour se rendre à la laverie publique pour plonger leurs mains dans ses eaux froides et les nettoyer, aussi bien pendant les chaudes journées d’été que pendant les hivers les plus rigoureux. Dans sa proposition, le sculpteur Azpeitiarra a présenté un modèle cela a fait progresser le résultat final, en plus de souligner l’espace public qui donnerait un sens à l’œuvre, l’ancienne buanderie rattachée à la paroisse de San Sebastián de Soreasu, ce qui n’arrivera finalement pas.

Sculpture en marbre de deux mètres

Depuis plusieurs mois, le sculpteur Azpeitiarra donne forme au marbre dur d’une parcelle située dans le quartier d’Izarraitz. Le résultat final a été une sculpture de deux mètres cela représente un jeune femme dans une position hautaine tenant un panier sur la tête tout en regardant directement l’observateur dans une posture que l’on pourrait aujourd’hui définir comme autonomisation.

EAJ-PNV considère que Drapeau non seulement justifie le travail des femmes d’Azpeitia mais répond également à la lettre dans le but de Matazakune initiative de la Mairie d’Azpeitiarra qui veut sortir de l’oubli et mettre en lumière tout cela travail silencieux et peu apprécié qu’il a porté tout au long de l’histoire.

En effet, par l’intermédiaire de son porte-parole Hegoa Larzabal, il a regretté que le refus de recevoir l’œuvre soit basé sur une simple évaluation de la apparence physiquesans prendre en compte la créativité de l’artiste et demande à EH Bildu de reconsidérer sa position : “Quelle est l’image de la femme basque ? Faut-il aujourd’hui commencer à valoriser et classer les femmes selon leur apparence physique ? Dans l’histoire de l’art, il y a de tout, et ils sont aussi le reflet et l’impression des artistes. Les œuvres ne doivent pas nécessairement être liées au réalisme. Nous pensions que lors du conseil municipal actuel, nous aurions surmonté cette situation. Pour toutes ces raisons, nous demandons au Conseil municipal et au Gouvernement Municipal de ratifier l’engagement dans le projet qu’ils ont choisi et soutenu dans les bourses Sormen afin de pouvoir le développer dans son intégralité. Plus encore lorsqu’il s’agit d’une œuvre réalisée par un Azpeitiarra.

Stéréotype de la femme

Le conseiller à la culture, Aitor Larrañagaétait chargé de défendre la position de l’équipe gouvernementale de EH Bildu lors du refus de l’œuvre et de son placement dans la buanderie, en alléguant des raisons liées à la typologie de l’œuvre elle-même ainsi que d’autres raisons techniques liées aux bourses Sormen et aux obligations de la commune. « Nous nous opposons au fait que l’œuvre soit située dans cet espace car nous comprenons que la sculpture ne correspond pas à l’image qui représenterait les femmes d’Azpeitia qui allaient à la laverie au moment où elle était utilisée. D’autre part, la Mairie d’Azpeitia n’a aucune obligation avec les artistes qui réalisent leurs œuvres dans le cadre du projet Sormen. Dans leur dossier, ils peuvent indiquer où ils souhaitent placer les œuvres, dire qu’ils souhaitent les vendre ou quoi que ce soit d’autre, mais cela n’oblige pas la Mairie à faire quoi que ce soit.

“Le féminisme représente différents corps”

La conseillère pour l’Égalité, Miren Arrieta, a également souligné l’importance de valoriser le rôle de la femme et a valorisé le travail réalisé dans ce domaine. Matazakun projet visant à sauver J’oublie ces boulots tranquilles et relégués à l’oubli comme la lavandière qui représente l’œuvre de Iosu Azkue. Mais cette coïncidence avec les objectifs finaux ne s’accorde pas avec la forme que l’auteur a choisie pour matérialiser l’œuvre puisque, selon Arrieta, Drapeau répond à un stéréotype du corps féminin loin de ce que défend le féminisme. « Matazak a commencé son parcours lors de la dernière législature avec l’objectif de mettre en valeur, de descendre dans la rue et de montrer le travail des femmes dans l’espace public. Cependant, le Le féminisme représente différents visages, différents corps et différents types de femmes, ce que la sculpture dont nous parlons ne fait pas », a déclaré Arrieta.

Le conseiller de l’EAJ-PNV, Jabier Altuna, a jugé insuffisants les arguments des conseillers de l’EH Bildu dans un domaine aussi critiquable que l’art. « L’art est un domaine très subjectif et plus encore si l’on parle d’art moderne, mais ce qu’on ne peut nier, c’est que le travail d’Azkue est étroitement lié aux objectifs poursuivis par Matazak. Dire qu’elle ne reflète pas l’image des femmes de l’époque nous semble donc insuffisant. Avec un argument de ce type aujourd’hui, nous ne pourrions pas profiter du David de Michel-Ange, puisque quelqu’un pourrait prétendre qu’il est représenté nu, alors qu’en réalité il est possible de penser qu’il aurait été habillé face à Goliath.

L’auteur de La lavandière d’Azpeitia : “J’en ai marre des polémiques”

Josu Azkueauteur du sculpture, ne cache pas son mécontentement, auquel s’ajoute désormais l’impact viral de la nouvelle. « Je suis fatigué du tumulte qui a été créé et de me voir au milieu de tout cela. “Je préfère ne pas faire de déclarations sur cette question”, a déclaré le Azpeitiarra sculpteur qui a donné la sculpture à la municipalité avec l’intention de la placer à côté de l’ancienne buanderie annexe de la paroisse de San Sebastián de Soreasu.

En effet, son projet a été choisi pour les bourses Sormen 2023 qui promeuvent des projets créatifs et, dans sa proposition, où il esquissait déjà un modèle de ce qu’il deviendrait après le processus créatif, il revendiquait une œuvre valorisant le travail tranquille des femmes. avec l’image d’une blanchisseuse.

La proposition prévoyait une exposition mettant en vedette le personnage qui permettrait de voir le processus de transformation du bloc de marbre noir de 2 800 kilos chez la blanchisseuse à l’aide des photographies qu’il a prises au cours des huit mois que la maladie l’a pris. exécution de la chantier de construction. « Je ne sais même pas quoi dire ; seulement que le personnage ne passe pas par la porte de la chambre qu’ils m’ont proposée », a-t-il conclu en disant. Azkué concernant l’alternative proposée par le Conseil EH Bildu, qui, après avoir refusé que la sculpture soit exposée dans la rue, a proposé de l’exposer dans la salle Bétharram du localité.

-

PREV “J’en ai marre des polémiques”
NEXT Mario Molins donne une nouvelle vie à l’arbre inerte en sculpture et en gravure