Questionner la violence comme moyen d’action politique en Argentine (Partie III)

Questionner la violence comme moyen d’action politique en Argentine (Partie III)
Questionner la violence comme moyen d’action politique en Argentine (Partie III)
-

vendredi 24/05/2024

/

Dernière mise à jour 18h55

Tout comme l’Alfonsinisme d’abord et le Kirchnérisme ont tenté, chacun à leur manière, une politique de défense des Droits de l’Homme à gauche, dans le cadre du gouvernement de La Libertad Avanza et de ses alliés PRO/Cambiemos, un glissement vers la droite dans le cadre du gouvernement de La Libertad Avanza et de ses alliés PRO/Cambiemos a été observé. politique, même l’actuelle vice-présidente, Victoria Villarruel, avec son livre “Les autres morts”, pour reconstituer la liste des victimes civiles du terrorisme civil. Ainsi, il se situe dans une position idéologique d’extrême droite, qui admet l’existence d’une guerre interne et légitime le terrorisme d’État à travers un récit négationniste, en ligne très ténue avec l’Apologie du Crime.

Si l’on admettait l’hypothèse invraisemblable d’une guerre interne, comme celle historiquement soutenue par l’amiral Emilio Massera et actuellement par Villarruel, les prisonniers de guerre devraient être traités conformément aux dispositions du protocole connu sous le nom de Convention de Genève. Cette dernière, qui remonte au 12 août 1949, est liée au traitement des prisonniers de guerre (articles 12, 13, 14 et suivants), situation qui n’a clairement pas produit de terrorisme d’État, en raison de l’action illégale qui a été menée. avec des moyens publics dans l’utilisation de la structure répressive de l’État, à partir du Pouvoir Exécutif National (PEN) lui-même.

Voir également

Voir également

Questionner la violence comme moyen d’action politique en Argentine (Partie I)

Dans l’État de droit, nous interprétons que l’application de la compétence des tribunaux pénaux civils est raisonnable, excluant l’application de la juridiction militaire du tribunal de guerre, ainsi que des tribunaux populaires, puisque notre système politique institutionnel dérive de la Constitution nationale et c’est un régime républicain, représentatif et fédéral. Justement, le fait d’être républicain implique la division des pouvoirs, le pouvoir judiciaire – indépendant – étant l’un des trois dont dispose la République argentine.

Malheureusement, depuis l’Acordada qui en 1930 a accordé la validité au gouvernement de fait exercé par une junte militaire, les validations ultérieures de la Cour suprême de justice aux différents gouvernements militaires qui se sont succédé dans le pays ont fait de même, en vue de valider les actes publics émanant des autorités dans l’exercice de fait du pouvoir exécutif. Parmi eux, celui qui revêt une importance particulière est celui de contracter des dettes monumentales résultant d’emprunts signés avec des organisations internationales, dont les conséquences sont actuellement payées par le peuple argentin.

Sur ce sujet, qui explique la relation entre le gouvernement de la dernière dictature civico-militaire fasciste en politique et l’économie libérale, la figure du ministre de l’Économie, José Alfredo Martínez de Hoz, se démarque. Ses outrages ont été dénoncés comme prouvés dans “Olmos Alejandro sans plainte” (cas n° 14.467) et accrédités dans le jugement du juge Jorge Ballesteros du 13 juillet 2000.

Voir également

Voir également

Questionner la violence comme moyen d’action politique en Argentine (Partie II)

Ces résultats ont été envoyés aux chambres des sénateurs et des députés de la Nation, mais, malgré de maigres actions (comme certains projets de loi), ils n’ont pas prospéré car ils sapent évidemment le pouvoir des grandes entreprises capitalistes qui en ont bénéficié. Ce processus s’est terminé à l’époque avec la nationalisation de la dette privée projetée par Domingo Felipe Cavallo, alors président du conseil d’administration de la Banque centrale de la République argentine, au moyen d’une assurance de change, ce qui a permis à son successeur au pouvoir, Julio González del Solar a nationalisé la dette privée le 17 novembre 1982.

