Blinken défend l’exclusion de Cuba de la liste des pays qui ne coopèrent pas dans la lutte contre le terrorisme

Blinken défend l’exclusion de Cuba de la liste des pays qui ne coopèrent pas dans la lutte contre le terrorisme
Blinken défend l’exclusion de Cuba de la liste des pays qui ne coopèrent pas dans la lutte contre le terrorisme
-

Le secrétaire d’État, Antony Blinken, a défendu ce mercredi devant les parlementaires cubano-américains la décision d’exclure l’île de la liste des pays qui ne coopèrent pas pleinement avec le efforts de lutte contre le terrorisme des États-Unis.

Interrogé par le député Mario Díaz-Balart, le responsable a répondu que « le statut de non-coopération totale nécessite une révision annuelle » et que « la coopération policière avec Cuba a repris dans l’intérêt national, raison pour laquelle la base de la désignation était n’est plus là”, a-t-il cité Actualités Martí.

Blinken a expliqué que la base de la désignation par l’administration précédente était « la présence de membres de l’Armée de libération nationale colombienne à Cuba » ; mais cette année, « le gouvernement colombien ne demande plus leur extradition ».

Díaz-Balart a rappelé que Le gouvernement cubain continue de fournir un abri aux fugitifs recherchés par les autorités américaines, tout en illustrant le cas de Víctor Manuel Rocha, l’ancien diplomate condamné en avril à 15 ans de prison pour espionnage au profit de Cuba.

En outre, La Havane a signé un accord militaire avec la Biélorussie pour former des Cubains qui rejoindront plus tard la guerre contre l’Ukraine.

“Nous continuons à lutter et à prendre des mesures, mais dans ce cas particulier, étant donné l’exigence annuelle, c’est la détermination que nous avons prise”, a souligné le secrétaire d’État.

Díaz-Balart a affirmé que Blinken continue d’entretenir les relations américaines avec les dictateurs cubains et de « dorloter » la dangereuse dictature anti-américaine.

De même, la députée María Elvira Salazar a interrogé Blinken et a déclaré que la dictature cubaine soutient « le Hamas et les organisations terroristes qui affectent les intérêts américains… ».

La semaine dernière, les États-Unis ont retiré Cuba de la liste des pays qui ne coopèrent pas pleinement à leurs efforts de lutte contre le terrorisme; mais l’a confirmé sur la liste des pays soutenant le terrorisme.

Le régime avait demandé à la Maison Blanche de le retirer de cette deuxième liste, estimant que son inclusion entraînerait des sanctions qui affectent l’économie de l’île.

-

PREV Rubén Pirola dénonce la « recrudescence de la délinquance rurale sur tout le territoire provincial de Santa Fe »
NEXT Les dirigeants sociaux et paysans créeront un comité pour promouvoir la réforme agraire