Qu’est-ce que le RIGI ? Son impact sur les importations et les PME en Argentine selon la loi des bases | Points clés du régime d’incitation aux grands investissements

Qu’est-ce que le RIGI ? Son impact sur les importations et les PME en Argentine selon la loi des bases | Points clés du régime d’incitation aux grands investissements
Qu’est-ce que le RIGI ? Son impact sur les importations et les PME en Argentine selon la loi des bases | Points clés du régime d’incitation aux grands investissements
-

Il nouveau projet de bases juridiques du parti au pouvoir, qui a obtenu une demi-sanction à la Chambre des députés et sera prochainement débattu au Sénat, annonce dans l’une de ses sections : “Créer le régime d’incitation aux grands investissements (RIGI)“. La mesure générée grande polémiquecar implique des modifications importantes dans la législation fiscale, douane et change. C’est pourquoi, avant de voter, les ministres et sénateurs analyser et discuter des principaux points du chapitre controversé en séance plénière des commissions de la Législation générale, du Budget et des Finances et des Affaires constitutionnelles.

A travers le chapitre 8 de la loi omnibus (devenu mini bus, après ses nombreuses mises au rebut) créant le RIGI, Le gouvernement de Javier Milei cherche attirer projets d’investissement dépassant 200 millions de dollars et promouvoir arrivée de capitaux étrangers et nationaux.

https://drive.google.com/file/d/1ZKo9Afup1hxWiPDVUrVLVJF18dCbXx_a/view?usp=drive_link

Le Ministre de l’Intérieur, Guillermo Francosa déclaré lors de la séance plénière du Sénat que cet instrument « vise attirer de gros investissementssurtout dans la région exploitation minière, huile et gaz en grandes quantités.” De son côté, le chef de cabinet adjoint, José Rolandia soutenu que l’objectif du RIGI est de « favoriser les investissements importants avec des projets à long terme“.

La proposition suscite l’intérêt des trois gouverneurs du Table en cuivre, Gustavo Sáenz, de Salta ; Raúl Jalil, de Catamarca ; et Marcelo Orrego, de San Juan ; ainsi que les principaux personnages du Tableau des lithiums. Cependant, Le rejet de la réglementation a déjà été exprimé par plusieurs secteurs: des législateurs de l’opposition aux syndicats, en passant par les PME, les économistes et les spécialistes de l’industrie.

Principaux points du RIGI

Le régime offre des incitations fiscales, douanières et de change pour faciliter l’arrivée de gros investissements dans le pays. Ceux-ci sont:

1. Avantages fiscaux :
– Impôt sur le revenu:
– Taux réduit de 25% pour les Véhicules Propriétaires d’un Seul Projet (VPU).
– Amortissement accéléré des biens personnels et des infrastructures.
– Transfert des déficits fiscaux non résorbés dans les 5 premières années.

– Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) :
– Restitution accélérée des soldes créditeurs dans un délai n’excédant pas trois mois.
– Paiement de la TVA au moyen d’attestations de crédit d’impôt transférables à des tiers.

– Autres taxes :
– Calculer 100% de l’impôt sur les débits et crédits bancaires comme crédit à l’Impôt sur le Revenu.

2. Avantages douaniers :
– Exonération des droits d’importation sur les biens d’équipement, les pièces détachées, les pièces détachées et les fournitures.
– Exonération des droits d’exportation pendant les trois premières années pour les projets rattachés au RIGI.

3. Avantages de l’échange :
– Mise à disposition gratuite de devises pour les exportations :
– 20% la première année.
– 40% la deuxième année.
– 100% à partir de la troisième année.
– Devises étrangères pour financement local ou externe sans restrictions.

4. Stabilité réglementaire :
– Stabilité fiscale, douanière et change pendant 30 ans.
– Garantie de non-affectation par une réglementation plus lourde.

RIGI, controverses et questions

Le RIGI, inclus dans la loi des bases, est remis en question par les législateurs de l’opposition, les syndicats, les PME et les économistes.

Du Centre d’économie politique (CEPA), ils affirment que le RIGI accorderades avantages fiscaux et de change excessifs pendant 30 ans pour ceux qui investissent un minimum de 200 millions de dollars, sans aucune exigence“. Et il est affirmé : ““Il n’y a pas de secteurs prioritaires, ni d’obligation de promouvoir les fournisseurs locaux ou de créer de la valeur en Argentine.”

L’Association des Industriels Métallurgiques de la République Argentine (ADIMRA) s’est ralliée au CEPA en avertissant que les bénéfices peuvent générer concurrence déloyale avec l’industrie locale, en autorisant les importations sans droits de douane. L’organisation économique le souligne : « le RIGI met en danger l’ensemble de l’industrie locale et ses emplois en facilitant l’importation de biens concurrents des produits nationaux”.

D’autres secteurs d’opposition affirment que Le plafond minimum d’investissement de 200 millions de dollars exclut les PME, qui génèrent le plus grand nombre d’emplois au pays.

De même, l’organisation dirigée par Hernán Letcher explique que les réglementations promues par le parti au pouvoir “augmente les dépenses fiscales“, et place le CIRDI (une institution bancaire américaine) en tant que tribunal de résolution des conflits“.

On se demande également si, en cas d’approbation, le L’article 162 de la loi des bases annulerait toute réglementation antérieure limitant les bénéfices du RIGI, ce qui …selon les constitutionnalistes… Cela pourrait violer l’autonomie des provinces et des municipalités.

J’ai continué à lire :

-

PREV 8 événements à Los Angeles pour vivre le Memorial Day en famille
NEXT Un groupe de producteurs de cannabis prévient que l’industrie pourrait s’effondrer d’ici un an si les agriculteurs n’obtiennent pas d’aide financière | Nouvelles