Que disent les techniciens de Néstor Lorenzo ? : « Ce n’est pas une question de nationalité, mais de capacité » | Copa América 2024

Que disent les techniciens de Néstor Lorenzo ? : « Ce n’est pas une question de nationalité, mais de capacité » | Copa América 2024
Que disent les techniciens de Néstor Lorenzo ? : « Ce n’est pas une question de nationalité, mais de capacité » | Copa América 2024
-

Néstor Lorenzo est invaincu depuis 20 matchs à la tête de l’équipe colombienne.

Photo: AFP – BEN STANSALL

La cohérence est peut-être le mot qui définit le mieux le processus de l’entraîneur Néstor Lorenzo à la tête de l’équipe senior colombienne. Deux ans exactement après son arrivée, le stratège argentin s’apprête à relever son premier grand défi, la Copa América 2024, dans laquelle le tricolore affrontera le Paraguay (24 juin), le Costa Rica (28 juin) en phase de groupes et le Brésil (24 juin). 2 juillet).

«Nous voulons faire une bonne présentation», dit-il. Et qu’est ce que ca veut dire. « Eh bien, gagnez », répond-il sans hésiter, tout en précisant, pour ne pas vendre de la fumée : « La Colombie, c’est bien, mais nous y allons match par match. Je ne pense pas que nous soyons favoris. L’Argentine et le Brésil, voire l’Uruguay, sont de très grandes équipes, qui font partie du groupe de candidats que nous voulons rejoindre, mais pour cela, nous devons continuer à grandir et ajuster beaucoup de choses.

Lui et son équipe sont enthousiastes et convaincus qu’il y a quelque chose à combattre. Son niveau de football et les résultats le soutiennent. Le tricolore a réussi à consolider un style de jeu clair et une équipe qui sait ce qu’elle joue et comment elle doit le faire. À cela, ils ajoutent une mentalité de gagnant et d’unité, deux aspects clés pour atteindre les objectifs.

Grâce à ces vertus, l’équipe a obtenu des résultats importants. Avant le match d’hier contre la Bolivie, ils étaient restés invaincus pendant 19 matchs avec Lorenzo sur le banc, avec 14 victoires et cinq nuls, 35 buts marqués et seulement 14 encaissés, pour un score de 82,4%.

“La Colombie est une équipe bien gérée, le travail est évident et les résultats sont là”, explique l’entraîneur d’Antioquia Luis Fernando Suárez, qui a dirigé, outre plusieurs clubs, les équipes de l’Équateur, du Honduras et du Costa Rica.

Suárez reconnaît que “j’aime ce que je vois, une équipe unie, avec une bonne énergie et de bonnes manières de football, même s’il y a toujours place à l’amélioration”. Arturo Reyes, l’entraîneur de Junior, a un concept similaire, qui a mené le tricolore absolu lors de quatre matchs. « On voit l’harmonie dans cette équipe, que c’est un groupe d’amis, qui tirent tous dans la même direction. En ce sens, je pense que le professeur Lorenzo et ses collaborateurs ont fait un très bon travail, qui se reflète dans ce qu’ils font sur le terrain et dans ce qui se passe en dehors.

Tous deux estiment que le stratège argentin de 58 ans a eu « une gestion très correcte », dans laquelle il a su profiter du talent des joueurs colombiens qui brillent à l’étranger. « Il a amélioré ce qu’il a trouvé. Il a su prendre la base qui existait et chercher et explorer des alternatives », explique Suárez.

Reyes, qui a dirigé une bonne partie des joueurs qui composent l’équipe qui jouera la Copa América aux États-Unis, souligne que « dans toutes les positions, il y a plusieurs possibilités, options de remplacement. Il y a de la variété, des défenseurs centraux forts, d’autres qui peuvent faire la première passe ; des latéraux puissants qui aident le jeu aérien et les autres à sortir du jeu, qui savent sortir sur l’aile, mais aussi intérioriser ; des milieux de terrain très bien placés, qui savent distribuer, et des ailiers et attaquants avec des caractéristiques différentes, avec un déséquilibre et des buts, qui réussissent très bien dans leurs clubs.

Le professeur Suárez insiste sur le fait qu’une grande partie du succès de Lorenzo a été la réussite du juste mélange entre expérience et jeunesse, avec une génération en voie de disparition et une autre qui représente le présent et l’avenir : « Je vois les grands (expérimentés) très engagés , avec une bonne énergie et la volonté de contribuer partout où il le faut.

Dans ce nouveau processus, l’équipe colombienne a brillé lors des matchs amicaux, avec des victoires éclatantes contre des rivaux comme l’Allemagne et l’Espagne, mais aussi au début du match de qualification de la Conmebol pour la Coupe du Monde 2026. En six matchs, elle est invaincue, avec trois nuls. et trois victoires, la plus importante de toutes étant celle contre le Brésil, qu’ils ont battu pour la première fois dans une compétition officielle senior.

La plupart des entraîneurs colombiens s’accordent sur le fait qu’il existe dans le pays de nombreux entraîneurs très compétents et dotés des conditions nécessaires pour diriger l’équipe, mais ils reconnaissent également que le travail de Lorenzo sous le maillot tricolore a été remarquable : “Cela n’a rien à voir avec le fait qu’il soit étranger. C’est une question de capacité et non de nationalité. Pour chaque entraîneur, le plus important, ce sont les résultats et, en ce sens, il n’y a rien à reprocher à l’enseignant », déclare Suárez.

Le fait de ne pas trop parler aux médias et de faire peu d’apparitions publiques a permis à l’équipe d’entraîneurs de se protéger, avec un style très similaire à celui de José Pékerman, dont Lorenzo a été l’adjoint entre 2012 et 2018, et avec qui il est allé au Coupes du monde au Brésil et en Russie.

« Je suis très content de ce qui arrive à Néstor Lorenzo, qui était mon collaborateur numéro un au sein du staff, lorsque j’étais en Colombie. Il a désormais canalisé une génération dont la main a beaucoup grandi, avec des joueurs dans des équipes européennes où ils ont une très bonne participation et une identité de jeu claire, la Colombie sait bien à quoi elle joue”, reconnaît José Pékerman.

Justement, après quelques années de hauts et de bas, l’équipe nationale est devenue une équipe fiable, solide, qui ne joue peut-être pas aussi bien que celles qui ont participé aux Coupes du monde, mais qui est pratique et efficace. Cela ne dépend pas d’un ou deux chiffres, mais du fonctionnement du collectif.

« Nous avons toujours essayé de faire du groupe la chose la plus importante, d’aborder tous les matchs avec le même sérieux et avec la même intensité. Cette équipe rêve grand, mais travaille aussi dur pour atteindre ses objectifs », reconnaît Luis Amaranto Perea, assistant technique de Lorenzo.

La Colombie arrive ainsi, excitée, mais les pieds sur terre, à son premier tournoi majeur. Soulever la Coupe n’est pas facile, mais ce n’est pas impossible non plus. Lorenzo et ses garçons ont ce qu’ils ont pour se battre.

-