“The Boys”, saison 4 : le voyage dans les ténèbres de la société et de la politique | SAUTER-ENTRER

-

La saison 4 de “The Boys” nous ramène dans leur monde chaotique et brutal, où les super-héros sont plus des méchants que des sauveurs. Dans ses trois premiers chapitres, la série se penche sur la corruption, la politique et la nature humaine, livrant une critique cinglante du pouvoir et de la moralité contemporaine. Dans Skip Intro d’El Comercio nous avons déjà vu ces épisodes et nous vous donnons ici la critique de chacun des retours des séries les plus vues sur Prime Video.

« The Boys » entame sa quatrième saison avec une explosion de violence et de critique sociale fidèle à son style distinctif. La série ne mâche pas ses mots et dès le premier chapitre nous plonge pleinement dans un monde où la morale est une ombre déformée et la justice une chimère.

REGARDER: Jusqu’à 57% de réduction. dans le meilleur du divertissement. Découvrez toutes les promotions ici

Le premier épisode nous réintroduit Homelander, interprété par Antony Starr, qui reste l’une des forces les plus terrifiantes de la série. La façon dont Starr incarne ce personnage est un chef-d’œuvre de la télévision contemporaine. Homelander est un super-héros doté du pouvoir d’un dieu, mais avec la moralité d’un enfant capricieux. Sa crise existentielle se manifeste de manière grotesque lorsqu’il devient obsédé par les poils pubiens dorés, symbolisant sa paranoïa croissante et sa peur de perdre sa suprématie. Cette scène, bien que bizarre, capture parfaitement la fragilité de la psyché de Homelander.

Homelander utilisant sa manipulation. (Photo : Prime Vidéo)

Pendant ce temps, Vought International reste le géant des entreprises que nous connaissons. Cette fois, on nous présente une nouvelle campagne de relations publiques si sucrée qu’elle en est nauséabonde. La série nous montre comment Vought manipule les masses avec son mélange habituel de mensonges et de spectacle, créant un environnement où la vérité est un concept malléable et la justice un terme vide.

Butcher, joué par Karl Urban, fait face à un diagnostic terminal, qui ajoute une couche de profondeur à son personnage déjà complexe. Butcher est pris entre son désir de vengeance et son nouvel instinct paternel. Cette dualité ajoute une nouvelle dimension à son combat, faisant de lui un personnage encore plus tragique et accessible. Leur mission contre les supes devient plus désespérée et personnelle, ce qui donne à chaque décision un poids émotionnel important.

Le moment où ils dansent en se moquant de la religion dans la saison 4 de “The Boys”. (Photo : Prime Vidéo)

Le deuxième chapitre présente de nouveaux personnages dans The Seven qui ajoutent du dynamisme et de la tension au récit. Sœur Sage, interprétée par Susan Heyward, est présentée comme la personne la plus intelligente du monde et devient un acteur clé dans les jeux de pouvoir de Homelander. Son caractère froid et calculateur apporte un nouveau niveau d’intrigue au groupe. D’un autre côté, Firecracker, interprété par Valorie Curry, est une personnification grotesque des théories du complot d’extrême droite. Ces personnages enrichissent non seulement l’intrigue, mais reflètent également les extrêmes que peut atteindre la manipulation politique dans la société d’aujourd’hui.

Pendant ce temps, l’équipe de Butcher continue de faire face à ses propres démons. Frenchie, joué par Tomer Capone, a une intrigue secondaire plus importante axée sur une relation compliquée. Même si cette partie de l’histoire peut paraître un peu lente, elle ajoute une couche émotionnelle importante au récit. Kimiko, interprétée par Karen Fukuhara, décide de faire face à son passé traumatisant de manière littérale, choisissant de le détruire. Hughie et Mother’s Milk sont également aux prises avec leurs propres batailles personnelles, fournissant la toile de fond émotionnelle nécessaire qui équilibre la violence et le chaos de la série.

REGARDER: Concerts, pièces de théâtre, cirques, films et bien plus encore avec jusqu’à 50 % de réduction. Découvrez vos promotions

Le troisième chapitre plonge dans une année électorale, utilisant la satire politique pour refléter brillamment la réalité contemporaine. Homelander, avec ses discours narcissiques et ses sous-vêtements orange, est une référence claire aux personnalités politiques actuelles qui utilisent le populisme et la manipulation pour maintenir leur pouvoir. La corruption de Vought est un miroir déformé de l’influence des grandes entreprises en politique, et la série n’hésite pas à dénoncer l’hypocrisie et les malversations des puissants.

