La NASA s’associe à l’intelligence artificielle pour détecter les explosions les plus violentes de l’univers

-


POT

Une explosion cosmique va avoir lieu sur Terre cet été


  • Janire Manzanas
  • Diplômé en Marketing et expert en Marketing Digital. Rédacteur chez OK Diario. Expert en curiosités, animaux de compagnie, consommation et loterie de Noël.

Les sursauts gamma (GRB) sont des phénomènes cosmiques extrêmement puissants et fascinants qui ont été découverts pour la première fois en 1967 par les satellites américains Vela, initialement conçus pour détecter les explosions nucléaires sur Terre dans le cadre du Traité d’interdiction des essais nucléaires. Cependant, au lieu de signaux terrestres, ils ont détecté des sursauts courts et intenses de rayons gamma provenant de l’espace lointain.

Ces événements font l’objet d’intenses recherches depuis des décennies, et les principaux modèles théoriques suggèrent que les GRB se produisent principalement de deux manières : lorsqu’une étoile massive s’effondre à la fin de sa vie dans une supernova, ou lorsque deux étoiles à neutrons fusionnent. Dans les deux cas, des jets relativistes se forment, des faisceaux étroits de particules qui se déplacent à des vitesses proches de la vitesse de la lumière. Ces jets libèrent de l’énergie de manière explosive, générant les spectaculaires rayons gamma que l’on peut détecter depuis la Terre.

Il Etude GRB Non seulement il fournit des informations sur les phénomènes extrêmes qui se produisent dans l’univers, mais il permet également de mieux comprendre la physique des événements cosmiques les plus énergétiques et les conditions extrêmes qui prévalent dans l’espace lointain. Dans ce contexte, l’utilisation par la NASA de l’intelligence artificielle pour détecter et étudier ces événements représente une avancée significative, car elle permet d’analyser efficacement de grandes quantités de données et d’améliorer la capacité de comprendre les secrets du cosmos.

La NASA veut découvrir les secrets de l’univers

Superapprenant, l’algorithme développé par des chercheurs de la NASA et de l’Université du Nevada pour estimer les distances des sursauts gamma (GRB), constitue une innovation significative dans le domaine de l’astrophysique. Cet algorithme utilise des modèles avancés d’apprentissage automatique pour améliorer la précision de la mesure des distances cosmiques.

La collaboration entre POT et la Université du Nevada a permis de combiner les données de l’observatoire Neil Gehrels Swift de la NASA avec plusieurs algorithmes d’apprentissage automatique, en utilisant Superlearner pour intégrer ces modèles et améliorer la précision des prédictions. Cette approche s’est non seulement révélée efficace pour estimer les distances de 154 GRB, mais a également ouvert la voie à de futures recherches en astronomie gamma et en apprentissage automatique.

Selon la chercheuse Maria Dainotti, le Superlearner améliore non seulement les prédictions finales par rapport aux modèles individuels, mais a également le potentiel de répondre à des questions fondamentales sur l’évolution de l’univers et les premiers processus cosmiques. De plus, les chercheurs s’efforcent de rendre les outils d’apprentissage automatique développés accessibles au public, éventuellement via une application Web interactive à l’avenir.

Explosion cosmique sur Terre

Cet été, le ciel nocturne offrira un spectacle astronomique exceptionnel avec l’apparition du nova T Coronae Borealis récurrente (T CrB), également connu sous le nom de « Blaze Star ». Ce phénomène unique, visible depuis la Terre sans télescope, est prévu pour septembre 2024.

Situé dans la constellation de la Couronne Borealis, à environ 3 000 années-lumière, T CrB est un système binaire composé d’une naine blanche et d’une géante rouge. La naine blanche, de la taille de la Terre mais avec une masse comparable à celle du Soleil, attire la matière de la géante rouge, provoquant finalement explosions thermonucléaires toutes les huit décennies. La dernière fois que ce phénomène a été observé, c’était en 1946, et les conditions actuelles suggèrent que nous sommes sur le point d’assister à un autre événement similaire.

Dr Rebekah Hounsell, chercheuse scientifique au Centre de vol spatial Goddard de la NASA, souligne l’importance de cet événement non seulement pour la communauté scientifique, mais aussi pour inspirer les futurs astronomes. L’opportunité d’assister à un événement cosmique d’une telle importance pourrait motiver les jeunes et les adultes à s’impliquer davantage dans l’exploration spatiale et scientifique.

Le processus derrière les novae implique le accumulation d’hydrogène de la géante rouge dans la naine blanche, déclenchant une explosion qui éjecte de la matière sans détruire la naine blanche, contrairement à une supernova.

Pour observer ce phénomène, les amateurs d’astronomie doivent rechercher le Couronne boréale dans le ciel nocturne, visible à l’ouest de la constellation d’Hercule après le coucher du soleil pendant les mois d’été. T CrB est situé entre les étoiles brillantes Arcturus et Vega dans l’hémisphère nord.

En plus de l’observation depuis la Terre, des télescopes comme le Télescope spatial James Webb et l’Observatoire Swift pour capturer des données sur le spectre de la lumière visible et non visible. Ces outils permettront une analyse détaillée des explosions stellaires récurrentes et des processus stellaires qui les conduisent.

En conclusion, le nova T CrB Non seulement il offrira un spectacle visuel époustouflant, mais il offrira également une occasion unique de faire progresser la connaissance des systèmes binaires et des phénomènes stellaires qui continuent de façonner l’univers.

-

PREV Pep Guardiola, entraîneur de Manchester City, dément le départ de Kevin de Bruyne vers Al Ittihad | première ligue
NEXT Victoria Villarruel a démissionné de la présidence du Parti démocrate de Buenos Aires