La médecine du philosophe

La médecine du philosophe
La médecine du philosophe
-

Nous avons besoin de votre aide pour continuer à signaler
Collaborer avec Nouvelle tribune

Le qualificatif de épicurien Historiquement, il a été utilisé pour disqualifier quiconque signalait une fissure dans l’édifice de la Vérité Absolue. Aujourd’hui encore, les juifs orthodoxes qualifient ceux qu’ils considèrent d’apostats ou d’hérétiques, c’est-à-dire tous ceux qui ne leur ressemblent pas. apikoros « épicuriens ». Dans LilithPrimo Levi raconte comment dans l’horreur d’Auschwitz, un autre déporté juif polonais lui raconte les aventures de ce personnage issu de la tradition orale.

Vous ne connaissez pas l’histoire de Lilit ? Il ne la connaissait pas et il eut un sourire indulgent : vous savez, tous les Hébreux d’Occident sont des épicuriens, des apikorsim, des incrédules.

Le même auteur italien s’approprie le terme et, une fois terminé le récit de la première épouse rebelle d’Adam, il écrit que « c’est un paradoxe que le destin ait choisi un épicurien pour répéter cette fable pieuse et impie ». Ajoutant l’insulte à l’injure, le raciste rabbin Kahane, partisan de l’expulsion de tous de Palestine goyim et ennemi mortel de tout mariage mixte, faisait allusion aux Juifs qui critiquaient ses idées avec le nom de Canaille hellénisée. Cette identification au grec de tout ce qui s’oppose à la foi irrationnelle du charbonnier est une constante de longue date dans le champ du monothéisme.

A Constantinople, en 562, les chrétiens arrêtent les Hellènes – épithète insultante […]– les promenant dans les rues de la ville. […] On allume un immense feu de joie dans lequel sont jetés ses livres (Onfray : Traité d’Athéologie).

Ceux qui vivent de la foi des autres, exigent une obéissance absolue à leurs interprétations ou pratiquent la soumission la plus abjecte pour gagner le Paradis savent très bien quel est leur pire.r ennemi. Son nom est logos, raison, discours logique, recours à l’intelligence, liberté de pensée, éloge de la vie et de ses plaisirs. Et ça sent le grec. Mais une bonne partie de ce qui est le mieux proposé sur les étagères de l’entrepôt intellectuel occidental est d’origine hellénique, ou sa continuation par d’autres moyens. Dans leurs efforts pour trouver des épithètes insultantes, les talibans chrétiens de l’ancienne Byzance n’auraient pas pu se tromper davantage.

Ce n’est pas un hasard si ce courant philosophique a été persécuté, déformé et ridiculisé au point qu’aujourd’hui, pour une large majorité, épicurien Il est synonyme de recherche du plaisir des sens. Les fondements de la philosophie épicurienne sont l’éthique comme chemin vers une vie bien remplie, basée sur une théorie rigoureuse de la connaissance, l’étude de Physique (Physique « nature ») et une vision théologique très particulière. Il s’agit de déterminer des critères de vérité qui permettent à la personne d’éviter l’erreur et d’aspirer au bonheur (Théorie de la connaissance). Sa physique, basée sur atomisme de Démocrite et Leucippe, cherche à expliquer la multiplicité des choses et leurs modifications sans recourir à des entités métaphysiques, sans avoir besoin de démiurges ou d’intelligences suprahumaines. Sa conception des dieux comme des êtres épanouis qui ne s’intéressent pas aux hommes implique un déni de la peur du surnaturel et de l’au-delà. Dans toutes ces idées épicuriennes apparaît un souci évident de liberté. Et pour défendre cela, il tente également d’éloigner la peur de la mort, source commune de pouvoir des intermédiaires du divin.

Ainsi, le plus terrible des maux n’est rien pour nous, puisque tant que nous existons, la mort n’est pas présente, et quand la mort est présente, alors nous n’existons pas. Elle n’a donc d’effet ni sur les vivants ni sur les morts, car pour les premiers elle n’est pas là et les seconds n’existent plus. Le sage, lui, ne refuse pas la vie et ne craint pas de ne pas vivre. Parce qu’il n’est pas accablé par la vie et qu’il ne considère pas non plus comme un mal de ne pas vivre (Épicure : Lettre à Ménécée).

