un thriller surnaturel acclamé sur le voyage dans le temps

-

Ces dernières années ont été riches en grandes séries, en fictions à grand succès, plébiscitées tant par le public que par la critique, qui deviennent des icônes, que ce soit de leurs plateformes, de leurs pays ou de leurs genres. On pourrait parler de HBO (maintenant Max) et de son histoire d’amour avec “Game of Thrones”, qui se poursuit désormais avec “House of the Dragon”. L’adaptation de l’œuvre de George RR Martin a été d’une telle ampleur qu’on oublie que HBO est la maison d’origine de « The Sopranos », « The Wire » ou « The Leftovers ». Cela éclipse même un mythe récent comme celui de la « Succession », digne de figurer parmi les grands.

Sur le reste des plateformes de streaming, avec un catalogue moins étoffé, les choses sont un peu plus simples. Nous avons Amazon Prime Video avec « The Boys ». Peut-être si « Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux du pouvoir » avait pénétré plus profondément… Et on peut en dire autant de Disney, qui, malgré de nombreuses séries Marvel ou Star Wars, ne nous a offert que « The Mandalorian ». Sur Netflix, la quantité rend également les choses plus difficiles. Leurs deux séries les mieux notées ont été « The Squid Game » et « Wednesday », mais avec une seule saison, il est difficile de prédire si elles continueront à devenir des icônes de la plateforme. « Les Bridgerton » est sur la bonne voie, mais on peut dire que la série emblématique de Netflix est « Stranger Things ».

Julia Terjung / Netflix

Si nous allons dans les pays, la série espagnole qui nous représente au niveau international est, avec la permission d’Elite, « La casa de papel ». Mais c’est peut-être à cause de cette habitude de réduire les pays, les genres ou les plateformes à une ou deux icônes qu’on ne parle pas assez d’une autre série Netflix qui est bien plus qu’une icône de la télévision allemande. Nous parlons bien sûr de « Dark ».

La fiction acclamée de Baran bo Odar et Jantje Friese est arrivée sur Netflix en 2017 et s’est poursuivie tout au long de trois saisons audacieuses et 28 épisodes d’une durée d’environ une heure. Le résultat a été l’un des produits les plus fascinants, sombres et originaux d’un Netflix dont l’algorithme n’avait pas encore fait de ravages, et qui nous a également donné des fictions sombres comme celle-ci, « Mindhunter » ou « Ozark ».

Netflix

“Dark” commence avec la disparition d’un jeune homme et la recherche de ses familles et finit par s’étendre sur trois décennies dans la poursuite d’un mystère plein de rebondissements passionnants, de certaines touches de terreur, de beaucoup d’intrigues et d’une touche audacieuse au scénario. histoires. de voyage dans le temps. Une série difficile, peut-être la plus proche de “Lost”, sans vouloir être une copie bon marché de “Lost”, dont les fins de saison donnent toujours envie de se mettre de la glace sur le front. Une série surprenante que l’on peut désormais voir dans son intégralité, sans souffrir d’attente entre les saisons, avec une de ces fins dont on continue et continuera de débattre.

L’intégralité de ‘Dark’ est disponible en intégralité sur Netflix et mérite sans aucun doute d’être une icône de la plateforme et de la télévision de science-fiction.

Portrait de Rafael Sánchez Casademont

Rafael est un expert en films, séries et jeux vidéo. Son truc, c’est le cinéma classique et d’auteur, même s’il ne manque pas un film Marvel ou le hit du moment sur Netflix pour cause de déformation professionnelle. Il a aussi son côté geek, comme le prouve sa spécialisation dans l’anime, la k-pop et tout ce qui touche à la culture asiatique.

Par génération, il doit parfois écrire sur les succès musicaux actuels, de Bizarrap à Blackpink. Il a même son côté érotique, mais limité malheureusement à une sélection du meilleur des séries et des films érotiques. Mais il ne se limite pas à cela, puisqu’il aime aussi écrire sur la gastronomie, les voyages, l’humour et les mèmes.

Après 5 ans d’écriture pour Fotogramas et Esquire, la vérité est qu’il a déjà fait un peu de tout, des interviews avec des stars internationales aux présentations sur téléphone portable ou aux dégustations d’huile, d’insectes et, oui, s’il a de la chance, du vin.

Il a suivi une formation en communication audiovisuelle à l’Université de Murcie. Il a ensuite poursuivi ses études à l’Université Carlos III de Madrid avec un Master en Recherche en Médias. En plus d’avoir entamé un doctorat sur la représentation sexuelle dans les films d’auteur (qu’il n’a jamais terminé), il a également étudié un master en critique cinématographique, tant à l’ECAM qu’à l’École des écrivains. Avant, il a fait ses armes en écrivant sur le blog Cinealacarbonara, a continué dans des médias comme Amanecemetropolis, Culturamas ou Magnolia Magazine, et a consacré tous ses efforts à Mutaciones Magazine depuis sa fondation.

Il est arrivé à Hearst en 2018 et a réussi à se faire une place dans les rédactions de Fotogramas et Esquire, avec lesquelles il continue d’écrire sur tout ce qu’il aime et ce qu’ils lui envoient (coïncide souvent). Son bon ou son mauvais goût (selon le point de vue) l’a également amené à se lancer dans le monde de la gastronomie et du jeu vidéo. Allez, il aime se divertir.

-

PREV Kevyn se rend aux stands du Death Challenge pour embrasser Natalia, est-ce qu’elle le demande ?
NEXT María José Suárez raconte en détail l’extorsion d’Álvaro Muñoz Escassi par Valerí