Le Chili se joindra au procès de l’Afrique du Sud contre Israël devant la CIJ

Le Chili se joindra au procès de l’Afrique du Sud contre Israël devant la CIJ
Le Chili se joindra au procès de l’Afrique du Sud contre Israël devant la CIJ
-

Le président du Chili a annoncé que son pays se joindrait au procès intenté par l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de Justice (CIJ) pour génocide.

Gabriel Boric, lors de la présentation du Compte public samedi, évoquant la situation critique dans la bande de Gaza, a évoqué le chiffre de plus de 35 000 morts, une situation humanitaire catastrophique et les infrastructures de Gaza pratiquement dévastées. « Nous ne cesserons jamais d’être indignés par les actions aveugles et absolument disproportionnées contre des civils innocents, en particulier des femmes et des enfants palestiniens, que mène l’armée israélienne », a déclaré le président.

“En plus du soutien humanitaire que nous avons apporté à la Palestine, de l’appel à la consultation de notre ambassadeur en Israël et de la présentation, avec le Mexique, d’un renvoi de la situation en Palestine devant la Cour pénale internationale, j’ai décidé que le Chili deviendrait partie et soutenir le dossier que l’Afrique du Sud a présenté contre Israël devant la Cour internationale de Justice de La Haye, dans le cadre de la Convention sur le génocide des Nations Unies », a déclaré Boric.

Le Chili rejoint ainsi le Nicaragua, la Colombie, la Turquie, l’Égypte, le Mexique et la Libye, qui ont également demandé à faire partie du dossier présenté par l’Afrique du Sud le 29 décembre de l’année dernière devant la CIJ, dénonçant les violations par Israël de la Convention sur le génocide et droit international, en raison des attaques constantes contre les Palestiniens dans la bande de Gaza.

La Cour internationale de Justice a déjà ordonné à deux reprises des « mesures provisoires » contre Israël. En janvier, les juges ont jugé qu’Israël devait faire tout son possible pour garantir l’approvisionnement de la population palestinienne et éviter des pertes civiles. En mars, la CIJ a réitéré et durci ses ordonnances car, selon les Nations Unies, la situation de la population civile à Gaza était proche de la famine.

Par la suite, le 12 février, l’Afrique du Sud a présenté une « requête urgente » à la Cour concernant la décision d’Israël de mener une offensive à Rafa, une ville située au sud de la bande de Gaza. Le 24 mai, les juges de la CIJ ont ordonné à Tel-Aviv de mettre fin à son offensive militaire contre Rafah.

D’autre part, le 20 mai, la Cour pénale internationale (CPI) a demandé des mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Guerre Yoav Galant pour d’éventuels crimes de guerre dans le conflit de Gaza.

La guerre génocidaire israélienne dans la bande de Gaza, soutenue par les États-Unis, a tué jusqu’à présent plus de 36 379 civils palestiniens.

Santiago du Chili, 2 juin 2024
Chronique numérique/hispantv.com

-

PREV sera présenté au MedPlus Coliseum de Bogotá
NEXT Paula Andrea y parvient : elle est la première docteure en Sciences Biologiques de l’Université de Caldas