Des professionnels se consacrent au service et recherchent des personnes dans la région de Los Ríos

-

L’ONG K9 SAR rassemble des bénévoles et des chiens spécialisés avec l’engagement de servir la communauté. Un travail qu’ils effectuent sans attendre de rémunération.

« Sherpa », « Pillán », « Sarsa », « Maly », « Jack » et « Atenas » font partie d’une équipe très spéciale. Un cas très inhabituel.

Il s’agit de chiens spécialisés dans la recherche de personnes qui, avec leurs guides dévoués, forment le groupe d’ONG K9 SAR Los Ríos, une organisation non gouvernementale à but non lucratif qui se consacre à la recherche de personnes disparues dans tout type d’incidents. dans la région de Los Ríos.

La coordination des actions avec les familles affectées et la police est le travail des membres humains de cette organisation. La recherche d’indices sur les terrains les plus compliqués est le travail des chiens.

Récemment, ce groupe de spécialistes a réussi à rechercher le jeune Allan Márquez, malheureusement retrouvé mort, mais cette même découverte a rassuré la famille qui traversait une période très difficile.

Le spécimen « Sherpa » a eu une participation particulière dans ces enquêtes, conduisant les guides jusqu’au lieu où cette personne a été trouvée.

Travailler avec des animaux spécialisés n’est pas une tâche simple ; il faut du dévouement, du temps, de la patience et beaucoup d’engagement pour créer un duo qui remplisse une mission aussi délicate.

Cet engagement est souligné par le président de l’organisation de sauvetage ONG K9 SAR de Los Ríos, Hugo Gangas, qui a commenté à Groupe DiarioSur que «je travaille dans ce domaine depuis environ dix ans avec des chiens de recherche et de sauvetage. Notre priorité est la région de Los Ríos, mais nous avons des membres d’autres régions qui sont régis par des normes internationales et avec un processus de dressage strict pour nos chiens, qui dure au moins deux ans. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’un de ces chiens pourra aller travailler.

-Comment se déroule ce processus ?

« C’est une tâche complexe et stricte dans la formation des guides et des chiens. Nous travaillons avec des familles qui ont perdu un être cher ; Donc, ce n’est pas n’importe quoi. Nous le voyons de manière très professionnelle. Nous effectuons une sélection à la fois du personnel et des spécimens. “Cela demande du temps et de l’engagement.”

-Y a-t-il un processus pour choisir les chiens ?

« On détermine d’abord les personnes qui serviront de guides, puis on effectue la sélection génétique de l’animal. Tous les chiens ne sont pas pareils et dans ce cas, nous ne pouvons pas le prendre à la légère ; C’est pourquoi les meilleurs sont recherchés dans le pays et, dans certains cas, à l’étranger. »

-Comment les acquièrent-ils ?

« Avec des ressources propres. Nous parlons d’effectifs élevés et de races spécifiques. Nous travaillons actuellement avec des lignées de travail de border collie, de malinois belge et de berger allemand. “Nous sommes très stricts dans la sélection.”

À l’ONG K9 SAR de Los Ríos travaillent des professionnels de divers domaines qui, lorsqu’ils deviennent guides, prennent en charge un chien spécialisé.

ac03c5ec12.jpg

« Je suis ingénieur en mécanique et nous avons un marin, un policier, une infirmière, un pompier, un dentiste, etc. Chacun d’entre eux possède des connaissances spécialisées grâce à un cursus de dressage professionnel de chiens. Ils travaillent chaque jour avec les chiens dans le cadre de leur entraînement à la recherche », explique Gangas.

-C’est un processus intense pour les chiens de recherche…

«C’est une formation planifiée. Lors des sessions de recherche, toutes les conditions et variables que peut avoir une éventuelle victime sont simulées. C’est une association d’arôme avec la personne que vous recherchez. “L’animal effectue un marquage actif en aboyant dans la zone où la personne pourrait se trouver.”

-Où obtenez-vous du financement?

« Avec des ressources propres. Certains d’entre nous ont des supports pour nos chiens. Dans mon cas, je souligne la contribution de Los Piwos et Estetican, qui collaborent pour l’entretien de l’animal.

-Accueillez-vous de nouveaux membres ?

«C’est un processus constant. Actuellement, nous avons à ma charge « Sherpa » et « Pillán », « Sansa » qui est une copie de Carla Callupi de Panguipulli ; « Maly » de Francisco Cid, « Atenas » – qui est un chien en formation – de Jorge Alvarado et « Jack » d’Elías Saldaño. Une partie importante de l’équipe est Gerardo Gajardo, qui est le support technique du groupe. Il nous apporte l’utilisation d’outils technologiques pour guider les recherches sur le terrain. Il est enseignant et guide de montagne. “Son rôle est fondamental.”

Si vous souhaitez recevoir des nouvelles publiées dans Diario Futrono, enregistrez votre email ici

Si vous envisagez d’utiliser le contenu de notre journal (textes ou simplement données) dans un média, un blog ou des réseaux sociaux, indiquez la source, sinon vous encourrez un délit sanctionné par la loi n° 17 336 sur la propriété intellectuelle. Ce qui précède ne s’applique pas aux photographies et vidéos, puisque leur reproduction à des fins d’information est totalement INTERDITE.

-