Diario Cañada – Vous voilà

-

Et plus précisément lors de la 48e édition du Salon international du livre.

Nous parlons de Mariela Chiurchiu et de Maremágnum, son œuvre littéraire.

Bonjour Mariela, de quoi parle Maremágnum ?

-Bonjour, Maremágnum raconte des histoires liées à l’enfance racontées sous différents angles. C’est un livre pour adultes qui rappelle avec nostalgie les événements, les personnes et les émotions que nous avons vécus pendant notre enfance.

Et est-ce le premier livre que vous écrivez ?

-Oui et c’est le premier livre que je publie moi-même. J’ai déjà écrit des histoires qui ont été publiées dans des anthologies partagées avec d’autres auteurs.

Qu’est-ce que ça fait de le présenter lors d’un événement aussi grandiose ?

-Je suis très heureux… parce que l’expérience de l’écriture a été une guérison pour moi. Le sous-titre de mon livre est « Histoires à a(r)marme » car, tant en les écrivant qu’en les relisant, j’ai réussi à accepter certains aspects de ma personnalité et plusieurs pans de mon histoire personnelle.

Avec quelles attentes partez-vous ?

-Avec beaucoup d’envie d’apprendre et de partager, humblement, ce que j’ai à raconter.

Allez-vous également le présenter au Canada ?

Oui. Il y aura également une présentation à la Maison du Bicentenaire le 7 juin à 19h.

Félicitations et bonne chance…!

-

PREV Les livres stylés choisis par ‘Bellver en avril’, 9 mai 2024
NEXT “Je suis meilleur que l’espagnol”