La Mecque : le cœur du monde musulman

-

En tant que berceau musulman, j’ai depuis mon enfance en tête l’image d’une structure cubique en pierre recouverte d’un tissu noir. Je ne connaissais ni son nom ni son importance, mais je la voyais souvent sur les couvertures de livres, sur les tapis de prière, sur les murs des mosquées, et surtout, la séquence à la télévision dans laquelle des milliers et des milliers de personnes, toutes habillées en pareil, l’entourait. Au fil du temps, j’ai avancé dans mes connaissances religieuses et j’ai découvert qu’un tel endroit s’appelle « Kaaba » et est situé à La Mecque (Arabie Saoudite).

Photo : Reuters

En Islam, le pèlerinage à la Kaaba, appelé « Hajj », est un événement unique par son importance et revêt une portée internationale. Le pèlerinage a lieu chaque année au cours du dernier mois du calendrier islamique, caractérisé comme calendrier lunaire. Pour cette raison, les dates selon le calendrier grégorien ont une fluctuation annuelle d’environ 10 jours et cette année, elles auront lieu du 14 au 19 juin. Durant cette période, plus de deux millions de personnes du monde entier visitent habituellement la Kaaba.

Le « Hajj » est l’un des cinq piliers de l’Islam et son accomplissement est un commandement obligatoire que tout musulman, homme ou femme, doit accomplir au moins une fois dans sa vie. Cependant, il s’agit d’un commandement conditionnel qui ne s’applique qu’à ceux qui disposent de ressources financières suffisantes, de la santé nécessaire pour entreprendre le voyage et à ceux qui sont en sécurité pour voyager.

Photo : Reuters

Par conséquent, en période de pandémie, ce n’était pas obligatoire pour tous les croyants. Il existe même des courants musulmans qui, encore aujourd’hui, ne peuvent pas effectuer le pèlerinage parce qu’ils sont persécutés en Arabie Saoudite, comme par exemple les musulmans de la communauté Ahmadiyya.

Cependant, à l’unanimité de tous les musulmans, la Kaaba est le lieu le plus sacré et fut la première maison dédiée au culte du Dieu Unique. La Mecque joue un rôle primordial dans la vie quotidienne des fidèles et lors de chaque prière on se tourne vers elle, étant l’orientation constante et le lieu d’unité du monde islamique.

En particulier, les rituels du pèlerinage sont dédiés aux sacrifices du prophète Abraham, de son épouse Agar et de son fils Ismaël, afin de préserver la Kaaba comme symbole de l’unité de Dieu. Les religieux qui ne peuvent pas se rendre à La Mecque se joignent symboliquement depuis leur place à la célébration du pèlerinage, appelé « Eidul Adha » (la célébration du sacrifice) qui aura lieu cette année en Argentine le 17 juin.

Bref, le pèlerinage est pour les musulmans une expression symbolique de leur dévouement à l’Être Suprême. À son tour, La Mecque remplit la fonction de lieu d’union pour toute l’humanité, tout comme le prophète Abraham est considéré comme le tronc et le père des trois religions monothéistes : le judaïsme, le christianisme et l’islam.

9b0e883c34.jpgVoir égalementRamadan : le jeûne comme moyen de réconciliation

C’est pourquoi, en 2024, nous célébrons le pèlerinage à La Mecque avec une prière particulière pour la paix au Moyen-Orient : pour que la guerre prenne fin et que tous les otages rentrent chez eux auprès de leurs familles. Le massacre et le sang de personnes innocentes, en particulier d’enfants, constituent la principale contamination de nos relations, tant avec le Créateur qu’avec nos voisins. De même, en tant que peuple argentin, j’espère que nous pourrons surmonter nos différences et faire un « pèlerinage » ensemble dans la paix et l’harmonie vers un avenir et une société meilleurs. Amen

L’imam Marwan Gill est un théologien islamique et président de la communauté musulmane Ahmadiyya en Argentine.

-