Le fait que le plaisir – et pas seulement celui auquel nous pensons habituellement – ​​soit l’incitation essentielle que la nature utilise pour nous inciter à atteindre nos objectifs est un point sur lequel les neurosciences modernes n’ont guère de doutes. L’aire préfrontale gauche du cerveau est à la base des grands projets, des objectifs qui donnent un sens à nos vies. À son tour, la droite semble fonctionner comme inhibiteur de comportement. Une région nous invite à aller jusqu’au bout, à prendre des risques pour obtenir ce que nous voulons, tandis que la suivante nous décourage en montrant les inconvénients de l’entreprise. Le point de vue épicurien – le vrai, et non la distorsion intéressée et caricaturale avec laquelle les monothéismes ont tenté de le cacher – permet une coexistence et un équilibre adéquats entre les deux moitiés. Tout en redimensionnant et en limitant les ambitions de l’hémisphère gauche, il adoucit et apaise les réticences de la droite.

Un « épicurien » qui adhère à la doctrine d’Épicure est une personne équilibrée qui tire son bonheur des nombreux petits plaisirs de la vie, surmonte ses peurs et vit socialement et en harmonie avec les autres (Precht : Qui suis-je et… combien ?).

C’est cet attachement à ce qui existe, à la réalité brute et nue, et son rejet de toute consolation par la rêverie imaginaire et les constructions idéalistes, qui a motivé la haine de l’épicurisme à travers les siècles. Au premier plan de la liste des accusations portées contre lui se trouve sa réfutation d’une âme immortelle. Dante lui-même l’envoie dans le sixième cercle de son enfer : « Dans cette partie ils ont leur cimetière / avec Epicure tous leurs disciples / que l’âme, disent-ils, meurt avec le corps » (Comédie divine). L’addiction de Hegel à l’ordre considérait comme une bonne chose – pour laquelle il n’hésitait pas à remercier Dieu – que les œuvres d’Épicure n’aient pas été préservées (Leçons de l’histoire de la philosophie). L’empirisme incorruptible de sa théorie de la connaissance et l’éloge de la joie et du bonheur qui émaillent le discours épicurien sont insupportables pour ses ennemis impassibles. Apparemment, les derniers mots du professeur furent « Vivez dans la joie et souvenez-vous de mes doctrines ». Ajoutons la phrase gravée sur son Lettre à Ménécée: “La joie est le début et la fin d’une vie heureuse.”

Il n’est pas difficile de deviner les raisons qui poussent à professer une telle haine envers ceux qui, défendant et propageant des angoisses condamnatoires de la chair, considèrent qu’il est essentiel d’étouffer toute trace de plaisir. Cependant, un épicurisme bien conçu n’est pas incompatible avec des croyances profondes. Il suffit d’évoquer le poème de Fray Luis de León Vie de retraitécelui qui commence :

Quelle vie reposante
celui de celui qui fuit le bruit du monde
et celui qui est caché continue
chemin où ils sont allés
les rares sages au monde qui l’ont été !

Presque toutes les phrases qui apparaissent dans les vers pourraient être des illustrations de l’idéal épicurien. Un autre aspect de cette école qui a fait sourciller pendant des siècles était sa conviction que la société se constitue par un accord de non-agression entre les hommes. La notion de pacte de coexistence ou contrat social transmettre la lettre en tant que fondement et origine de l’État, elle remettait en question l’origine divine du pouvoir et de l’autorité si chère à toute conception religieuse, et plus encore à ceux qui en profitent. Il semble judicieux de revendiquer l’actualité d’Épicure, de son Jardin et de son école, puisque « la médecine […] proposé par le philosophe de Samos […] Cela pourrait bien être un parapet contre le maelström qui menace de nous entraîner vers le bas. » (Cardona : Philosophie hellénistique).

Lire plus

-

PREV Sol Amato : Transformer des vies grâce au bien-être émotionnel
NEXT Plus de 100 résidents débutent leur phase de formation au CHUA