Les colossaux Glenda Jackson et Michael Caine mettent pour la dernière fois leurs talents indéfectibles à l’écran

Les colossaux Glenda Jackson et Michael Caine mettent pour la dernière fois leurs talents indéfectibles à l’écran
Les colossaux Glenda Jackson et Michael Caine mettent pour la dernière fois leurs talents indéfectibles à l’écran
-

Entendre

La dernière évasion (Le grand évadéRoyaume-Uni-France-Suède/2023). adresse: Olivier Parker. Scénario: William Ivoire. La photographie:Christophe Ross. Musique:Craig Armstrong. Édition: Paul Tothill. Casting: Michael Caine, Glenda Jackson, John Standing, Danielle Vitalis. Distributeur: Films de diamant. Durée: 96 minutes. Qualification: adapté aux personnes de plus de 13 ans. Notre opinion: bonne.

« À notre âge, il faut s’accrocher à chaque seconde », dit-on dans La grande évasion lorsque le sort des protagonistes est décidé et qu’il ne leur reste plus qu’à faire face aux conséquences d’un acte imprudent. À proprement parler, toute décision prise dans le cas des protagonistes comporte un certain risque, tout simplement parce que nous sommes face à deux nonagénaires poussés à agir lorsqu’ils prennent pleinement conscience que la vie leur offre une dernière opportunité de prendre des décisions importantes et de les prendre en main. .

Ce qui séduit le plus dans cette histoire douce-amère, racontée avec une inévitable teinte d’émotion, mais étrangère à toute sentimentalité, c’est le ton choisi pour recréer une histoire vraie survenue à l’occasion du 70e anniversaire du débarquement des troupes alliées sur les côtes normandes, en 2014. Tout se passe avec le rythme, le mouvement, le regard et l’attitude envers le monde et la vie de deux personnes qui se dirigent vers le dernier moment de leur vie.

Avec des maux qui ne sont pas simulés, car les acteurs chargés d’incarner ces personnages les portent dans leur propre corps. Et avec une totale maîtrise de leur comportement, car ils conservent une totale lucidité mentale, suffisante entre autres pour que l’arrogance arrogante d’un groupe de jeunes cyclistes ne reste pas impunie.

La grande évasion est le film posthume de Glenda Jackson, qui avait 86 ans au moment du tournage, en septembre 2022, et qui décèdera, à l’âge de 87 ans, le 15 juin 2023. Sa fragilité physique n’est pas un obstacle pour qu’elle soit capable d’afficher ici pour la dernière fois son talent reconnu pour construire des phrases et des réponses pleines d’étincelles et d’esprit ironique, et pour gérer n’importe quelle situation à travers elles.

Le délicieux Jackson, c’est René, tombé à jamais amoureux du marin Bernard Jordan pendant la Seconde Guerre mondiale et qui vit désormais avec lui dans une maison de retraite tout confort à Hove, une enclave côtière tranquille du sud de l’Angleterre, tout près de Brighton. A ses côtés, Jordan conserve la beauté que Michael Caine a toujours su donner à ses meilleurs personnages.

Caine a eu 91 ans en mars et avait deux ans de moins lors du tournage de ce film, avec lequel il a décidé de se retirer de l’activité. Il avance d’un pas lent et hésitant, mais dans ses paroles et dans son regard il y a encore des traces de la malice et de l’attitude décisive qui l’ont toujours caractérisé au cinéma. Ce n’est qu’ainsi que le vétéran de la Seconde Guerre mondiale qui joue dans cette histoire pourra accomplir une dernière mission qu’il avait en suspens depuis ce sanglant jour J.

La dernière évasion est la chronique du dernier voyage de Jordan de la maison de retraite aux plages françaises sans prévenir, tandis que sa femme soutient cette décision sans quitter sa chambre, avec de grands moments où les mots ne sont pas nécessaires, quelques flashbacks des temps de guerre pas toujours efficaces et deux figures colossales capables de soutenir, même de la fragilité de la vieillesse, la force d’un talent artistique impérissable. Il n’y a plus de films comme ça.

Apprenez à connaître le projet Trust

-

NEXT Netflix, Max, Prime Video et Disney+ seront diffusés ce week-end (5 juillet)