Les organisations de défense des droits de l’homme méritent un paragraphe distinct. Lutte pionnière des Mères de la Place de Mai, des Grands-Mères de la Place de Mai et, au fil du temps, du groupe HIJOS, pour reconstruire le lien avec les familles d’origine et déconstruire le processus d’appropriation illégale des bébés. Les foulards blancs, qui caractérisent les Mères et Grands-mères de la Place de Mai, sont le symbole d’une lutte politique qui dénonce et combat les pratiques menées par les génocidaires de la dernière dictature civilo-militaire, qui ont été encadrées par le terrorisme d’État. Estela de Carlotto, Nora Cortiñas, Hebe de Bonafini, Tati Almeida, entre autres, ont été et sont les porte-drapeaux de ce combat.

L’habeas corpus présenté par les avocats des proches des victimes est resté sans réponse. Des institutions telles que HIJOS et APDH étaient des modes d’organisation possibles pour rendre visibles les atrocités du terrorisme d’État. De plus, issues de la science et de la technologie, mais aussi d’un fort engagement politique, les équipes d’anthropologie médico-légale ont été essentielles pour l’identification des restes des victimes. En même temps, la Banque Nationale de Données Génétiques est d’une grande valeur pour les petits-enfants récupérés, entre autres parce qu’elle permet d’inverser le processus d’appropriation illégale des bébés, garçons et filles.

Malgré l’instauration de mécanismes de réparation équitable, tels que la collecte d’indemnisations pour les fils et filles des détenus, des personnes disparues et/ou décédées pour des raisons politiques qui ont été à la disposition du PEN et/ou des tribunaux militaires depuis le coup d’État de 1955 jusqu’au retour de démocratie en 1983 (loi n° 25914/2004), ainsi que la cooptation de certains dirigeants de ces organisations de défense des droits de l’homme par les partis au pouvoir (à travers l’allocation de postes budgétaires à des programmes ou à des objectifs non liés aux organisations, comme le construction de logements sans responsabilité claire, octroi de postes publics, etc.), impliquait qu’une partie de ces dirigeants était impliquée dans des actes de corruption pendant la période démocratique. Et ces faits déforment l’approche éthico-politique qui a donné naissance à cette lutte, en tant que mécanisme de résistance à l’oppression.

Tant les militaires génocidaires, qui ont exercé un pillage de guerre à la romaine de l’État (meurtres, viols et appropriation de biens par le pillage), que les terroristes civils (qui ont commis des homicides, des attentats à l’aide d’explosifs et financés par des enlèvements extorqués), ils avaient le droit de se défendre dans leurs procès respectifs une fois l’ordre constitutionnel rétabli. Et ils les ont eu avec leurs corps respectifs d’avocats de la défense, dans le respect des garanties constitutionnelles et de toutes les actions, ressources et instances qui établissent l’ordre juridique national et international.

Admettre une différence structurelle entre les crimes qui étaient le produit du terrorisme d’État et le terrorisme civil – avec leurs natures juridiques respectives et leur caractère imprescriptible tel qu’établi dans la Convention sur l’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, adoptée par l’Assemblée des Nations Unies dans la résolution 2391 du 26 novembre 1968 (approuvée par la loi n° 24584/1995), ainsi que la différence dans la sévérité, les barèmes pénaux et la qualité des peines (et compte tenu de l’inadéquation des grâces ménémistes respectives), il aurait été juste que les personnes condamnées à une « peine ferme » aient purgé leur peine.

Une considération distincte mérite la question de l’indemnisation versée par l’État, en conséquence de l’accréditation des crimes liés au terrorisme d’État qui ont touché les victimes, les proches des victimes, les héritiers, etc., en principe équitables en raison de la loi n° 25914, de 2004. Le ministère de la Justice enquête toujours sur des allégations d’irrégularités dans le traitement de certains cas spécifiques, tandis que les victimes civiles, les membres de la famille, les héritiers et autres personnes du terrorisme civil n’ont reçu aucune compensation civile de la part des auteurs, en conséquence. L’amnistie d’Héctor Cámpora, les grâces présidentielles de Menem pour les terroristes civils ou la prescription pénale des actes, qui renforce le sentiment d’impunité.

-

NEXT Les habitants de Catamarca disent au revoir à Silvia Pacheco en ligne