Un nouvel acteur rejoint la plainte des banques contre Mercado Libre | Il s’agit de la Commission des Acquéreurs de la Chambre Argentine des Cartes de Crédit (Atacyc)

Un nouvel acteur rejoint la plainte des banques contre Mercado Libre | Il s’agit de la Commission des Acquéreurs de la Chambre Argentine des Cartes de Crédit (Atacyc)
Un nouvel acteur rejoint la plainte des banques contre Mercado Libre | Il s’agit de la Commission des Acquéreurs de la Chambre Argentine des Cartes de Crédit (Atacyc)
-

Un nouvel acteur s’est joint au procès présenté par le portefeuille des banques regroupées dans la plateforme numérique MODO contre Mercado Libre et les sociétés associées à Marcos Galperín. Il s’agit de la Commission des acquéreurs de la Chambre argentine des cartes de crédit (Atacyc), qui regroupe les entreprises qui traitent les transactions avec le plastique et qui sont entre l’utilisateur et la banque où l’argent est crédité et fait une déclaration de soutien. Il n’a pas encore confirmé s’il se joindrait officiellement au procès de MODO.

“Pour parvenir à une véritable démocratisation des moyens de paiement, il est essentiel d’établir des règles du jeu équitables pour tous les membres de l’écosystème”, explique le communiqué d’Atacyc. L’association qui regroupe des entreprises telles que Payway, GetNet et Fiserv a déclaré qu’« il existe encore certaines asymétries du marché causées par des réglementations qui semblent bénéficier de manière disproportionnée à certains acteurs », faisant allusion à Mercado Libre.

Les acquéreurs se sont particulièrement concentrés sur l’interopérabilité des QR et sur l’impact que leur mise en œuvre a sur les entreprises pour une plus grande utilisation du plastique et serait au cœur du problème initial entre les banques et Mercado Pago. “Bien que la réglementation actuelle exige que tous les acquéreurs acceptent tous les portefeuilles, la même exigence n’est pas établie dans le sens inverse”, affirme Atacyc, ce qui profite à Mercado Pago.

La plainte

Dans le document présenté lundi devant le CNDC, MODO dénonce des comportements anticoncurrentiels encadrés dans les chiffres d’abus de position dominante de type exclusion qui violent la loi n° 27.442 de défense de la concurrence (LDC), qui correspondent à :

Refus d’incorporer des portefeuilles numériques concurrents: Mercado Libre empêche l’utilisation de portefeuilles numériques concurrents de Mercado Pago sur son marché, refusant l’accès à ceux qui demandent à être initiateurs de paiement sur la plateforme.

Refus d’intégrer des agrégateurs concurrents: MELI n’autorise pas d’autres agrégateurs et accepteurs concurrents de Mercado Pago à fournir des services de collecte sur son marché, liant ainsi les ventes des commerçants à leurs propres services de paiement.

Obligation d’ouvrir un compte exclusif chez Mercado Pago: MELI exige que les acheteurs et les vendeurs de la place de marché aient un compte sur Mercado Pago.

Refus de l’interopérabilité QR et passerelle de paiement : Mercado Libre empêche les portefeuilles Mercado Pago concurrents de payer avec leur QR ou leur passerelle de paiement (e-commerce).

Déni d’interopérabilité des portefeuilles numériques Mercado Pago : la société empêche les utilisateurs de Mercado Pago d’initier des paiements par carte en utilisant des acquéreurs et des agrégateurs concurrents.

« Il n’est pas possible d’ignorer le fait que l’acteur dominant sur le marché empêche, avec des exigences commerciales, l’application de la règle BCRA qui impose l’interopérabilité des paiements par carte de crédit dans les QR. Il s’agit en soi d’un comportement anticoncurrentiel. Un sérieux. D’autant plus que cela limite la liberté des utilisateurs d’utiliser le portefeuille de leur choix et de payer avec leurs cartes dans n’importe quel QR, comme cela se produit lorsque la carte physique est utilisée pour payer sur les terminaux POS », a souligné MODO.

-

PREV comment ça marche maintenant – Telemundo Miami (51)
NEXT Vous ne pourrez plus regarder aucun film ou série en toute tranquillité