Butcher se demande si tout ce qu'il fait est bien. (Photo : Prime Vidéo)

Butcher se demande si tout ce qu’il fait est bien. (Photo : Prime Vidéo)

« The Boys » est connu pour son utilisation de la violence graphique, et cet épisode ne fait pas exception. Les scènes de Homelander utilisant ses pouvoirs pour pulvériser ses adversaires sont aussi choquantes que prévu. L’une des scènes les plus grotesques implique un mille-pattes humain auto-érotique, qui sert de métaphore à la dépravation et à la décadence des personnages. Cette violence, bien que souvent dérangeante, est un outil efficace pour mettre en lumière la brutalité et la corruption inhérentes à ce monde dystopique.

On ne peut pas oublier The Deep, qui reste l’un des personnages les plus étranges et fascinants de la série. Sa relation particulière avec les créatures marines continue d’offrir des moments d’humour noir qui équilibrent la gravité du récit principal. Cette combinaison du grotesque et de l’absurde est l’une des caractéristiques qui font de « The Boys » une série si unique et captivante.

« The Boys » n’est pas seulement une série sur les super-héros ; est un commentaire cinglant sur la société moderne. À travers son récit, la série explore des thèmes tels que la corruption, la manipulation de la vérité et le pouvoir débridé. La description de Vought comme une entreprise sans scrupules est une critique directe de la manière dont les grandes entreprises peuvent influencer et manipuler la politique et l’opinion publique. La série montre non seulement les supers comme des méchants, mais reflète également la façon dont les institutions qui devraient nous protéger sont souvent corrompues et manquent à leur devoir.

L’un des points forts de « The Boys » est la complexité de ses personnages. Homelander, bien que clairement méchant, est également un personnage profondément humain dans sa fragilité et sa paranoïa. Butcher, bien que héros de la série, n’est pas sans défauts et se bat avec ses propres démons intérieurs. Cette dualité dans les personnages ajoute de la profondeur au récit et amène le public à s’interroger sur la nature du bien et du mal. Dans un monde où les héros sont des méchants et où les méchants sont des héros, la série nous invite à réfléchir sur nos propres perceptions de la moralité et de la justice.

« The Boys » est devenue une série incontournable non seulement pour son divertissement, mais aussi pour sa capacité à réfléchir et à critiquer les problèmes contemporains de manière incisive. Dans ses trois premiers épisodes, la saison 4 perpétue cette tradition, en proposant une vision brutale et honnête d’un monde où pouvoir et corruption vont de pair. Pour la plupart, je dirais oui.

La violence dans « The Boys » n’est pas gratuite ; est le reflet de la brutalité et de l’indifférence de la société actuelle. La satire politique et sociale de la série est un outil puissant qui nous fait questionner les structures de pouvoir et les motivations derrière les actions de ceux qui sont au pouvoir. Dans un monde où la vérité est déformée et la justice sacrifiée sur l’autel du pouvoir et du profit, « The Boys » nous propose un regard critique et nécessaire sur les ténèbres qui peuvent se cacher au cœur de l’humanité.

ba71053c3b.jpg

Avec seulement trois épisodes diffusés, la saison 4 de « The Boys » a déjà adopté un ton sombre et réfléchi qui promet de continuer à remettre en question nos perceptions et nos attentes. La série nous divertit non seulement, mais nous oblige également à affronter la réalité de notre propre société et à remettre en question les structures de pouvoir qui la gouvernent.

En conclusion, les trois premiers épisodes de la saison 4 de « The Boys » non seulement répondent aux attentes, mais les dépassent, offrant un mélange parfait d’action, de drame et de satire politique qui nous laisse impatients de voir ce qu’il nous réserve d’autre. cette série étonnante.

Un nouvel épisode de « The Boys » sortira chaque jeudi et vous pourrez suivre la saison 4 en exclusivité sur Amazon Prime Video.

Bande annonce de
Voici le premier trailer de la deuxième saison de The Boys

-

NEXT Liga MX Femenil : Tuzas et Chivas ouvrent le tournoi avec des victoires